A37 – Faut-il militer pour les églises de maison ?

Article de Henri Viaud-Murat.

Ma réponse est clairement: « Non! » Mais je voudrais expliquer pourquoi.

Tout d’abord, nous devons constater ce qui nous est décrit dans le Nouveau Testament. Au début de la vie de l’Eglise, et cela, pendant au moins trois siècles, l’Eglise locale n’était composée que de groupes de maisons informels. Il n’existe aucun vestige archéologique ou historique donnant la preuve indiscutable que les assemblées chrétiennes primitives se réunissaient dans de grands bâtiments ou de grandes basiliques, telles qu’on peut en voir aujourd’hui en grand nombre.

Après l’ascension du Seigneur Jésus, les premiers Chrétiens, tous composés de Juifs convertis à leur Messie, ont continué, pendant un court moment, à se réunir dans le Temple, tout en se réunissant aussi dans des maisons.

« Les apôtres se retirèrent de devant le sanhédrin, joyeux d’avoir été jugés dignes de subir des outrages pour le nom de Jésus. Et chaque jour, dans le temple et dans les maisons, ils ne cessaient d’enseigner, et d’annoncer la bonne nouvelle de Jésus-Christ » (Actes 5: 41-42).

Il était normal que des Juifs, récemment convertis au Seigneur Jésus, continuent de fréquenter le Temple de Jérusalem. Tout d’abord, c’était encore pour eux La Maison de Prière du Seigneur, pour les Juifs et pour toutes les Nations. Et c’était aussi là qu’ils pouvaient espérer rencontrer le plus grand nombre de Juifs, pour les évangéliser et les enseigner.

Mais, très vite, dès les premières persécutions, les disciples de Christ n’ont plus été autorisés à venir se réunir ou enseigner dans le Temple. Ils ont donc continué à se réunir dans des maisons particulières.

Nous voyons bien que l’apôtre Paul, au cours de ses voyages missionnaires, se rendait souvent dans des synagogues. Mais ce n’était pas pour prouver aux Juifs qu’il continuait à respecter la Loi! C’était pour y rencontrer ses anciens coreligionnaires, et leur prouver par les Ecritures que Jésus était bien le Messie d’Israël.

Quand Paul était chassé d’une synagogue, il continuait à enseigner et à former des disciples en les réunissant soit dans des maisons, soit dans des locaux appropriés, comme l’école d’un dénommé Tyrannus à Ephèse.

Mais, en aucun cas, dans l’esprit des apôtres de Christ et des premiers Chrétiens, ils ne se sont souciés de construire des bâtiments plus ou moins vastes pour y abriter les nombreux nouveaux convertis! Leur priorité n’était pas de construire des bâtiments! Leur priorité était d’édifier spirituellement l’Eglise de Christ!

En effet, l’Eglise de Christ n’est pas un bâtiment, c’est un Corps vivant. Et ce Corps peut se réunir n’importe où: en plein air, dans un bâtiment officiel déjà existant, dans une maison particulière, ou dans tout autre lieu. Ce n’est pas le lieu qui importe. Ce qui compte, c’est la réunion, en Son Nom, de deux ou trois disciples de Christ, au moins, pour qu’ensemble ils vivent la vie normale de l’Eglise.

Cette vie normale de l’Eglise peut se résumer aux activités suivantes:

« Ceux qui acceptèrent sa parole furent baptisés; et, en ce jour-là, le nombre des disciples s’augmenta d’environ trois mille âmes. Ils persévéraient dans l’enseignement des apôtres, dans la communion fraternelle, dans la fraction du pain, et dans les prières » (Actes 2: 41-42).

La vie de l’Eglise primitive était donc une vie de famille très simple, faite de rencontres informelles quotidiennes entre disciples habitant dans un environnement proche, afin d’écouter les enseignements des apôtres, de pratiquer la communion fraternelle, de partager la Cène du Seigneur, et de prier ensemble. Quoi de plus simple?

Notez bien qu’ils persévéraient dans tout cela. Ils y attachaient une grande importance. Mais ils n’attachaient aucune importance au lieu où ils se réunissaient! C’était tout simplement une question de commodité.

Si le groupe de disciples du village ou du quartier était peu nombreux, il se réunissait certainement dans n’importe quelle maison particulière. Si ce groupe prenait de l’importance, il devait se réunir dans la maison d’un frère disposant de locaux plus spacieux. Et si ce groupe devenait très important, il se scindait certainement en deux ou plusieurs groupes plus petits, afin d’être plus à l’aise dans leurs rassemblements, et de pouvoir continuer à mener une vie d’église familiale.

Mais le fait de se scinder n’impliquait nullement un schisme spirituel! Ils restaient profondément unis dans l’esprit, sachant que la séparation physique ne traduisait aucune séparation spirituelle. Ils savaient qu’ils appartenaient toujours à la même Eglise. Cette Eglise n’était pas une dénomination particulière. C’était le Corps de Christ.

Ils se retrouvaient d’ailleurs tous ensemble dans certaines situations particulières, dans n’importe quel lieu privé ou public, par exemple lorsqu’un apôtre était de passage, quand l’ensemble des groupes de la localité devait recevoir un enseignement commun précis, ou quand ils désiraient adorer ensemble le Seigneur. Mais tout se faisait dans la liberté de l’Esprit.

Une chose capitale doit être notée: l’Eglise primitive a été d’abord dirigée par les apôtres de Christ. Ce sont eux qui ont donné les premiers enseignements fondateurs, tels qu’ils ont été repris dans les textes qui allaient faire partie plus tard du Canon du Nouveau Testament.

Ces apôtres, et les anciens qui les ont accompagnés et suivis, étaient des hommes spirituels qui enseignaient la Vérité! Ils veillaient à la pureté de la doctrine! Même s’il fallait toujours rester prudent, on pouvait leur faire confiance!

Nous savons que, par la suite, et notamment après la « conversion » de l’Empereur Romain Constantin, les choses se sont rapidement dégradées. Une foule de courtisans se sont aussi faussement convertis, pour bénéficier des faveurs du souverain.

Constantin a couvert d’honneurs et de richesses des anciens, des presbytes et des évêques des églises, notamment ceux de l’église de Rome, qui est devenue l’Eglise de l’Empereur. De vastes et somptueuses basiliques ont été édifiées un peu partout dans l’empire.

Cette évolution a dû représenter une grande tristesse et un profond sujet d’inquiétude pour tous les Chrétiens spirituels qui avaient les yeux ouverts. On peut être certain qu’ils ont refusé d’adhérer à ce mouvement, et qu’ils ont progressivement quitté ces « grandes églises » dirigées par de plus en plus d’hommes apostats.

Parallèlement à cela, et même dans les groupes les plus fidèles, on peut constater, historiquement, la mise en place d’un nombre de plus en plus grand de « traditions religieuses », qui ont fini par prendre le dessus sur l’enseignement de la Parole de Dieu, et par brider ou même carrément éteindre la liberté de l’Esprit dans laquelle vivaient les premières communautés.

Par exemple, on a vu se constituer peu à peu une amorce de « clergé », qui a commencé à constituer un groupe à part de la masse des croyants. Les évêques, qui étaient au départ de simples surveillants du troupeau, ou des anciens dans la foi, sont devenus de plus en plus des institutions respectées et intouchables.

De même, s’est formalisée une certaine liturgie, dans la pratique des actes courants de la vie de l’Eglise: baptêmes, « eucharistie », « ordination » des anciens, cérémonies diverses, etc…

Il n’y a pas de mal en soi à adopter certaines traditions, quand elles sont conformes à la Bible. Mais ce qui est mauvais, c’est quand ces traditions sont élevées au rang de dogmes sacro-saints, auxquels il ne faut plus toucher, par respect pour « les saints anciens » qui les avaient institués!

C’est de cette manière que se sont développées toutes les traditions et toutes les pratiques adoptées par ce qui allait devenir plus tard l’Eglise Catholique Romaine.

Nombre de ces traditions et de ces pratiques ont, hélas, été conservées, ou reprises sous une autre forme, par les premiers mouvements issus de la Réforme, comme le baptême des enfants, l’organisation d’un « clergé » séparé, la liturgie du « culte », etc…

Mais il a toujours existé, depuis le début, de véritables Chrétiens, remplis de l’Esprit et de la connaissance de la Vérité, qui ne se sont pas laissés convaincre par toutes ces évolutions et ces nouveautés, et qui sont restés fidèles à « l’enseignement des apôtres ».

Cet  « enseignement des apôtres » n’est autre que le contenu de tout le Nouveau Testament, entièrement rédigé par les premiers apôtres, ou certains de leurs plus proches collaborateurs.

Par ailleurs, le Saint-Esprit a toujours été présent au sein de Son Eglise! Il nous a bien été donné pour nous conduire dans toute la Vérité! Il demeure en nous et avec nous, et Lui seul peut aussi nous conduire dans la connaissance de Jésus-Christ, et dans la connaissance de Sa Parole.

Lui seul également peut, et doit, nous conduire dans la mise en place d’une organisation pratique de la vie de notre église locale, qui soit conforme aux principes et aux enseignements de la Bible, mais vécue dans l’Esprit.

Ainsi, puisqu’on constate que l’Eglise primitive s’est toujours réunie dans des maisons, peut-on en conclure que le Saint-Esprit, aujourd’hui, cherche prioritairement à faire retourner les Chrétiens dans des groupes de maisons?

Non, ce n’est pas Sa priorité!

Si les premiers Chrétiens se réunissaient dans des maisons, c’était pour deux raisons principales:

1. Leurs dirigeants et conducteurs spirituels étaient remplis de l’Esprit de Vérité, et marchaient dans la Vérité.

2. Tous les Chrétiens nés de nouveau étaient baptisés d’eau et d’Esprit, et avaient compris que leur priorité spirituelle était le perfectionnement des saints et la sanctification.

Les apôtres étaient parfaitement conscients de la nécessité de mettre en place des dirigeants selon le coeur de Dieu, des hommes qui avaient reçu un véritable appel de Dieu pour l’exercice d’un ministère de conducteur spirituel authentique, et qui remplissaient les critères bibliques exigés pour exercer la fonction d’ancien du troupeau.

Ils savaient que de jeunes brebis à peine converties restaient fragiles, et qu’elles ne pouvaient pas être confiées aux mains de n’importe qui, ni de n’importe quel dirigeant auto-proclamé, qui ne remplissait pas les conditions exigées par le Seigneur.

Ils prenaient donc bien soin de nommer, dans chaque église locale, des anciens dignes de ce nom, et n’hésitaient pas à dénoncer publiquement ceux qui n’étaient pas dignes d’être appelés anciens.

« J’ai écrit quelques mots à l’Eglise; mais Diotrèphe, qui aime à être le premier parmi eux, ne nous reçoit point. C’est pourquoi, si je vais vous voir, je rappellerai les actes qu’il commet, en tenant contre nous de méchants propos; non content de cela, il ne reçoit pas les frères, et ceux qui voudraient le faire, il les en empêche et les chasse de l’Eglise. Bien-aimé, n’imite pas le mal, mais le bien. Celui qui fait le bien est de Dieu; celui qui fait le mal n’a point vu Dieu » (3 Jean 9-11).

L’apôtre Paul savait bien que le malin allait réussir à introduire, ou à faire se lever dans les églises, des anciens qu’il allait pouvoir contrôler, afin de faire le plus de mal possible au troupeau. Mais il n’a cessé de mettre les anciens et les brebis en garde, comme il le dit aux anciens d’Ephèse:

« C’est pourquoi je vous déclare aujourd’hui que je suis pur du sang de vous tous, car je vous ai annoncé tout le conseil de Dieu, sans en rien cacher. Prenez donc garde à vous-mêmes, et à tout le troupeau sur lequel le Saint-Esprit vous a établis évêques, pour paître l’Eglise du Seigneur, qu’il s’est acquise par son propre sang. Je sais qu’il s’introduira parmi vous, après mon départ, des loups cruels qui n’épargneront pas le troupeau, et qu’il s’élèvera du milieu de vous des hommes qui enseigneront des choses pernicieuses, pour entraîner les disciples après eux. Veillez donc, vous souvenant que, durant trois années, je n’ai cessé nuit et jour d’exhorter avec larmes chacun de vous. Et maintenant je vous recommande à Dieu et à la parole de sa grâce, à celui qui peut édifier et donner l’héritage avec tous les sanctifiés » (Actes 20: 26-32).

La priorité de Paul était bien « d’annoncer tout le conseil de Dieu », et pas d’organiser des groupes de maisons! Il savait que la priorité du Seigneur était de former des disciples spirituels, de conduire les saints de Dieu sur le chemin du perfectionnement, et de leur apprendre à marcher par l’esprit!

En effet, lorsqu’un Chrétien est encore charnel, ce qui est le cas de la plupart des nouveaux convertis, pour ne pas dire de tous, il reste une proie facile pour l’ennemi! Il court le risque, s’il n’est pas correctement guidé, de perdre beaucoup de temps dans toutes sortes de « méandres spirituels », et d’accepter beaucoup de fausses doctrines et pratiques. Il a donc besoin d’être aidé, surtout au début de sa conversion, par des anciens spirituellement solides et vrais, qui pourront lui annoncer « tout le conseil de Dieu », le mettre sur les bons rails, et continuer à le « surveiller » et à le conseiller!

Aujourd’hui, quand nous constatons l’état de délabrement avancé de beaucoup de communautés chrétiennes, ainsi que l’état spirituel épouvantable de beaucoup de leurs dirigeants, nous pouvons nous demander par quel bout nous pourrions bien commencer à résoudre ce problème, et quelles devraient être nos priorités, si nous voulons revenir au modèle biblique.

Bien-aimés, la priorité du Seigneur, aujourd’hui comme au début, reste la même! C’est le perfectionnement des saints! C’est aider les disciples de Christ à devenir de moins en moins charnels et de plus en plus spirituels! C’est de leur expliquer l’oeuvre de Christ, et notamment Son oeuvre à la croix! C’est de leur apprendre à marcher par l’esprit!

En aucun cas, la priorité n’est donc à mettre sur la création de groupes de maisons! Ceux qui oeuvrent à la constitution de groupes de maisons, ou de réseaux de groupes de maisons, se trompent complètement, s’ils n’ont pas compris que la priorité des priorités est le perfectionnement des saints et l’apprentissage de la marche par l’esprit!

Le risque est donc énorme! Ils vont plus ou moins « pousser » des Chrétiens, mécontents de leur vie d’église médiocre, à quitter les églises traditionnelles pour créer des groupes de maisons autonomes, alors que ces Chrétiens n’ont encore rien compris à la marche par l’esprit, et que la plupart continuent encore à marcher par la chair!

Sur un plan plus général, on ne peut quitter une église que par une conviction personnelle qui nous est donnée par le Saint-Esprit, et pour des raisons bibliques graves et précises, par exemple quand le péché est ouvertement pratiqué et admis dans l’église, quand de sérieuses fausses doctrines y sont reçues (en particulier concernant la Personne et l’oeuvre de Christ), ou quand l’apostasie s’y développe avec la bénédiction des anciens.

Mais quand c’est la chair qui pousse un Chrétien à quitter une église, aucune des raisons qu’il pourra invoquer ne peut être valable devant Dieu. Car, au coeur de la chair, règnent l’orgueil, l’égoïsme et la rébellion.

Je le dis et je le répète souvent: les groupes de maisons composés de Chrétiens charnels sont les pires qui soient! Car c’est au sein de petits groupes que la chair dispose du plus grand nombre d’occasions de se manifester dans toute sa laideur!

Si des Chrétien charnels se réunissent en groupes de maisons, il y a de grandes chances pour qu’ils soient déjà rebelles à toute forme d’autorité véritable, et que chacun ne cherche qu’à asseoir sa propre autorité, voire sa domination. Cela ne pourra se terminer que par de nouvelles divisions, ou par l’instauration d’un nouveau « régime dictatorial »!

Pourquoi tant de couples Chrétiens se brisent et finissent par divorcer? N’est-ce pas la chair qui a provoqué ces désastres? Si la petitesse de la taille d’un groupe était une garantie de sa réussite spirituelle, tous les couples Chrétiens devraient être les premiers à réussir leur vie spirituelle, puisqu’il s’agit là de la plus petite cellule du Corps de Christ!

Ceux qui militent pour la création de groupes de maisons vont donc, je l’affirme, au devant d’un échec spirituel cuisant, et au devant d’un nouveau témoignage chrétien lamentable, s’ils ne veillent pas d’abord à faire du perfectionnement de saints un préalable absolu!

Et d’ailleurs, une fois qu’ils auront fait du perfectionnement des saints leur priorité absolue, ils n’auront certainement plus besoin de militer pour la création de groupes de maisons, ou de petits groupes informels!

En effet, s’ils parviennent à former des Chrétiens réellement spirituels, ceux-ci seront alors directement conduits par le Saint-Esprit dans une vie d’église pratique conforme à la volonté de Dieu et aux prescriptions de la Bible. C’est le Saint-Esprit, et Lui seul, qui les conduira à former éventuellement un groupe de maison, si le besoin s’en fait sentir localement. Cela se fera naturellement, et non comme le résultat d’un plan charnel déterminé à l’avance!

Ceux qui se réclament donc de certains de mes enseignements pour justifier le fait qu’ils ont quitté une église « classique », pour créer un groupe de maison, n’ont donc ni mon approbation ni mon soutien. Car je n’enseigne pas les groupes de maisons, j’enseigne le perfectionnement des saints et la marche par l’esprit! Je ne pousse jamais à la sortie des églises et à la constitution d’églises de maisons, je pousse à la sanctification et à l’écoute de la voix de l’Esprit!

Je me contente de constater effectivement que l’Eglise primitive était composée de groupes de maisons. Mais c’était le résultat final de conditions qui étaient préalablement remplies: l’existence de conducteurs spirituels, la prédication de la saine doctrine, et la présence de brebis désireuses de se sanctifier et d’être conduites par l’Esprit.

Ne mettons donc pas « la charrue avant les boeufs »! Ne créons pas des groupes de maisons avant d’avoir d’abord veillé à former des dirigeants spirituels et à perfectionner tous les saints! Ne poussons pas à la formation de groupes de maisons sans avoir d’abord veillé à ce que tous apprennent à marcher par l’esprit!

Ensuite, quand les brebis de Dieu sauront marcher par l’esprit, ce sera le Saint-Esprit Lui-même qui les conduira dans une organisation pratique conforme à Sa volonté, c’est-à-dire dans des petits groupes informels vivant une vie d’église dans la liberté de l’Esprit, quel que soit le lieu de leurs réunions. Nous n’aurons plus besoin de « pousser » ces brebis à former des groupes de maisons!

Il est impératif que le Seigneur Jésus soit réellement le seul Maître et Seigneur de Son Eglise! Lui seul est la Tête de Son Corps! Lui seul doit édifier Son Eglise!

Mais, pour que le Seigneur puisse le faire, il faut que chacune de Ses brebis soit reliée directement à Lui, sans aucun intermédiaire humain.

Cela ne signifie nullement qu’il ne doit y avoir aucune organisation formelle de l’Eglise, ni aucun conducteur spirituel. Mais cela signifie que cette organisation formelle doit correspondre aux enseignements de la Parole de Dieu et à la direction de l’Esprit, et qu’elle soit mise en place par des conducteurs spirituels et non charnels!

Il est également clair que si les responsables d’une église « classique » se mettent à enseigner la marche par l’esprit, cela entraînera certainement de profondes remises en questions, et peut-être même un bouleversement complet de nombreuses traditions et pratiques!

Mais ces remises en questions et ces bouleversements se feront au rythme du Saint-Esprit, et sous Sa direction, à mesure que les anciens et les membres de l’assemblée apprendront à marcher de plus en plus par l’esprit.

Cela signifie donc qu’au préalable, les anciens et responsables de cette église auront décidé de se remettre en cause les premiers, et d’avoir réellement appris ce que signifie « marcher par l’esprit »! Toute réforme charnelle menée par des homme charnels est vouée à l’échec dès le départ!

Il ne s’agit pas non plus, surtout pas, de faire de la « marche par l’esprit » un ensemble de doctrines et de règles que l’on apprendrait par coeur, et que l’on imposerait plus ou moins par la contrainte ou la manipulation! C’est certainement ce que le malin cherchera à faire!

Il s’agit de vivre véritablement la Vie de l’Esprit, et de se laisser conduire par le Saint-Esprit dans les remises en causes et les réformes nécessaires, ainsi que dans une organisation pratique de l’église locale qui ne dépendra pas d’une volonté humaine, mais qui sera mise en place par le Seigneur Lui-même, selon Sa Parole, et Par Son Esprit!

Je suis convaincu que c’est ce que le Saint-Esprit a toujours fait, tout au long de l’Histoire de l’Eglise! Et c’est ce qu’Il continuera toujours à faire jusqu’à la fin! Les brebis du Seigneur entendront toujours Sa voix!

Advertisements

2 commentaires pour A37 – Faut-il militer pour les églises de maison ?

  1. Merci Frère pour ce rappel fondamental.
    Il est évident que le combat salle d’église/église de maisons n’a aucun sens ni aucun intérêt. C’est bien, comme vous le dites le perfectionnement des saints qui est le but du Seigneur et ce que l’on doit rechercher. Je partage tout à fait votre point de vue. Toutefois, il y a peut-être besoin d’aller le plus loin possible dans la compréhension de la situation que traverse l’église d’aujourd’hui.
    Vous dites :
    « Mais, pour que le Seigneur puisse le faire, il faut que chacune de Ses brebis soit reliée directement à Lui, sans aucun intermédiaire humain. » = mais, cela, ne me semble justement pas possible dans une église dénominationnelle ou dans églises de maison où le corps pastoral a remplacé la tête, Christ, et décide de ce qui doit être cru et vécu par l’ensemble des frères et soeurs.
    « Il est également clair que si les responsables d’une église « classique » se mettent à enseigner la marche par l’esprit, cela entraînera certainement de profondes remises en questions, » = pour ma part, dans mon cheminement, je n’ai connu QUE des églises classiques qui enseignaient cela. Je n’en ai jamais connu qui enseignaient de marcher par la chair. Mais, elles enseignaient ce qu’elles considéraient comme la marche par l’esprit, selon leurs doctrines et visions personnelles de ce qu’était la marche par l’esprit. De telle sorte, que tous les frères et soeurs, dans chaque église, pense chercher à marcher par l’esprit en suivant les enseignement de leur dénomination respective. Ce qui a pour conséquence que rare sont ceux qui cherchent à marcher autrement. J’en conclu que le système d’enseignement même des églises « classique » ne permet pas un développement de la vie spirituelle, mais juste un fonctionnement naturel dans un cadre religieux défini.
    Bien à vous. Dimi

  2. Flo dit :

    Cher Dimi,
    Je t’ai répondu personnellement par messagerie. Quant-au Frère Henri Viaud-Murat, il est informé de ton post ici. Si l’Esprit le lui insuffle, peut-être y répondra-t-il personnellement.
    Que la grâce et la paix de Dieu abondent dans ta vie, amen !
    Flo.

Laisser un commentaire pour l'édification commune.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :