A42 – La dîme et le clergé salarié : tâches douloureuses sur la bourse. Par Philip Schaff

Source : http://www.actes2-42.net/viola.ch7.htm

À la différence de beaucoup, nous ne colportons pas la Parole de Dieu pour le bénéfice.  – Paul de Tarse

Un homme trompe-t-il Dieu? Car vous me trompez, Et vous dites: En quoi t’avons-nous trompé? Dans les dîmes et les offrandes.

9  Vous êtes frappés par la malédiction, Et vous me trompez, La nation tout entière!

10  Apportez à la maison du trésor toutes les dîmes, afin qu’il y ait de la nourriture dans ma maison; Mettez-moi de la sorte à l’épreuve, Dit l’Éternel des armées, Et vous verrez si je n’ouvre pas pour vous les écluses des cieux, Si je ne répands pas sur vous la bénédiction en abondance.[1]      

Ce passage du chapitre 3 de Malachie semble être le texte préféré de la Bible de beaucoup de pasteurs. Particulièrement quand la générosité envers l’église est à marée basse. Si vous avez quelque temps dans l’église moderne, vous avez entendu ce passage résonner du pupitre à de nombreuses occasions. On me l’a inséré dans ma gorge tellement de fois que j’en ai perdu le compte.

 

    Considérez une partie de la rhétorique qui lui est associée :

    « Dieu vous a commandé de donner loyalement vos dîmes. Si vous ne donnez pas la dîme, vous volez le Dieu Tout-Puissant, et vous vous mettez sous une malédiction. »

    « Répétons le credo du payeur de dîme ensemble? « La dîme est au Seigneur » En vérité nous l’avons apprise. Par la foi nous y croyons. Dans la joie nous donnons la dîme !»

 

    « Vos dîmes et offrandes sont nécessaires pour que le travail de Dieu se continue ! » (le travail de Dieu,  naturellement, inclut les moyens de rémunérer le personnel pastoral et d’acquitter la facture électrique mensuelle pour garder le bâtiment à flot.)

 

    Quel est le résultat de cette sorte de pression ? Le peuple de Dieu est culpabilisé à donner un dixième de son revenu chaque semaine. Quand ils le font, ils sentent qu’ils ont rendu Dieu heureux. Et ils peuvent s’attendre à ce qu’il les bénisse financièrement. Quand ils échouent, ils sentent qu’ils sont désobéissants, et une malédiction financière apparaît indistinctement au-dessus d’eux.

 

    Mais prenons quelques pas en arrière et posons la question pénétrante : « La Bible nous enseigne-t-elle la dîme? Et… sommes-nous religieusement obligés de supporter le pasteur et son personnel ? »

    La réponse à ces deux questions choque.

 

                La Dîme est-elle biblique ?

 

    La dîme apparaît dans la Bible. Tellement que oui, la dîme est biblique. Mais elle n’est pas chrétienne. La dîme appartient à l’Israël ancien. C’était essentiellement leur impôt sur le revenu. Vous ne trouvez jamais de chrétiens du premier siècle donné la dîme dans le NT.

 

    La plupart des chrétiens n’ont pas l’idée la plus brumeuse au sujet de ce que la Bible enseigne concernant la dîme. Ainsi regardons-la. Le mot « dîme » signifie simplement la dixième partie. [2]Le Seigneur a institué trois genres de dîmes pour Israël en tant qu’élément de leur système d’imposition. Ce sont :

 

Dîme du produit de la terre pour soutenir les Lévites qui n’avaient aucun héritage dans Canaan.[3]

 

Dîme du produit de la terre pour commanditer des festivals religieux à Jérusalem. Si le produit était trop lourd pour qu’une famille l’apporte à Jérusalem, ils pouvaient le convertir en argent.[4]

 

La dîme du produit de la terre recueillie chaque troisième année pour les Lévites, les orphelins, les étrangers, et les veuves locaux.[5]

 

    C’était la dîme biblique. Notez que Dieu a commandé à Israël de donner 23.3% de leur revenu chaque année, par opposition à 10%. 6 Ces dîmes comprenaient le produit de la terre, la graine de la terre, le fruit de la terre, et le troupeau. C’était le produit de la terre, pas de l’argent.

 

    Un parallèle clair peut être vu entre le système de dîme d’Israël et le système d’imposition moderne actuel en Amérique. Israël était obligé de soutenir ses ouvriers nationaux (prêtres), leurs vacances (festivals), et leurs pauvres (étrangers, veuves, et orphelins) par ses dîmes annuels. La plupart des systèmes fiscaux modernes atteignent le même objectif.[6]

 

    Avec la mort de Jésus, tous les codes cérémonieux, gouvernementaux, et religieux qui appartenaient aux juifs ont été cloués à sa croix et à jamais enterrés … pour ressortir pour nous condamner. Pour cette raison, nous ne voyons jamais de chrétiens donner la dîme dans le NT. Pas plus que nous les voyons sacrifier des chèvres et des taureaux pour couvrir leurs péchés !

 

    Paul écrit, Col.2 :« 13  Vous qui étiez morts par vos offenses et par l’incirconcision de votre chair, il vous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses;

14  il a effacé l’acte dont les ordonnances nous condamnaient et qui subsistait contre nous, et il l’a éliminé en le clouant à la croix;

15  il a dépouillé les dominations et les autorités, et les a livrées publiquement en spectacle, en triomphant d’elles par la croix.

16  Que personne donc ne vous juge au sujet du manger ou du boire, ou au sujet d’une fête, d’une nouvelle lune, ou des sabbats:

17  c’était l’ombre des choses à venir, mais le corps est en Christ.. »[7]

    La dîme appartenait exclusivement à Israël en vertu de la loi. Quant à l’intendance financière, nous voyons les saints de premiers siècles donner gaiement selon leurs moyens, non selon un devoir selon un commandement. [8]

 

Donner dans l’église primitive était volontaire. [9]Et ceux qui en bénéficiaient étaient les pauvres, les orphelins, les veuves, les malades, les prisonniers, et les étrangers.[10]

 

    J’entends quelqu’un faire l’objection suivante en ce moment : « Mais que diriez-vous d’Abraham ? Il a vécu avant la loi. Et nous le voyons donner la dîme au grand-prêtre Melchisédech. [11]Ceci renverse votre argument que la dîme fait partie de la loi de mosaïque ? »

    En aucun cas. D’abord, le dîme d’Abraham fut complètement volontaire. Ce n’était pas forcé. Dieu ne l’avait pas commandé comme il l’a fait avec Israël.

 

    En second lieu, Abraham donna la dîme du butin qu’il avait acquis après une bataille particulière. Il n’a pas donné la dîme de son propre revenu ou de sa propriété. L’acte de dîme d’Abraham serait comparable à vous gagnant la loterie, un méga jackpot, ou recevant une bonification au travail, et en donnant alors la dîme sur le tout.

 

    Troisièmement, et le plus important, c’est le seul cas où Abraham donne la dîme des 175 années de sa vie sur cette terre. Nous n’avons aucune évidence qu’il ait jamais répété une telle chose. En conséquence, si vous souhaitez utiliser Abraham comme « texte preuve » pour arguer le fait que les chrétiens doivent donner la dîme, vous êtes obligé à la dîme une seule fois ![12]

 

    Ceci nous ramène au texte souvent cité dans Malachie 3. Qu’est-ce que Dieu disait là ? D’abord, ce passage était adressé à Israël en vertu de la loi de mosaïque. Le peuple de Dieu retenait les dîmes et offrandes. Considérez ce qui se produirait si une grande partie d’Américains refusait de payer leurs impôts sur le revenu. La loi américaine considère ceci comme un vol. [13]Ceux trouvés coupables seraient punis pour voler du gouvernement.

 

    De la même manière, quand Israël retenait des impôts (dîmes), il volait Dieu, celui qui a institué le système de la dîme. Le Seigneur a alors commandé à son peuple d’apporter leurs dîmes dans l’entrepôt. L’entrepôt était situé dans les chambres du temple. Les chambres étaient placées distantes pour contenir les dîmes (qui étaient produits, pas de l’argent) pour le soutien des Lévites, des pauvres, des étrangers, et des veuves.[14]

 

    Notez le contexte de Malachie 3:8 -10. Dans le vers 5, le Seigneur dit qu’il jugera ceux qui oppriment la veuve, l’orphelin, et l’étranger. Il dit, « ainsi je viendrai à toi pour le jugement. Je serai rapide pour témoigner contre les sorciers, adultères et parjureurs, contre ceux qui fraudent les travailleurs de leurs salaires, qui oppriment la veuve et l’orphelin, et privent les étrangers de la justice, mais ne me craignent pas. »

 

    Les veuves, les orphelins, et les étrangers étaient les destinataires légitimes de la dîme. Puisque Israël retenait ses dîmes, elle était coupable d’opprimer ces trois groupes. C’est ici le coeur de Dieu dans Malachie 3:8 – 10 : Oppression sur les pauvres.

 

    Combien de fois avez-vous entendu des prédicateurs signaler ceci quand ils vous proposent Malachie 3 ? De tous les sermons que j’ai entendus sur la dîme, je n’ai jamais entendu un chuchotement au sujet de ce que le passage parle réellement. C’est-à-dire, les dîmes servaient à soutenir les veuves, l’orphelin, les étrangers, et les Lévites (qui ne possédaient rien). C’est ce que la Parole du Seigneur a en vu dans Malachie 3.

 

 L’origine de la dîme et du salaire du clergé

 

   Cyprien (200-258) est le premier auteur chrétien à mentionner la pratique de soutenir financièrement le clergé. Il arguait du fait que tout comme les Lévites étaient soutenus par la dîme, ainsi le clergé chrétien devait être soutenu par la dîme. [15]Mais cette pensée est mal orientée. Aujourd’hui, le système Lévitique a été supprimé. Nous sommes tous des prêtres maintenant. Ainsi si, un prêtre exige une dîme, tous les chrétiens se donneront la dîme un à l’autre !

 

    La réclamation de Cyprien était excessivement rare pour son temps. Elle n’a ni été prise ni fait écho par la foule chrétienne jusqu’à beaucoup plus tard. [16]Autre que Cyprien, aucun auteur chrétien avant Constantin n’avait fait référence à l’ Ancien Testament pour préconiser la dîme. [17]Ce n’est pas avant le quatrième siècle, 300 ans après le Christ, que quelques dirigeants chrétiens ont commencé à préconiser la dîme comme pratique chrétienne pour soutenir le clergé, [18]mais ne s’est  répandu parmi les chrétiens qu’au huitième siècle ! [19]Selon un auteur, « pendant les sept cents premières années elles [les dîmes] sont à peine mentionnées. »[20]

 

    Dresser une carte de l’histoire de la dîme est un exercice fascinant. La dîme a évolué de l’état à l’église. Donner un dixième du produit était le loyer usuel chargé pour les terres louées en Europe de l’ouest. À mesure que l’église augmentait sa propriété de terre à travers l’Europe, les 10% de loyer ont été donnés à l’église. Ceci a donné au 10% de loyer une nouvelle signification. Il en est venu à être identifié avec la dîme Lévitique ! [21]En conséquence, la dîme chrétienne en tant qu’institution a été basée sur une fusion de pratique entre l’Ancien Testament et la coutume païenne.[22]

 

    Vers le huitième siècle, la dîme était requise par loi dans plusieurs régions d’Europe de l’ouest. [23]Vers la fin du dixième siècle, la distinction de la dîme en tant que loyer et une condition morale soutenue par l’Ancien Testament avait disparue. [24]La dîme est devenue obligatoire dans l’ensemble de l’Europe chrétienne. [25]

 

    En d’autres termes, jusqu’au huitième siècle, la dîme était pratiquée en tant qu’offrande volontaire. [26]Mais vers la fin du dixième siècle, elle prenait une condition légale pour soutenir l’église-état demandée par le clergé et imposée par les autorités séculaires ![27]

 

    Heureusement, la plupart des églises modernes ont éliminé le dîme comme condition légale. [28]Mais la pratique de la dîme est aujourd’hui aussi vivante que lorsqu’elle était légalement obligatoire. Certainement, vous ne pouvez pas être physiquement puni si vous n’obtempérez à la dîme. Mais si vous ne vous conformez pas dans la plupart des églises modernes, vous serez empêché d’accéder aux positions de ministère. Et vous serez pour toujours abstenu du pupitre ![29]

 

    Dans la mesure où les salaires du clergé disparaissent, les ministres étaient sans rémunération pendant les trois premiers siècles. Mais quand Constantin est apparu, il a institué la pratique de payer un salaire fixe au clergé à partir des fonds de l’église et des trésors municipaux et impériaux. [30]Ainsi est né le salaire du clergé, une pratique nuisible qui n’a aucune racine dans le NT.[31]

 

                    La racine de tout mal

 

    Si un croyant souhaite donner la dîme suite à sa décision ou sa conviction personnelle, c’est très bien. La dîme devient un problème quand elle est présentée comme un ordre de Dieu, reposant sur chaque croyant.

 

    La dîme obligatoire égale oppression sur les pauvres. [32]De multiples chrétiens pauvres ont été jetés la tête la première pauvreté grandissante parce qu’on leur dit que s’ils ne donnent pas la dîme, ils volent Dieu. [33]Quand la dîme est enseignée comme ordre de Dieu, les chrétiens qui arrivent à peine à joindre les deux bouts sont accablés dans une pauvreté plus profonde. De cette façon, la dîme vide l’Évangile de sa qualité de « bonne nouvelle aux pauvres. » [34]Au lieu d’une bonne nouvelle, on obtient un lourd fardeau. Au lieu de la liberté, on obtient l’oppression. Nous sommes si susceptibles à oublier que la dîme originale que Dieu avait établie pour Israël était pour bénéficier les pauvres, pas pour les blesser !

 

    Réciproquement, la dîme moderne est une bonne nouvelle aux riches. Pour un haut salarié, 10% n’est qu’une pauvre somme. La dîme apaise, donc, la conscience des riches, alors qu’elle n’a aucun impact significatif sur leurs styles de vie. Les chrétiens riches se trompent en pensant « obéir à Dieu » parce qu’ils jettent un 10% négligeable de leur revenu dans le plat d’offrande.

 

    Mais Dieu a une vue très différente sur le don. Rappelez-vous la parabole de la veuve : « 1  Jésus, ayant levé les yeux, vit les riches qui mettaient leurs offrandes dans le tronc.

2  Il vit aussi une pauvre veuve, qui y mettait deux petites pièces.3  Et il dit: Je vous le dis en vérité, cette pauvre veuve a mis plus que tous les autres;4  car c’est de leur superflu que tous ceux-là ont mis des offrandes dans le tronc, mais elle a mis de son nécessaire, tout ce qu’elle avait pour vivre.[35]

    Malheureusement, la dîme est trop souvent considérée comme test pour le disciple. Si vous êtes un bon chrétien, vous donnez la dîme (pense-t-on). Mais c’est une application fausse. La dîme n’est en aucun cas un signe de dévotion chrétienne. S’il en était ainsi, tous les chrétiens des premiers siècles seraient condamnés comme impies !

 

    La mauvaise racine derrière la poussée soutenue pour la dîme dans l’église moderne est le salaire du clergé. Beaucoup de pasteurs estiment qu’ils doivent prêcher la dîme pour rappeler à leur assemblée son obligation de les soutenir eux et leurs programmes. Et ils emploieront la promesse de la bénédiction financière ou la crainte d’une malédiction financière pour  s’assurer que les dîmes rentrent au bercail.

 

    De cette façon, la dîme moderne est l’équivalent d’une loterie chrétienne. Payez le dîme, et Dieu vous donnera plus d’argent en retour. Refusez la  dîme, et Dieu vous punira. Une telle façon de penser est une déchirure au coeur de la bonne nouvelle de l’Évangile.

 

    On peut dire la même chose au sujet du salaire du clergé. Il n’a aucune origine dans le NT. En fait, le salaire du clergé fonctionne à contre-courant de la Nouvelle Alliance[36].Les aînés (berger) au premier siècle n’étaient jamais salariés. [37]Ils étaient des hommes avec une vocation terrestre. [38]Ils donnaient au troupeau plus qu’ils prenaient. [39]

 

    La rémunération des pasteurs les transforme en professionnels. Elle les élève au-dessus du reste du peuple de Dieu. Elle crée une caste cléricale qui transforme le Corps vivant du Christ en affaires. Puisque le pasteur et son personnel sont « payés » pour faire le ministère ils sont des professionnels payés. Le reste de l’église s’enfonce dans un état de dépendance passive.

 

    Si chaque chrétien répondait à l’appel pour être des prêtres en fonction dans la maison du Seigneur (et ils sont autorisés à exercer cet appel), la question se poserait immédiatement : « Pourquoi payer un pasteur ! ? »

 

    Mais en présence d’un sacerdoce passif, de telles questions ne se pose jamais. [40]Au contraire, quand l’église fonctionne comme elle le devrait, un clergé professionnel devient inutile. Soudainement, la pensée qui dit, «c’est le travail du pasteur » semble hérétique. Dit simplement, un clergé professionnel stimule l’illusion apaisante que la Parole de Dieu est un matériel classifié (et dangereux) que seulement les experts autorisés peuvent manipuler. [41]

 

    Mais ce n’est pas tout. Le paiement d’un pasteur le force à plaire aux hommes. Il fait de lui l’esclave des hommes. Son dîner dépend de la mesure d’appréciation que son assemblée a de lui. Ainsi il n’est pas libre pour parler librement sans crainte de perdre quelques dîmes importantes. Ici se trouve le fléau du système de pasteur.

 

    Un autre péril du système de pasteur payé est qu’il produit des hommes vides de toutes habiletés; système hérité des Grecs païens. [42]Pour cette raison, il requiert un homme de courage énorme pour se retirer du pastorat.

 

    Malheureusement, la majeure partie du peuple de Dieu est profondément naïve au sujet de la puissance accablante du système de pasteur. C’est un système sans visage qui ne se fatigue pas de mâcher et de cracher ses jeunes. [43]Encore, Dieu n’a jamais eu l’intention de l’existence du pasteur professionnel. Il n’y a aucun mandat ou justification scripturaires pour une telle chose. En fait, il est impossible de lui construire une défense biblique. [44]

 

    Le plus souvent, des huissiers sont invités à faire circuler le panier pour la réception de l’argent pendant l’office. La pratique de passer le panier de collection est une autre invention post apostolique. Elle a commencé en 1662. Bien que les paniers d’aumône et offrandes  aient été présents avant.[45]

 

    L’huissier tire son origine de la réorganisation de la liturgie de l’église de l’Angleterre par la Reine Elizabeth I (1533-1603). Les huissiers avaient pour tâche de voir aux sièges du peuple, à la cueillette de l’offrande, et au contrôle de qui a pris la communion. Le prédécesseur de l’huissier de l’église est le « portier. » Le portier était un ordre mineur  remontant au troisième siècle. [46]Les portiers avaient le devoir de la fermeture à clef et de l’ouverture des portes de l’église, au maintien de l’ordre dans le bâtiment, et la direction générale des diacres. [47]Les portiers ont été remplacés par les « bedeaux » en Angleterre avant et pendant la période de la Réforme. [48]À partir du bedeau est venu l’huissier.

 

                             Conclusion

 

    En conclusion, la dîme, même biblique, n’est pas chrétienne. Jésus-Christ ne l’a pas confirmé. Les chrétiens des premiers siècles ne l’ont pas observée. Et pendant 300 années, le peuple de Dieu ne l’a pas pratiquée. La dîme n’est devenue une pratique largement admise parmi les chrétiens qu’avant le huitième siècle !

 

    Donner dans le NT était selon la capacité de chacun. Les chrétiens donnaient pour aider d’autres croyants aussi bien que pour soutenir les ouvriers apostoliques, leur permettant de voyager et de planter des églises. [49]Un des témoignages les plus exceptionnels de l’église primitive concerne la façon dont le libéralisme des chrétiens agissait envers le pauvre et l’indigent. [50]C’est ce qui étonnait ceux du dehors, y compris le philosophe Galen, en observant la puissance de l’église primitive et la Parole impressionnante et séduisante : « Voyez comment ils s’aiment les uns les autres. »[51]

 

    La dîme est mentionnée seulement quatre fois dans le NT. Mais aucun de ces exemples ne s’applique aux chrétiens. [52]Encore, la dîme appartient à l’ère de l’Ancien Testament où un système d’imposition était nécessaire pour soutenir les pauvres et où un sacerdoce spécifique était mis à part pour servir le Seigneur. Avec la venue de Jésus-Christ, il y a eu « changement de loi » l’Ancien « a été mis de côté » et rendu désuet par le Nouveau.[53]

     Nous sommes tous des prêtres libres de fonctionner dans la maison de Dieu. La loi, l’Ancien sacerdoce, et la dîme ont tous été crucifiés. Il n’y a maintenant aucun rideau au temple, aucun impôt du temple, et aucun sacerdoce spécifique qui se tienne entre Dieu et l’homme. Vous, cher chrétien, avez été libéré de l’esclavage de la dîme et de l’obligation de soutenir un système non biblique de clergé.

 
L’église, embrassant la masse de la population de l’empire, depuis César à l’esclave le plus minime, et vivant parmi toutes ses institutions, reçut en son sein  du matériel étranger du monde et du paganisme… bien que la Grèce et Rome antiques soient tombés pour toujours, l’esprit du paganisme Greco Romain n’est pas éteint. Il vit toujours au coeur de l’homme naturel, qui à ce jour a besoin plus que jamais de régénération par l’esprit de Dieu. Il vit également dans beaucoup d’usages idolâtres et superstitieux des églises grecques et romaines, contre lesquels l’esprit pur du christianisme a instinctivement protesté du commencement, et protestera, jusqu’à ce que tous les restes d’idolâtrie brute et raffinée soient extérieurement comme intérieurement surmontés, et baptisés et sanctifiés non seulement avec de l’eau, mais également avec l’esprit et le feu de l’Évangile.

         – Philip Schaff

 

6 commentaires pour A42 – La dîme et le clergé salarié : tâches douloureuses sur la bourse. Par Philip Schaff

  1. Pierre dit :

    Amen !!!! Merci chère soeur Flo, pour ce rappel.
    Car « faute de précepte mon peuple périt » dit les Saintes Écritures. Sois continuellement remplit de notre Sauveur et Seigneur Jésus notre bien aimé Papa Céleste.

  2. Flo dit :

    Cher Pierre,
    Oui, nous avons besoin de nous rappeler combien il est facile de tordre le sens de la parole pour certains et il ne faut pas laisser l’ennemi nous faire douter de ce que nous avons pourtant reçu en Jésus-Christ : la vérité et la vie, amen !
    Sois béni pleinement toi et les tiens cher Frère bien aimé du Seigneur, à tantôt, Flo.

  3. Joy dit :

    Bonjour ma chère Flo,

    Merci pour ce sujet sur la dîme… Le retour à la vérité de la Parole est nécessaire… « la dîme est biblique mais pas chrétienne »: cà résume bien… Le don de tout ce qui nous concerne (esprit, âme et corps) 100 % pour Jésus. Que Jésus soit notre Tout… Et le don de notre vie est ainsi 100 %…. Sois richement bénie et gardée en Jésus mon amie… Joy

  4. Flo dit :

    Chère Joy,
    Amen ! 100 % ce n’est pas un dizième, mais la totalité que Dieu veut que nous donnions pour Lui mais… POUR LUI !
    Je ne comprends même pas comment quelqu’un qui prétend être un chrétien né de nouveau en Jésus-Christ, puisse se demander comment et avec quoi il doit être charitable envers son prochain ! Il est évident qu’un chrétien « pauvre » ne donnera pas la même chose financièrement qu’un autre « mieux loti », mais oh combien ceux-là savent d’avantage encore donner tout ce qu’ils possèdent à ceux qui sont près d’eux que les derniers ! Car c’est la charité de Dieu qui nous presse, Son Véritable Amour pour tous les hommes et sans condition qui est sensé nous animer, dont nous devons être investis pour Sa Seule Gloire, amen ? Alors quand bien même je n’aurai plus rien (matériellement) j’aurai tout en Christ et ce tout je veux le donner sans compter, car c’est mon Père Céleste qui est le rémunérateur de tous et de toutes, alléluia, amen ! Je me réjouis dans l’abondance comme dans la disette car toutes choses concourent à mon bien, alléluia !
    Il y a tellement d’hypocrisie qui gouverne cette histoire de « dîme » dans les sectes religieuses (toutes confondues) alors que le don de soi est une question de bon sens et de coeur.
    Prions pour que celui de ceux qui sont sauvés par grâce comprennent enfin à qui ils ont donné leur vie et quel en est le prix (la croix) à payer. Car oui, tout se paie un jour ou l’autre, d’une façon ou de l’autre mais Gloire soit rendue au Seigneur d’être le Seul à présent à me renseigner par Son Saint-Esprit sur la valeur de toute chose, amen !
    Je te béni bien aimée du Seigneur et je t’encourage à persévérer comme tu le fais pour toi, les tiens, et tous ceux que tu approches de près ou de loin pour la joie de ton Père céleste qui te voit et qui sourit aux cieux, car tu réjouis son coeur par ton authenticité, sois fortifiée dans tes épreuves et ne perds jamais Sa Joie et SA Paix acquises pour toi à un si grand prix !
    Bien Fraternellement et affectueusement, Flo.

  5. cocoromeo dit :

    j aimerais savoir si l eglise paye ses impots à la ville de guerande !!!???? vraiment j aimerais avoir une réponse

  6. Flo dit :

    Chère cocoromeo,
    Je ne peux répondre à cela car je ne sais pas de quelle église il s’agit et je ne suis pas à guerande ! Mais si quelqu’un sait, au moins il ou elle pourra répondre !
    Flo.

Laisser un commentaire pour l'édification commune.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :