A64 – Le mystère du Corps de Christ

Article de : Henri Viaud-Murat.

Quand le Nouveau Testament nous parle de « mystères, » c’est pour nous révéler des choses qui étaient auparavant cachées, mais qui nous sont révélées dans la nouvelle alliance. L’un des mystères les plus profonds est celui du Corps de Christ.

Le Seigneur Jésus a dit à Ses disciples:

« Il vous a été donné de connaître les mystères du royaume de Dieu; mais pour les autres, cela leur est dit en paraboles, afin qu’en voyant ils ne voient point, et qu’en entendant ils ne comprennent point » (Luc 8: 10).

Le Seigneur sait que les mystères du Royaume de Dieu ne peuvent être compris que par Ses disciples. Nous devons avoir en nous la présence du Saint-Esprit pour les comprendre. Car c’est le Saint-Esprit qui doit nous conduire dans toute la Vérité. C’est aussi Lui qui connaît les profondeurs de Dieu, et qui peut nous les révéler.

« Cependant, c’est une sagesse que nous prêchons parmi les parfaits, sagesse qui n’est pas de ce siècle, ni des chefs de ce siècle, qui vont être anéantis; nous prêchons la sagesse de Dieu, mystérieuse et cachée, que Dieu, avant les siècles, avait destinée pour notre gloire, sagesse qu’aucun des chefs de ce siècle n’a connue, car, s’ils l’eussent connue, ils n’auraient pas crucifié le Seigneur de gloire. Mais, comme il est écrit, ce sont des choses que l’oeil n’a point vues, que l’oreille n’a point entendues, et qui ne sont point montées au coeur de l’homme, des choses que Dieu a préparées pour ceux qui l’aiment. Dieu nous les a révélées par l’Esprit. Car l’Esprit sonde tout, même les profondeurs de Dieu. Lequel des hommes, en effet, connaît les choses de l’homme, si ce n’est l’esprit de l’homme qui est en lui? De même, personne ne connaît les choses de Dieu, si ce n’est l’Esprit de Dieu. Or nous, nous n’avons pas reçu l’esprit du monde, mais l’Esprit qui vient de Dieu, afin que nous connaissions les choses que Dieu nous a données par sa grâce. Et nous en parlons, non avec des discours qu’enseigne la sagesse humaine, mais avec ceux qu’enseigne l’Esprit, employant un langage spirituel pour les choses spirituelles. Mais l’homme animal ne reçoit pas les choses de l’Esprit de Dieu, car elles sont une folie pour lui, et il ne peut les connaître, parce que c’est spirituellement qu’on en juge. L’homme spirituel, au contraire, juge de tout, et il n’est lui-même jugé par personne » (1 Cor. 2: 6-15).

Dieu a préparé des choses pour ceux qui L’aiment, et Il nous les a révélées par Son Esprit. Notez le temps du verbe: « Il nous les a révélées »! Paul parle au passé et non au futur! Cela signifie que ces mystères nous ont été révélés par la Parole de Dieu, et que le Saint-Esprit est prêt à nous les révéler dans notre coeur.

Toutefois, pour pouvoir bien recevoir et comprendre ces choses spirituelles qui nous sont déjà révélées dans la Parole de Dieu, et qui ne sont donc plus des mystères, nous devons être des hommes et des femmes spirituels. L’homme « animal », c’est-à-dire l’homme charnel, ne peut pas comprendre les mystères de Dieu, même s’ils nous ont déjà été révélés. Mais ces mystères lui deviendront accessibles, à mesure qu’il grandira dans l’esprit.

Nous ne devons pas oublier non plus que le plus important pour Dieu, ce n’est pas que nous connaissions tous les mystères. Le plus important pour Lui, c’est que nous soyons remplis de Son amour!

« Et quand j’aurais le don de prophétie, la science de tous les mystères et toute la connaissance, quand j’aurais même toute la foi jusqu’à transporter des montagnes, si je n’ai pas la charité, je ne suis rien » (1 Cor. 13: 2).

La connaissance enfle, mais l’amour édifie! Toutefois, cela ne signifie pas que le Seigneur ne veuille pas nous révéler les mystères qu’Il nous a destinés à connaître. La connaissance de ces mystères doit nous faire entrer plus profondément dans l’intimité du Seigneur. Dieu veut Se révéler à Ses enfants. Pour cela, Il doit nous révéler certains mystères profonds. La révélation de ces mystères nous plonge dans la joie et l’admiration, devant l’immensité de la sagesse du Seigneur et de Sa beauté parfaite.

Tous les mystères de Dieu nous ont été révélés en Christ. Nous avons tout pleinement en Lui. Le Nouveau Testament nous parle de tous les mystères qui nous ont été révélés en Christ:

  • Le mystère de l’enlèvement de l’Eglise ( 1 Cor. 15: 51).
  • Le mystère de Christ: Juifs et païens convertis forment un seul corps en Christ (Ephésiens 3: 3-7 et Colossiens 4: 3).
  • Le mystère de l’Epouse de Christ (Ephésiens 5: 32).
  • Le mystère de « Christ en nous, l’espérance de la gloire » (Colossiens 1: 26-27).
  • Le mystère de notre Dieu et Père et de Christ, mystère dans lequel sont cachés tous les trésors de la sagesse et de la science (Colossiens 2: 2- 3).
  • Le mystère de l’iniquité (1 Thessaloniciens 2: 7).
  • Le mystère de la foi (1 Timothée 3: 9).
  • Le mystère de la piété (1 Timothée 3: 16).
  • Le mystère des sept étoiles (Apocalypse 1: 20).
  • Le mystère de Dieu (Apocalypse 10: 7).
  • Le mystère de Babylone la Grande (Apocalypse 17: 5).
  • Le mystère de la femme et de la bête qui la porte (Apoc. 17: 7).

Dans le cadre de cet article, nous n’étudierons que le mystère du Corps de Christ. Si Dieu le veut, nous reprendrons plus tard l’étude des autres mystères.

Le mystère du Corps de Christ est un mystère très profond, qui nous ouvre des perspectives extraordinaires sur la nature de la relation qui existe entre Christ, qui est la Tête de ce Corps, et l’Eglise, qui est Son Corps proprement dit.

Voici ce qu’écrit l’apôtre Paul:

« C’est par révélation que j’ai eu connaissance du mystère sur lequel je viens d’écrire en peu de mots. En les lisant, vous pouvez vous représenter l’intelligence que j’ai du mystère de Christ. Il n’a pas été manifesté aux fils des hommes dans les autres générations, comme il a été révélé maintenant par l’Esprit aux saints apôtres et prophètes de Christ. Ce mystère, c’est que les païens sont cohéritiers, forment un même corps, et participent à la même promesse en Jésus-Christ par l’Evangile, dont j’ai été fait ministre selon le don de la grâce de Dieu, qui m’a été accordée par l’efficacité de sa puissance. A moi, qui suis le moindre de tous les saints, cette grâce a été accordée d’annoncer aux païens les richesses incompréhensibles de Christ, et de mettre en lumière quelle est la dispensation du mystère caché de tout temps en Dieu qui a créé toutes choses, afin que les dominations et les autorités dans les lieux célestes connaissent aujourd’hui par l’Eglise la sagesse infiniment variée de Dieu, selon le dessein éternel qu’il a mis à exécution par Jésus-Christ notre Seigneur, en qui nous avons, par la foi en lui, la liberté de nous approcher de Dieu avec confiance » (Ephésiens 2: 3-12).

Le mystère qui a été révélé à Paul, c’est que les Juifs et les païens, lorsqu’ils se convertissent à Christ, sont ensemble cohéritiers de Dieu, forment un même Corps, et participent à la même promesse en Jésus-Christ par l’Evangile.

En Christ, il n’y a donc plus aucune différence entre Juifs et Gentils. Tous passent par la même nouvelle naissance, et tous reçoivent le même salut. Tous reçoivent le même héritage spirituel, et cet héritage, c’est Christ dans toute Sa plénitude.

Chacun devient en Christ une habitation de Dieu dans l’esprit. Et l’ensemble des rachetés forme aussi un Temple saint dans le Seigneur.

« Mais maintenant, en Jésus-Christ, vous qui étiez jadis éloignés, vous avez été rapprochés par le sang de Christ. Car il est notre paix, lui qui des deux n’en a fait qu’un, et qui a renversé le mur de séparation, l’inimitié, ayant anéanti par sa chair la loi des ordonnances dans ses prescriptions, afin de créer en lui-même avec les deux un seul homme nouveau, en établissant la paix, et de les réconcilier, l’un et l’autre en un seul corps, avec Dieu par la croix, en détruisant par elle l’inimitié. Il est venu annoncer la paix à vous qui étiez loin, et la paix à ceux qui étaient près; car par lui nous avons les uns et les autres accès auprès du Père, dans un même Esprit. Ainsi donc, vous n’êtes plus des étrangers, ni des gens du dehors; mais vous êtes concitoyens des saints, gens de la maison de Dieu. Vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ lui-même étant la pierre angulaire. En lui tout l’édifice, bien coordonné, s’élève pour être un temple saint dans le Seigneur. En lui vous êtes aussi édifiés pour être une habitation de Dieu en Esprit » (Ephésiens 2: 13-22).

Les Juifs étaient proches de Dieu, et les Gentils étaient loin. Mais ni les Juifs ni les Gentils n’étaient en Dieu. A présent, Dieu a fait entrer en Christ tous ceux, Juifs ou Gentils, qui croient en Son Fils, pour devenir des membres de Son Corps.

En Christ se trouve donc réalisé le plan qui était le plus cher au coeur de Dieu: venir habiter dans un Temple saint et vivant, un Temple qui n’est pas construit de mains d’hommes, mais qui est composé de tous ceux qui sont passés par la mort et la résurrection, en Christ et avec Lui. Chacun des membres de ce Temple a été recréé à l’image de Christ. Et tous ensemble, ils forment le Corps vivant du Seigneur Jésus, dont Il est la Tête.

Tous les véritables Chrétiens ont donc avec le Seigneur Jésus une relation profonde, dont nous devons bien apprécier la nature et la qualité.

Tout d’abord, nous recevons, par notre nouvelle naissance, un esprit entièrement nouveau, créé à l’image de Dieu et de Christ, dans une justice et une sainteté que produit la vérité (Ephésiens 4: 24). Dieu ne Se contente pas de nous donner Sa parfaite Justice. Mais, en Christ, nous devenons justice même de Dieu (2 Cor. 5: 21).

Nous ne sommes plus des pécheurs par nature, comme le reste des hommes. Mais nous devenons des « saints, » par notre nouvelle nature. Et cela, c’est la grâce que Dieu offre à tous les hommes!

Par notre esprit nouveau, nous devenons même « un seul esprit » avec le Seigneur Jésus.

« Mais celui qui s’attache au Seigneur est avec lui un seul esprit » (1 Cor. 6: 17).

Nous sommes littéralement UN avec le Seigneur, de la même manière que le Seigneur Jésus est aussi UN avec Son Père. En outre, tous les Chrétiens, membres du Corps de Christ, sont aussi absolument UN en Christ. Nous qui sommes nombreux, nous sommes pourtant UN, en Christ et avec Christ, de même que le Père, le Fils et le Saint-Esprit sont UN.

Voici la prière que le Seigneur Jésus a adressée à Son Père:

« Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, afin qu’ils soient un comme nous sommes un, moi en eux, et toi en moi, afin qu’ils soient parfaitement un, et que le monde connaisse que tu m’as envoyé et que tu les as aimés comme tu m’as aimé » (Jean 17: 22-23).

Cela ne signifie pas que nous devenons Dieu, ni un Dieu. Mais nous devenons participants de la nature divine. Nous recevons une filiation divine. Nous devenons des membres de Dieu, et nous sommes un seul esprit avec Lui! Nous sommes en Christ, et Christ est aussi en nous!

Notre corps physique devient le temple du Saint-Esprit. En réalité, c’est notre esprit régénéré qui est la demeure sainte du Seigneur. Mais comme notre esprit est situé dans notre corps, celui-ci devient aussi le temple du Saint-Esprit.

« Ne savez-vous pas que votre corps est le temple du Saint-Esprit qui est en vous, que vous avez reçu de Dieu, et que vous ne vous appartenez point à vous-mêmes? Car vous avez été rachetés à un grand prix. Glorifiez donc Dieu dans votre corps et dans votre esprit, qui appartiennent à Dieu » (1 Cor. 6: 19-20).

Si notre corps physique devient le temple du Saint-Esprit, il devient aussi, littéralement, un véritable membre de Christ.

« Ne savez-vous pas que vos corps sont des membres de Christ? Prendrai-je donc les membres de Christ, pour en faire les membres d’une prostituée? Loin de là! » (1 Cor. 6: 15).

Paul est en train de reprendre sévèrement certains Chrétiens de Corinthe, qui continuaient à fréquenter des prostituées. Il leur rappelle que l’acte sexuel entre un homme et une femme fait qu’ils deviennent ainsi « une seule chair. » Comment était-il donc possible qu’ils prennent leur corps, qui est un membre de Christ, pour l’unir au corps d’une prostituée? Quel sacrilège! Quelle ignorance de la part de ces Corinthiens charnels!

Cela ne signifie pas, comme le croient à tort certains, qu’il suffit à un homme et une femme d’avoir une relation sexuelle pour qu’ils deviennent mari et femme! Cela signifie simplement que l’on a dévoyé une relation sexuelle qui est strictement réservée au couple marié.

Tout acte sexuel en dehors du mariage est de la fornication, et doit être confessé comme un péché d’impudicité, contre son propre corps.

C’est l’une des raisons pour lesquelles un Chrétien ne doit épouser qu’une Chrétienne, et inversement. Sinon, on s’expose à unir son corps, qui est un membre de Christ, avec le corps d’un païen ou d’une païenne, profanant ainsi le Corps de Christ. En outre, un enfant de Dieu, qui est lumière dans le Seigneur ne peut avoir aucune communion spirituelle avec quelqu’un qui est ténèbres!

« Ne vous mettez pas avec les infidèles sous un joug étranger. Car quel rapport y a-t-il entre la justice et l’iniquité? ou qu’y a-t-il de commun entre la lumière et les ténèbres? Quel accord y a-t-il entre Christ et Bélial? ou quelle part a le fidèle avec l’infidèle? Quel rapport y a-t-il entre le temple de Dieu et les idoles? Car nous sommes le temple du Dieu vivant, comme Dieu l’a dit: J’habiterai et je marcherai au milieu d’eux; je serai leur Dieu, et ils seront mon peuple. C’est pourquoi, sortez du milieu d’eux, et séparez-vous, dit le Seigneur; ne touchez pas à ce qui est impur, et je vous accueillerai. Je serai pour vous un père, et vous serez pour moi des fils et des filles, dit le Seigneur tout-puissant » (2 Corinthiens 6: 14-18).

Le Chrétien est appelé « justice, lumière, Christ, fidèle et temple de Dieu. » Tandis que le païen est appelé « iniquité, ténèbres, Bélial, infidèle et idole »! Quelle opposition absolue! Quelle union intime entre Christ et Ses disciples!

Paul écrit aussi aux Ephésiens:

« Celui qui aime sa femme s’aime lui-même. Car jamais personne n’a haï sa propre chair; mais il la nourrit et en prend soin, comme Christ le fait pour l’Eglise, parce que nous sommes membres de son corps, étant de sa chair et de ses os. C’est pourquoi l’homme quittera son père et sa mère, et s’attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair. Ce mystère est grand; je dis cela par rapport à Christ et à l’Eglise » (Ephésiens 5: 28-32).

L’expression « étant de sa chair et de ses os » manque dans certaines versions. Mais les meilleures versions comportent cette mention. Par l’emploi de ces termes, Paul insiste vraiment sur le fait que nous sommes littéralement des membres du Corps du Seigneur, « chair de sa chair et os de ses os »!

La prise de conscience de cette réalité doit normalement être pour nous un puissant stimulant pour nous sanctifier! Puisque nous sommes un seul esprit avec Christ, et que nous sommes membres de Son corps, nous devons marcher sur cette terre comme Jésus a marché, et rechercher constamment la sanctification.

Pour cela, il est indispensable que nous comprenions l’oeuvre de la croix, et que nous sachions que nous avons été délivrés de toute la puissance du péché, par le sacrifice du Seigneur Jésus.

En effet, le Corps de Christ peut aussi être souillé par autre chose qu’un acte sexuel impur. Il peut être souillé par toutes les oeuvres de la chair, chaque fois qu’un Chrétien marche par la chair.

« Or, les oeuvres de la chair sont manifestes, ce sont l’impudicité, l’impureté, la dissolution, l’idolâtrie, la magie, les inimitiés, les querelles, les jalousies, les animosités, les disputes, les divisions, les sectes, l’envie, l’ivrognerie, les excès de table, et les choses semblables. Je vous dis d’avance, comme je l’ai déjà dit, que ceux qui commettent de telles choses n’hériteront point le royaume de Dieu » (Galates 5: 19-21).

Toutes ces choses, lorsqu’elles sont faites par un Chrétien, souillent le Corps de Christ!

Nous savons, en effet, qu’une puissance de péché continue d’habiter dans notre corps physique. Paul appelle cette puissance de péché « la chair, » car elle demeure fixée à notre chair physique, même après notre nouvelle naissance spirituelle.

Cela signifie qu’un Chrétien né de nouveau peut encore pécher, s’il laisse la chair le dominer. Nous disposons toujours du sang de Jésus pour nous purifier de tout péché. Mais Dieu a un autre plan pour nous, que de toujours pardonner les péchés que nous Lui confessons! Il veut nous montrer que nous avons, en Christ, une pleine victoire sur le péché!

Si cette puissance de péché demeure dans notre corps physique, nous ne devons jamais oublier que Christ nous a complètement délivrés, non de la présence de cette puissance de péché, mais de sa domination sur nous.

« Que dirons-nous donc? Demeurerions-nous dans le péché, afin que la grâce abonde? Loin de là! Nous qui sommes morts au péché, comment vivrions-nous encore dans le péché? Ignorez-vous que nous tous qui avons été baptisés en Jésus-Christ, c’est en sa mort que nous avons été baptisés? Nous avons donc été ensevelis avec lui par le baptême en sa mort, afin que, comme Christ est ressuscité des morts par la gloire du Père, de même nous aussi nous marchions en nouveauté de vie. En effet, si nous sommes devenus une même plante avec lui par la conformité à sa mort, nous le serons aussi par la conformité à sa résurrection, sachant que notre vieil homme a été crucifié avec lui, afin que le corps du péché fût détruit, pour que nous ne soyons plus esclaves du péché; car celui qui est mort est libre du péché » (Romains 6: 1-7).

Quelle vérité absolument fondamentale! Par Sa mort, Christ nous a fait mourir au péché! Nous avons été plongés dans la mort de Christ, pour que « ce corps de péché soit détruit, » c’est-à-dire « réduit à l’impuissance »!

Notre corps de péché est réduit à l’impuissance, parce que la puissance de péché qui habite encore dans notre corps physique a été réduite à l’impuissance! Nous ne sommes plus obligés de pécher! Nous ne sommes plus obligés de marcher selon la chair! Nous pouvons marcher par l’esprit, si nous connaissons l’oeuvre de la croix, et si nous sommes dans la foi.

« En effet, la loi de l’esprit de vie en Jésus-Christ m’a affranchi de la loi du péché et de la mort. Car chose impossible à la loi, parce que la chair la rendait sans force, Dieu a condamné le péché dans la chair, en envoyant, à cause du péché, son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché, et cela afin que la justice de la loi fût accomplie en nous, qui marchons, non selon la chair, mais selon l’esprit » (Romains 8: 2-4).

Il est clair que cette loi de l’esprit de vie en Jésus-Christ ne fonctionne pas automatiquement, pour nous libérer de la loi du péché et de la mort qui est dans la chair. La loi de l’esprit de vie en Jésus-Christ nous a libérés de la loi du péché, à condition que nous le sachions et que nous le croyions!

C’est en apprenant à marcher par l’esprit que nous pourrons concrètement annuler la loi du péché et de la mort qui est dans la chair, et produire le bon fruit de l’esprit.

« Mais le fruit de l’Esprit, c’est l’amour, la joie, la paix, la patience, la bonté, la bénignité, la fidélité, la douceur, la tempérance; la loi n’est pas contre ces choses. Ceux qui sont à Jésus-Christ ont crucifié la chair avec ses passions et ses désirs. Si nous vivons par l’Esprit, marchons aussi selon l’Esprit » (Galates 5: 22-25).

Ainsi, actuellement, et jusqu’à la résurrection de notre corps physique, le péché demeure présent dans notre corps physique. Nous l’avons vu, notre corps physique est aussi un membre de Christ. Le péché demeure donc également dans le Corps du Seigneur Jésus. Mais le péché a été vaincu par Sa mort, et il ne doit donc plus se manifester!

Comprenez-vous donc l’importance du message de la croix, ainsi que l’importance de savoir ce que signifie « marcher par l’esprit »? Car en marchant par l’esprit, on maintient la puissance de la chair dans l’impuissance! En marchant par l’esprit, on peut pleinement honorer un Seigneur auquel nous sommes aussi étroitement unis!

Marcher par l’esprit ne signifie pas seulement nous sanctifier pour le retour du Seigneur. Mais cela signifie, concrètement, honorer la présence du Seigneur dans nos membres. Cela signifie « livrer nos membres au Seigneur, comme des instruments de justice »! Il nous est à présent possible de ne plus livrer nos membres au péché, comme des instruments d’iniquité!

Le péché est toujours comparé à du levain dans la Bible. Actuellement, le levain du péché est présent dans le Corps de Christ, mais toute sa puissance potentielle de « fermentation » peut être complètement annulée, tant que nous marchons par l’esprit!

Ainsi, la présence du péché dans nos membres ne peut plus être une excuse pour invoquer devant Dieu la « faiblesse de notre chair »! Car nous pouvons à présent marcher dans la sainteté de Christ, par la foi en ce qu’Il a accompli. Celui qui continue à pécher, en invoquant la « faiblesse de sa chair, » ne fait que confesser son ignorance de l’oeuvre de la croix!

Lorsque le Seigneur reviendra chercher Son Eglise, les morts en Christ ressusciteront les premiers, et recevront un nouveau corps glorifié. Puis, nous, les vivants, qui faisons partie de Son Epouse, nous serons changés en un instant. La puissance de péché et de mort qui est encore présente dans nos corps physiques sera ôtée, et nos corps deviendront aussitôt immortels, ayant revêtu l’incorruptibilité! Tout levain de péché sera éliminé de notre corps physique, qui recevra alors le plein bénéfice de sa rédemption, et qui sera changé à l’image du corps ressuscité de Christ.

Nous sommes convaincus que c’est pour cette raison que les auteurs du Nouveau Testament, quand ils parlent du pain de la Cène, ont toujours employé le mot grec qui signifie « pain ordinaire levé » (artos). Ils n’ont pas employé le terme grec qui existait pour désigner le pain non levé (azumos).

Le pain de la Cène représente le Corps de Christ, de même que le vin de la coupe représente Son sang.

L’emploi du pain levé ne peut que nous rappeler qu’actuellement, dans le Corps de Christ, le levain du péché demeure présent, sous la forme de la chair. Mais, justement, la Cène nous permet de commémorer la MORT du Seigneur, car c’est par Sa MORT que nous avons été délivrés de toute la puissance du péché, même s’il reste présent dans nos membres et dans le Corps de Christ!

« Lui qui a porté lui-même nos péchés en son corps sur le bois, afin que morts aux péchés nous vivions pour la justice; lui par les meurtrissures duquel vous avez été guéris » (1 Pierre 2: 24).

En effet, Jésus a porté nos péchés sur la croix, mais aussi toutes les conséquences du péché, notamment nos maladies et nos infirmités. C’est aussi pour cela que l’Esprit de résurrection, qui demeure en nous, peut en permanence faire passer la Vie de Dieu dans notre corps mortel:

« Et si Christ est en vous, le corps, il est vrai, est mort à cause du péché, mais l’esprit est vie à cause de la justice. Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Christ d’entre les morts rendra aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous. Ainsi donc, frères, nous ne sommes point redevables à la chair, pour vivre selon la chair. Si vous vivez selon la chair, vous mourrez; mais si par l’Esprit vous faites mourir les actions du corps, vous vivrez, car tous ceux qui sont conduits par l’Esprit de Dieu sont fils de Dieu » (Romains 8: 10-14).

Christ a porté nos péchés et nos maladies dans Son corps, sur le bois de la croix, sous la forme de la mort physique qu’Il a subie. « Mort » et « péché » sont deux termes synonymes dans la Bible. Le péché conduit toujours à la mort. Le Seigneur a volontairement laissé entrer cette mort dans Son Corps pur, afin de nous délivrer de la puissance de la mort.

Jésus était absolument sans péché, dans Son Esprit, Son âme et Son corps. Mais, sur le bois de la croix, Il a laissé la mort entrer en Lui, mais uniquement dans Son corps. C’est pour cette raison que le Seigneur Jésus a dû S’incarner dans la chair. Car Sa chair était la seule partie de Son Etre qui pouvait connaître la mort.

Toutefois, parce que ce n’était pas Son péché, mais le nôtre, qui L’a conduit à la mort, la mort n’a pas pu Le retenir! Il est ressuscité pour notre justification, laissant dans la tombe tout notre passé de péché!

La mort est complètement étrangère à la nature de Dieu, qui est la Vie éternelle! Et pourtant, par amour pour nous, le Seigneur Jésus a laissé la mort entrer dans Son Corps sur la croix, afin que nous puissions être libérés de toute sa puissance!

Si Jésus a connu la mort pour nous, et nous a entraînés dans Sa mort, c’était pour nous entraîner aussi dans Sa résurrection, et dans Sa complète victoire sur le péché!

Au moment même où Christ est mort, Il a vaincu celui qui avait la puissance de la mort, le diable!

« Ainsi donc, puisque les enfants participent au sang et à la chair, il y a également participé lui-même, afin que, par la mort, il anéantît celui qui a la puissance de la mort, c’est-à-dire le diable, et qu’il délivrât tous ceux qui, par crainte de la mort, étaient toute leur vie retenus dans la servitude » (Hébreux 2: 14-15).

Par Sa mort, Christ a anéanti toute la puissance de la mort et du péché, même si la chair continue à habiter actuellement dans nos membres. Si nous avons compris que le péché n’a plus aucun pouvoir sur nous, c’est comme si ce péché n’existait plus pour nous! C’est comme si nous étions morts au péché, et que le péché était mort pour nous!

Combien de fois faudra-t-il répéter cette Vérité, jusqu’à ce que tous l’aient enfin pleinement comprise? Car c’est cette Vérité qui nous donne la foi pour marcher concrètement dans la victoire sur tout péché!

La présence du péché dans le Corps de Christ n’est donc plus une souillure pour ce Corps, POURVU QUE ceux qui composent ce Corps marchent par l’esprit, et non plus par la chair! La mort et la résurrection du Seigneur Jésus ont rendue possible cette marche par l’esprit de chacun des membres de Son Corps!

Oh, combien il est important de savoir que nous pouvons, et que nous devons, marcher pleinement par l’esprit, dans la sainteté parfaite de Christ! Jésus a tout accompli pour que nous puissions être saints comme Lui, et parfaits comme notre Père Céleste est parfait! Le règne de Satan et du péché est terminé pour nous! Christ peut pleinement régner sur Son Eglise! Mais elle ne doit pas ignorer le message de la croix! Elle doit savoir comment marcher par l’esprit!

« Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l’oeuvre du ministère et de l’édification du corps de Christ, jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ, afin que nous ne soyons plus des enfants, flottants et emportés à tout vent de doctrine, par la tromperie des hommes, par leur ruse dans les moyens de séduction, mais que, professant la vérité dans la charité, nous croissions à tous égards en celui qui est le chef, Christ. C’est de lui, et grâce à tous les liens de son assistance, que tout le corps, bien coordonné et formant un solide assemblage, tire son accroissement selon la force qui convient à chacune de ses parties, et s’édifie lui-même dans la charité. Voici donc ce que je dis et ce que je déclare dans le Seigneur, c’est que vous ne devez plus marcher comme les païens, qui marchent selon la vanité de leurs pensées. Ils ont l’intelligence obscurcie, ils sont étrangers à la vie de Dieu, à cause de l’ignorance qui est en eux, à cause de l’endurcissement de leur coeur. Ayant perdu tout sentiment, ils se sont livrés à la dissolution, pour commettre toute espèce d’impureté jointe à la cupidité. Mais vous, ce n’est pas ainsi que vous avez appris Christ, si du moins vous l’avez entendu, et si, conformément à la vérité qui est en Jésus, c’est en lui que vous avez été instruits à vous dépouiller, eu égard à votre vie passée, du vieil homme qui se corrompt par les convoitises trompeuses, à être renouvelés dans l’esprit de votre intelligence, et à revêtir l’homme nouveau, créé selon Dieu dans une justice et une sainteté que produit la vérité » (Ephésiens 4:11-24).

Bien-aimés, tout le programme de la vie chrétienne se trouve décrit dans ce passage! Notre vieil homme est mort et enterré en Christ. Nous sommes déjà cet « homme nouveau » dont Paul parle. Il est peut-être encore enfoui sous une couche épaisse de chair, mais il est déjà parfaitement créé dans la justice et la sainteté parfaites de Christ! Pour que notre « homme nouveau » puisse se manifester, et pour que Christ puisse Se manifester au travers de notre « homme nouveau, » il faut que notre intelligence soit éclairée, que nous puissions comprendre et croire tout ce que Christ a accompli!

Puissions-nous tous connaître, entendre et voir cette Vérité qui est en Jésus! Que tous ceux qui enseignent les enfants de Dieu puissent être pénétrés de cette Vérité!

Alors, tout ce Corps de Christ, solidement assemblé, et s’édifiant dans l’amour, pourra pleinement manifester Celui qui l’a sauvé, et qui demeure en lui! Tous pourront enfin « voir Jésus » au travers de Son Eglise! Et nous pourrons ainsi pleinement satisfaire le coeur de notre Père!

 

Laisser un commentaire pour l'édification commune.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :