A20 – Baptême de l’Esprit et Marche par l’Esprit

Article de Henri Viaud-Murat.

Le Seigneur demande à tous Ses disciples d’être baptisés d’eau et d’Esprit. Ainsi, être baptisé de l’Esprit n’est pas une option, mais une nécessité. Mais est-il suffisant d’être baptisé de l’Esprit pour marcher par l’esprit?

Dans l’Evangile de Matthieu, le Seigneur Jésus donne à Ses disciples les ordres suivants:

« Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit, et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit. Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde » (Matthieu 28: 19-20).

Et, au premier chapitre du Livre des Actes, le Seigneur Jésus ajoute ce commandement:

« Comme il se trouvait avec eux, il leur recommanda de ne pas s’éloigner de Jérusalem, mais d’attendre ce que le Père avait promis, ce que je vous ai annoncé, leur dit-il; car Jean a baptisé d’eau, mais vous, dans peu de jours, vous serez baptisés du Saint-Esprit. Alors les apôtres réunis lui demandèrent: Seigneur, est-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume d’Israël? Il leur répondit: Ce n’est pas à vous de connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de sa propre autorité. Mais vous recevrez une puissance, le Saint-Esprit survenant sur vous, et vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre » (Actes 1: 4-8).

Les disciples ont pris soin de transmettre à tous les nouveaux convertis les ordres du Seigneur. Il n’était nullement question que les disciples « demandent le baptême, » quand « ils se sentiraient prêts. » Mais les apôtres transmettaient aux nouveaux convertis les ordres de Jésus, et attendaient que ceux-ci obéissent de tout leur coeur à la volonté de Dieu.

D’ailleurs, le Seigneur leur avait bien demandé d’enseigner aux nouveaux convertis à observer tout ce qu’Il leur avait prescrit. En Français simple, cela signifie que les apôtres devaient apprendre à tous ceux qui voulaient devenir disciples de Jésus-Christ à obéir à tout ce qu’Il leur avait ordonné.

Bien entendu, le Saint-Esprit leur a montré par la suite de quelle manière ils devaient obéir au Seigneur: non pas de manière légaliste, mais en connaissant la Vérité, en obéissant du coeur, et en laissant le Saint-Esprit les conduire dans toute la volonté de Dieu.

Pourquoi les deux premiers commandements auxquels les nouveaux convertis devaient obéir étaient de passer par les baptêmes d’eau et d’Esprit?

Parce que ces deux baptêmes sont étroitement associés à notre mort et à notre résurrection en Jésus-Christ.

Le baptême d’eau par immersion représente notre mort à notre vie passée, et notre résurrection à une vie nouvelle en Jésus-Christ. Le baptême d’eau est un ensevelissement, et une résurrection.

Quant au baptême de l’Esprit, il exprime la nécessité, pour tous les Chrétiens nés de nouveau, d’être remplis du Saint-Esprit, afin que le Saint-Esprit nous permette de réaliser concrètement dans notre vie tout ce que représentent notre mort et notre résurrection en Christ. Le baptême de l’Esprit est donc d’abord un baptême de mort et de résurrection en Christ.

C’est le Saint-Esprit qui doit nous permettre de mettre à mort en nous tout ce qui est charnel et contraire à la volonté de Dieu, et aussi de manifester en nous tout ce qui est spirituel, conforme à notre nouvelle nature, et à la nature du Seigneur Jésus.

En effet, c’est en esprit que nous sommes morts et ressuscités en Christ. C’est notre esprit, notre homme intérieur, ou encore notre homme spirituel, qui est né de nouveau, et qui est passé, en Christ, par la mort et la résurrection.

Notre esprit est mort et ressuscité, mais encore faut-il que cette vie de résurrection, la Vie même de Christ, puisse se manifester dans tous les aspects de notre vie pratique. Il faut qu’elle puisse envahir tous les domaines de notre âme, de notre corps, et de notre comportement de tous les instants. C’est pour cela que nous devons être remplis du Saint-Esprit.

C’est le Saint-Esprit qui doit nous rappeler toutes les paroles du Seigneur Jésus, et qui doit nous conduire dans toute la Vérité. Il ne pourra le faire que si nous sommes remplis de l’Esprit, et toujours plus remplis de l’Esprit.

Le Seigneur ne nous forcera jamais à être remplis de l’Esprit. C’est nous qui devons ardemment désirer être remplis de l’Esprit, par amour pour notre Seigneur. Pouvons-nous espérer laisser le Saint-Esprit faire toute Son oeuvre en nous, si nous ne sommes pas remplis de l’Esprit?

Puisque Dieu veut nous conduire dans toute la Vérité, être rempli de l’Esprit est donc la chose la plus facile et la plus simple au monde! Dieu donne toujours Son Esprit à ceux qui Le Lui demandent (Luc 11: 13) et à ceux qui Lui obéissent (Actes 5: 32).

Si nous voulons obéir à Dieu, le Seigneur nous remplira de Son Esprit au moment même où nous Le Lui demanderons dans la prière. Mais nous devons croire que nous avons été exaucés quand nous avons prié, et que Dieu a rempli en nous tout ce qu’Il pouvait remplir!

Etre rempli de l’Esprit ne dépend pas du fait de parler en langues ou d’exercer les dons spirituels. C’est exactement le contraire! C’est le fait de parler en langues et d’exercer les dons spirituels qui dépendra du fait que nous avons d’abord été remplis de l’Esprit. Nous devons d’abord croire que nous avons été remplis de l’Esprit, avant de voir s’accomplir les signes qui accompagnent et suivent le baptême de l’Esprit.

Ainsi, nous sommes remplis de l’Esprit dès le moment où nous le demandons au Seigneur. Et nous devons le croire. Mais, par la suite, le Seigneur veut que nous soyons toujours plus remplis de Son Esprit, à mesure que Dieu étendra nos limites spirituelles, et nous purifiera peu à peu de tout ce qui est charnel.

Nous ne devons donc pas nous contenter de demander au Seigneur d’être remplis de l’Esprit, au début de notre conversion. Mais nous devons constamment désirer être toujours plus remplis de l’Esprit!

Tous les premiers Chrétiens, dans l’Eglise primitive, étaient baptisés d’eau et d’Esprit dès le début de leur conversion. Les apôtres veillaient à ce qu’il en soit ainsi, sans aucune exception, car ils voulaient que les ordres du Seigneur soient respectés. Il n’était pas question de laisser un nouveau converti attendre même une seule journée d’être baptisé d’eau et d’Esprit.

Mais nous pouvons constater, dans les Actes des Apôtres et les épîtres, que beaucoup de Chrétiens baptisés de l’Esprit restaient encore très charnels, jusqu’à ce que Paul reçoive la révélation de la croix et de la marche par l’esprit.

Si le baptême de l’Esprit est absolument indispensable, dès le début de notre vie chrétienne, est-il donc suffisant pour nous permettre de marcher par l’esprit? Certainement pas! Nous ne devons pas nous tromper à ce sujet.

Ce n’est pas parce que l’on a été baptisé de l’Esprit que l’on va aussitôt et automatiquement marcher par l’esprit, d’une manière digne du Seigneur!

Nous connaissons tous des Chrétiens nés de nouveau, baptisés d’eau et d’Esprit, mais qui ne marchent pas dans la sanctification. Ils ne donnent pas un témoignage qui glorifie le Seigneur. Et pourtant, ils parlent en langues et prophétisent dans l’Eglise! Il est clair, par conséquent, que le baptême de l’Esprit ne leur suffit pas pour marcher par l’esprit. Pour marcher par l’esprit, il est nécessaire d’être baptisé de l’Esprit, mais cela n’est manifestement pas suffisant.

Beaucoup de Chrétiens pensent à tort que ceux qui parlent en langues, qui prophétisent, ou qui exercent des dons spirituels puissants, sont nécessairement des Chrétiens spirituels. C’est possible, mais rien ne saurait être plus faux en général! Pourquoi? Parce qu’un Chrétien spirituel est celui qui a d’abord compris l’oeuvre de la croix, et qui a appris à marcher par l’esprit! Au-delà de son baptême de l’Esprit, le Chrétien spirituel a compris qu’il avait été crucifié avec Christ, et il a aussi compris de quelle manière il pouvait pratiquement annuler la loi du péché et de la mort dans sa vie, par la loi de l’esprit de vie en Jésus-Christ.

Certains pourraient dire: « Il n’est pas nécessaire d’être baptisé de l’Esprit pour comprendre l’oeuvre de la croix et apprendre à marcher par l’Esprit! »

Certes, il n’est pas nécessaire d’être baptisé de l’Esprit, ni même d’être né de nouveau, pour avoir une compréhension intellectuelle de l’oeuvre de Jésus-Christ accomplie à la croix, ni pour apprendre les principes fondamentaux de la marche par l’esprit! Mais, ce que le Seigneur nous demande, ce n’est pas seulement de comprendre ces choses, c’est de les vivre, et de les vivre par l’Esprit! Et, pour les vivre par l’Esprit, il faut les croire! Il nous faut une foi vivante, celle qui permet de produire l’action concrète de l’Esprit dans notre vie!

Comprendre est une chose, mais croire en est une autre, bien plus importante! On peut comprendre les conditions du salut en Jésus-Christ, sans jamais croire. Or c’est seulement par la foi que l’on est sauvé. C’est aussi par la foi que l’on est baptisé de l’Esprit. C’est enfin par la foi que l’on peut apprendre à marcher par l’esprit.

Nous savons que « la foi vient de ce que l’on entend (comprend), et ce que l’on entend vient de la Parole de Dieu » (Romains 10: 17). « La foi est une ferme assurance (certitude) des choses qu’on espère, une démonstration de celles que l’on ne voit pas (Hébreux 11: 1).

C’est le Saint-Esprit qui nous fait comprendre la Vérité de Dieu, et c’est encore le Saint-Esprit qui nous donne la certitude absolue que nous possédons déjà les choses que Dieu nous a annoncées, et que nous les verrons donc s’accomplir dans notre vie.

Nous ne pouvons pas avoir la foi, ni une foi forte, si notre coeur est encore encombré de doutes, de craintes, et de conceptions humaines. Le vrai disciple du Seigneur Jésus, c’est celui qui désire non seulement connaître et comprendre la vérité de son Dieu, mais aussi la mettre en pratique et la vivre. Pour cela, il faut être rempli de l’Esprit!

C’est notre amour pour le Seigneur qui nous motive à garder précieusement toute Vérité que nous avons comprise dans le bon trésor de notre coeur. Nous ne serons jamais satisfaits par une simple compréhension de la Vérité. Nous ne serons satisfaits quand cette Vérité nous transformera complètement, et se manifestera parfaitement dans notre vie. Car la Vérité, c’est Dieu Lui-même! La Vérité, c’est le Seigneur Jésus!

Le Seigneur Jésus n’est pas un concept! Il est une Personne vivante. S’Il Se révèle à nous en tant que Le Chemin, La Vérité et La Vie, c’est pour que nous nous engagions résolument sur ce Chemin de Vérité et de Vie, afin que nous puissions atteindre le but qui nous est proposé! Et ce but, c’est encore Jésus! Il est la Porte, Il est le Chemin, et Il est aussi le But!

Ainsi, notre baptême initial dans le Saint-Esprit ne pourra accomplir son objectif que si nous désirons ardemment laisser au Saint-Esprit toute latitude pour manifester Christ en nous. Le but du baptême de l’Esprit, c’est de nous révéler pleinement la Personne et l’oeuvre du Seigneur Jésus, afin de pouvoir Le manifester dans toute notre vie. Et nous ne pourrons Le manifester que lorsque tout ce qui fait obstacle à Sa manifestation sera ôté!

Le seul obstacle à la manifestation du Seigneur Jésus dans notre vie, c’est la chair!

Nous aurons une conception très étriquée du baptême du Saint-Esprit, si nous limitons ce baptême au parler en langues et à l’exercice des dons spirituels. La première fonction du baptême de l’Esprit est de révéler et mettre à mort en nous tout ce qui est charnel, afin de révéler pleinement la vie de l’Esprit, qui est aussi la vie de résurrection du Seigneur Jésus.

C’est pour cela que l’apôtre Paul écrit aux Corinthiens:

« Celui qui parle en langue ne parle pas aux hommes, mais à Dieu, car personne ne le comprend, et c’est en esprit qu’il dit des mystères » (1 Cor. 14: 2).

« Celui qui parle en langue s’édifie lui-même » (1 Cor. 14: 4).

L’édification spirituelle consiste toujours à devenir de moins en moins charnel, et de plus en plus spirituel. Cette édification passe nécessairement par la compréhension spirituelle des mystères de Dieu, ceux qu’Il veut nous révéler par Son Esprit et Sa Parole.

La Bible cite un nombre important de mystères. Quand la Bible nous parle de « mystères, » il s’agit de vérités que Dieu avait tenues secrètes jusqu’à la venue de Son Fils Jésus, mais qu’Il a bien voulu nous révéler en Christ. Ces mystères ne restent donc des mystères que pour ceux qui ne les ont pas encore compris. Mais le Saint-Esprit nous a été justement donné pour nous révéler ces mystères et nous les faire comprendre.

Voici les mystères dont nous parle le Nouveau Testament:

  • Le mystère du Royaume de Dieu (Marc 4: 11).
  • Le mystère des païens greffés sur l’olivier franc, Israël (Romains 11: 25).
  • Le mystère de l’Evangile et de la prédication de Jésus-Christ (Romains 16: 25 et Ephésiens 6: 19).
  • Le mystère de la résurrection des morts en Christ et de la transformation instantanée des vivants en Christ, lors de l’enlèvement de l’Eglise (1 Cor. 15: 51).
  • Le mystère du Corps de Christ réunissant Juifs et Gentils (Ephésiens 3: 3).
  • Le mystère de Christ (Ephésiens 3: 4, 6, 9 et Colossiens 4: 3).
  • Le grand mystère de Christ par rapport à l’Eglise, qui est Son Corps, et dont Il est la Tête (Ephésiens 5: 32).
  • Le mystère de Christ en nous, l’espérance de la gloire (Colossiens 1: 27).
  • Le mystère de Dieu, à savoir Christ, mystère dans lequel sont cachés tous les trésors de la sagesse et de la science (Colossiens 2: 2-3).
  • Le mystère de l’iniquité (2 Thessaloniciens 2: 7).
  • Le mystère de la foi (1 Timothée 3: 9).
  • Le mystère de la piété (1 Timothée 3: 16).
  • Le mystère des sept étoiles dans la main droite du Seigneur (Apoc. 1: 20).
  • Le mystère de Dieu qui s’accomplit à la septième trompette (Apoc. 10: 7).
  • Le mystère de Babylone la grande (Apoc. 17: 5) et le mystère de la Bête qui la porte (Apoc. 17: 7).

Le Seigneur veut que nous puissions parfaitement comprendre tous ces mystères, car il s’agit de révélations extrêmement importantes pour notre vie spirituelle et notre marche chrétienne. Il s’agit de révélations qui doivent affermir notre foi et la rendre inébranlable.

Toute édification spirituelle consiste à recevoir d’abord la révélation de tous ces mystères. Cette révélation va ensuite alimenter puissamment notre foi. Car la révélation de ces mystères nous fait pénétrer dans le coeur du Royaume de Dieu, et aussi dans le coeur de notre Dieu.

C’est pour cela que Dieu met à notre disposition tous les moyens d’édification que constituent l’enseignement des apôtres, la communion fraternelle, la fraction du pain (la Cène), la communion fraternelle, les prières, et le parler en langues.

Nous ne devons négliger aucun de ces moyens d’édification. Mais je n’hésite pas à affirmer que, parmi tous ces moyens, le plus puissant d’entre eux, et le plus simple à utiliser, est sans conteste le parler en langues.

Pourquoi? Parce que « celui qui parle en langue ne parle pas aux hommes, mais à Dieu, car personne ne le comprend, et c’est en esprit qu’il dit des mystères. »

Celui qui parle en langues est engagé dans une conversation spirituelle avec Dieu Lui-même. Cette conversation est directement inspirée par le Saint-Esprit et n’aborde que des sujets qui intéressent le Seigneur au plus haut point. Ces sujets touchent aux mystères profonds que nous venons de citer, et qu’Il veut nous révéler.

En parlant en langues devant le Seigneur, le Saint-Esprit « ouvre un canal spirituel » qui « fait descendre » dans notre intelligence la compréhension de tous les mystères de Dieu. C’est ainsi que le parler en langues nous permet de recevoir la révélation spirituelle des mystères les plus profonds. Nous pourrons ensuite attacher notre foi à ces révélations. Nous pourrons aussi les expliquer aux autres avec clarté et simplicité.

Ne négligeons donc pas l’exercice du parler en langues! Ne nous contentons pas de croire que le Seigneur nous a remplis de Son Esprit lorsque nous Le Lui avons demandé! Mais laissons le Saint-Esprit Se manifester par les langues divines qu’Il voudra bien nous communiquer!

Ayons cette pleine liberté dans la foi, la foi d’un enfant, qui nous permet d’ouvrir notre bouche, et de laisser « sortir » cette langue divine que le Saint-Esprit ne manquera pas de nous inspirer! Cessons de craindre que c’est nous qui risquons de « fabriquer » cette langue!

Combien les choses du Seigneur sont simples et accessibles à ceux qui croient tout simplement! Que Dieu soit béni, parce qu’Il n’a pas voulu compliquer les choses! Le Seigneur Jésus n’a-t-Il pas affirmé:

« Voici les miracles qui accompagneront ceux qui auront cru: en mon nom, ils chasseront les démons; ils parleront de nouvelles langues; ils saisiront des serpents; s’ils boivent quelque breuvage mortel, il ne leur fera point de mal; ils imposeront les mains aux malades, et les malades, seront guéris. Le Seigneur, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel, et il s’assit à la droite de Dieu. Et ils s’en allèrent prêcher partout. Le Seigneur travaillait avec eux, et confirmait la parole par les miracles qui l’accompagnaient » (Marc 16: 17-20).

Le parler en langues est donc un miracle de Dieu, qui doit accompagner TOUS ceux qui auront cru, comme tous les autres miracles énumérés dans ce passage capital!

Si nous comprenons que nous pourrons librement accomplir tous ces miracles, si nous croyons, cela signifie que nous avons d’abord compris que Dieu est ardemment désireux de nous voir accomplir ces miracles! C’est la volonté de Dieu que nous puissions les accomplir! C’est la connaissance de cette volonté divine qui nous permet d’avoir la foi pour les accomplir!

Dieu confirmera toujours ces miracles dans la vie de tous ceux qui croient. Et c’est pour cela qu’Il oeuvre avec persévérance pour nous faire connaître la Vérité, qui seule peut nous affranchir des doutes, des craintes et des mensonges qui peuvent encore bloquer notre foi.

En conclusion, nous insisterons à nouveau sur le fait qu’il ne suffit pas d’être baptisé de l’Esprit pour marcher par l’esprit. Mais nous pourrons marcher par l’esprit, une fois que nous aurons été baptisés de l’Esprit, et que nous aurons reçu dans notre coeur la révélation des mystères de Dieu. Par la révélation progressive de ces mystères, notre communion avec le Seigneur grandira sans cesse. Nous verrons de plus en plus clairement ce qui ne nous était pas visible jusque-là. Et nous aurons une foi toujours plus grande pour marcher toujours plus comme Jésus, et pour donner, jusqu’à Son retour proche, un témoignage qui soit réellement à Sa gloire!

Advertisements

Laisser un commentaire pour l'édification commune.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :