A82 – Assurance et convictions

Ce texte est la mise par écrit d’un message donné oralement par Henri VIAUD-MURAT, message qui a été enregistré sur cassette audio. Afin de garder la spontanéité de ce qui a été donné, la mise par écrit a été faite en conservant l’intégralité de l’enregistrement oral, sauf quelques modifications mineures qui étaient nécessaires à la compréhension du texte écrit.

Dieu veut des hommes et des femmes remplis d’assurance, avec une pleine conviction

 

Vous savez que le Seigneur nous a donné sa Parole pour nous nourrir. Notre esprit a besoin d’être nourri pour être fort. C’est la Parole qui nous nourrit, c’est la manne. La Parole est comparée au pain du ciel, c’est Jésus le pain du ciel, mais la Parole c’est la manne qui nous nourrit et qui nourrit notre esprit, d’abord, notre âme, notre corps, et si nous acceptons en abondance cette nourriture, nous n’attraperons jamais d’indigestion. Si nous mangeons la Parole de Dieu par l’Esprit du Seigneur, jamais nous n’aurons d’indigestion. L’indigestion vient quand nous mangeons la lettre de la Parole et quand nous nous gavons, comme les scribes le faisaient. Ils se gavaient de la Parole, mais pas par l’Esprit. Tandis que quand nous ouvrons notre esprit à la source d’eau vive qu’est la Parole, nous pouvons en absorber tant que nous voulons, nous ne serons jamais malades de trop manger de la Parole. Alors ce soir, je voudrais vous parler de la nécessité d’avoir une pleine conviction. Ou de la nécessité d’avoir des convictions, mais je préfère une pleine conviction. Le Seigneur nous demande d’être des hommes et des femmes de conviction ; mais des convictions qui viennent de Dieu. Parce qu’on peut avoir aussi des convictions qui sont mauvaises, mais à la limite, je préfère quelqu’un qui a des convictions, même si elles ne sont pas encore bonnes, que quelqu’un qui est mi-figue mi-raisin, vous savez, être mi-figue mi-raisin, c’est être tiède, et le Seigneur, Il veut soit des bouillants, d’abord, bien sûr, en priorité, soit des froids. Les froids ils ont des convictions, mais elles sont mauvaises. Et le

Seigneur veut les changer en bonnes convictions qui viennent de Lui, parce que ces convictions-là, c’est notre colonne vertébrale d’enfant de Dieu.

 

Quand nous rencontrons des enfants de Dieu qui n’ont pas vraiment la conviction de la Parole de Dieu dans leur coeur, cela fait des enfants de Dieu tièdes, des enfants de Dieu qui ne tiennent pas fermes dans le vent et dans l’épreuve. Alors bien sûr, il y a une croissance, quand on commence une vie chrétienne, on commence en tant que bébé en Christ, on ne peut pas avoir toutes les convictions d’un coup, mais dès le premier jour de notre conversion, on peut avoir déjà la conviction dans le coeur, ou des convictions dans le coeur, dès le premier jour. Quand le Saint-Esprit vient sur nous, qu’Il nous convainc de péché, nous sommes déjà, dès le premier jour, convaincus d’une chose : c’est que nous sommes des pécheurs et que nous sommes destinés naturellement, si nous n’avons pas Christ dans nos vies, à la mort de l’enfer pour toujours. Ça, c’est une conviction que le Saint-Esprit donne. Toutes les convictions qui nous viennent de Dieu nous sont données par le Saint-Esprit, évidemment par la Parole. Et dès le premier jour, nous devons avoir ces convictions ; une conviction de péché, une conviction de justice, quand Dieu nous révèle, par son Esprit les merveilles de sa justice par la foi en Jésus. C’est une conviction extraordinaire qui nous est donnée. Vous pouvez imaginer une vie chrétienne qui commence avec une demi-conviction de péché, une demi-conviction de justice, une demi-conviction de salut. Où est-ce qu’on va avec ces demi-convictions ? On ne va nulle part ; nulle part.

 

Le Seigneur veut que nous ayons tout, parce qu’Il nous donne son Esprit pour avoir une pleine conviction. Le Seigneur ne va pas nous reprocher de ne pas connaître certaines choses, Il va nous enseigner au fur et à mesure. Mais à mesure qu’Il nous enseigne quelque chose, Il nous demande de prendre position. Il nous demande de prendre position, et d’être convaincus, évidemment par son Esprit, pour prendre Sa position à lui. Mais Il nous demande de ne pas rester indécis et hésitants sur toutes les vérités de Sa parole, d’une part, et sur le plan qu’Il a pour nos vies, d’autre part, parce que Dieu veut nous révéler Son plan. Il ne va pas nous révéler tous les détails à l’avance jusqu’à la fin, mais aujourd’hui, si nous crions à Lui, Il peut nous dire : « Voilà aujourd’hui, la direction que je donne à ta vie. Même si tu ne connais pas les détails, tu cries à moi parce que tu veux avoir la lumière, je commence à mettre dans ton coeur des convictions. Tu es appelé à ça, tu es fait pour ça. « Le Seigneur met dans ton coeur des convictions qui vont te guider, jusque dans la vie éternelle. Alors on doit être des hommes et des femmes de conviction.

 

Nous allons regarder certains passages de la Bible qui nous montrent le fruit de la conviction dans la vie d’un chrétien, et le fruit du manque de conviction, afin d’éliminer de nos coeurs tout ce qui n’est pas conviction. D’abord, dans Romains 14, et au verset 5. Là, si nous voyons le contexte de ce verset, dans Romains 14, il parlait des chrétiens qui sont encore faibles dans la foi, et des chrétiens qui sont forts dans la foi. Ils pouvaient avoir tous les deux des convictions. Celui qui était faible dans la foi, par exemple, il avait la conviction qu’il fallait manger ou pas certaines choses. Celui qui était fort dans la foi avait la conviction qu’on pouvait manger de tout. Mais ce que dit Paul là, il dit : « Ecoute, tu vas peut-être changer de conviction en cours de route, parce que le Seigneur va t’éclairer, mais ce qui compte pour toi, maintenant aujourd’hui, c’est que tu aies une pleine conviction de ce que tu es en train de pratiquer, de vivre. « Tu ne peux pas rester entre deux chaises, et dire : « Oui, je mange de ça, mais je n’en suis pas vraiment sûr. Et puis si j’en mange qu’est-ce qui va se passer ? Alors j’en mange, mais Ö » Alors on a un gros doute dans le coeur, on a des choses qui ne vont pas, et là, le Seigneur dit, je lis le verset 5, deuxième partie du verset 5 : « Que chacun ait dans son esprit, (Il ne parle pas de l’intelligence, Il parle de l’esprit). Que chacun ait dans son esprit une pleine conviction. Voilà, c’est le thème du message de ce soir. Que chacun ait dans son esprit une pleine conviction. Quelles que soient les choses que tu pratiques en tant que chrétien, tu dois le faire dans une pleine conviction.

 

Que ce soient les choses que tu comprends dans la Parole, que ce soient les choses que Dieu te demande de faire, ne fais rien sans avoir une pleine conviction parce que si tu le fais sans conviction, tu pèches. Dans le même chapitre, il dit, à la fin de ce chapitre au dernier verset du chapitre, verset 23, « celui qui a des doutes, au sujet de ce qu’il mange, mais on pourrait mettre n’importe quel sujet, celui qui a des doutes sur telle ou telle chose, il est condamné. Et le mot grec est encore plus fort, c’est damné. C’est fort n’est-ce pas ? Alors évidemment, ça ne veut pas dire que si tu hésites à manger un plat tu vas être damné, ça veut dire que si tu restes dans cet état d’esprit, où tu n’as pas une ferme conviction, il est dit : « tout ce qui ne résulte pas de la foi est péché. « La foi, c’est une pleine conviction de quelque chose. Même si ce n’est pas encore la perfection de la bonne doctrine, là, manifestement, ceux qui ne voulaient pas manger de certains aliments c’est parce qu’ils étaient encore faibles dans la foi. Ils pensaient qu’il y avait des aliments impurs, des aliments purs, et nous savons, nous qui sommes chrétiens, que nous ne sommes plus sous cette loi et tout est pur pour les enfants du Seigneur, si nous rendons grâce. Si nous rendons grâce, tout est purifié par la Parole et par la prière. Mais il y avait des enfants de Dieu qui n’avaient pas cette force-là de foi, et ils avaient une foi faible, mais ils avaient une conviction qu’ils ne devaient pas manger de certaines choses. Et Paul leur dit : « Cette conviction que tu as là, garde-la. Tu vas peut être en changer encore une fois, parce que Dieu va te montrer des choses plus profondes et plus grandes, mais il est important que tu ne fasses rien sans conviction ». Pour moi ça a été une des grandes leçons de ma vie, parce qu’au début de ma vie chrétienne j’ai eu des convictions, mais j’ai fait tellement de choses sans conviction et j’ai vu les conséquences désastreuses que cela a produit dans ma vie et dans la vie des autres, que ça m’a été une leçon pour la vie. J’ai appris à mes dépends. Mais chaque fois que j’avais un doute que je devais faire ou ne pas faire quelque chose, et que je le faisais dans le doute et que j’ai vu les conséquences que ça pouvait entraîner, Dieu m’a appris à ne rien faire sans avoir la conviction. Dieu m’a appris à dire,

Seigneur, que ce soit pour faire une visite ou que ce soit pour me rendre à un endroit, que ce soit pour parler à un frère ou à une soeur d’un sujet quelconque, si je ne le fais pas dans une pleine conviction, il vaut mieux ne rien faire et ne rien dire. Et continuer à prier en disant : « Seigneur, je ne peux pas rester comme ça, avec un coeur partagé, j’ai besoin d’avoir une conviction. « Et comme Dieu me dit : « Il faut que tu fasses tout avec conviction », Il sera le premier à travailler dans mon coeur pour me donner une conviction, pour me parler par son Esprit, pour permettre que je ne sois pas dans le péché ; parce que si je ne crois pas pleinement, avec foi, je pèche, si je suis en train de faire quelque chose qui n’est pas le fruit d’une pleine conviction, je pèche.

 

Alors vous pouvez mesurer combien de fois nous pouvons pécher, parce que nous faisons des choses sans conviction. On a envie de faire quelque chose, mais on n’est pas sûr. Ou on a l’impression que Dieu nous a parlé, mais, ce n’est pas tout a fait ça. Alors on le fait, et on est dans le péché parce qu’on n’est pas pleinement convaincu. On a manqué de chercher la face du Seigneur pour qu’Il nous donne cette conviction. Il est le premier à vouloir nous la donner. Alors, bien-aimés, s’il y avait quelque chose que vous devez retenir de ce message de ce soir, c’est cessez de faire quoi que ce soit sans conviction. Arrêtez immédiatement. Arrêtez ! Parce qu’en le faisant, on pèche. On ne peut rien faire d’agréable à Dieu, sans une pleine assurance. C’est la définition même de la foi. La foi, c’est la pleine assurance, ou la pleine conviction des choses qu’on espère, ou qu’on ne voit pas. Alléluia ! Je vais lire quelques passages qui nous montrent, quand nous sommes dans cet état de conviction, comment ça se traduit dans nos coeurs.

 

Dans ce chapitre 14, toujours, il dit au verset 23 :

« Celui qui a des doutes », donc, le premier signe d’un manque de conviction, c’est qu’il y a dans le fond du coeur un doute. Et je suis certain que nous savons quand nous avons un doute dans le coeur.

 

On ne peut pas manquer de le savoir, ce n’est pas possible. Quand vous avez une pleine conviction de quelque chose, ça se sait, on le sent dans le coeur. On est absolument persuadé. Dès qu’on sent le moindre doute, c’est le signe qu’il n’y a pas une pleine conviction, et c’est le signe qu’il faut continuer à prier pour l’avoir. Donc le premier symptôme, c’est le doute. Et puis dans le même verset, celui qui a des doutes au sujet de ce qu’il mange est condamné. Le deuxième symptôme, c’est un esprit de condamnation. On n’a pas la paix intérieure. Il y a quelque chose qui nous ronge. On sent que quelque part dans notre relation avec Dieu, il y a quelque chose qui ne va pas. C’est un esprit de condamnation.

 

Et je crois que cet esprit-là est différent de l’esprit de condamnation que donne le diable qui essaye de nous culpabiliser. Ce n’est pas ça du tout ; là, c’est le Saint-Esprit qui est en train d’agir, pour nous montrer que nous ne sommes pas dans la conviction, et pour nous montrer que si nous restons dans ce manque de conviction, nous sommes dans le péché. Donc c’est un travail de conviction de péché par le Saint-Esprit. C’est très différent de l’esprit de culpabilité que donne le diable. Il va toujours essayer de le faire, le diable, qu’on ait ou pas des convictions, c’est son travail. Le travail du Saint-Esprit, c’est de nous convaincre de péché, donc de nous montrer notre culpabilité, si nous sommes dans le péché.

 

Et si nous sommes dans le doute, nous sommes dans la culpabilité et nous sommes condamnés par le Seigneur. Quand le Seigneur nous condamne, ce n’est pas pour nous mettre à la porte, vous voyez dans quel sens je le dis ; c’est pour nous convaincre de péché, pour nous dire : « Ta position n’est pas bonne, stop ! Arrête-toi, ta position n’est pas bonne. Tu n’as pas la conviction. Il y a un esprit de condamnation sur toi ». C’est comme ça que travaille le Saint-Esprit.

Regardez dans 2 Corinthiens 9, un autre symptôme, 2 Corinthiens 9 verset 7. Là, le contexte est à propos de ceux qui donnent de l’argent. Il y en a qui donnent de l’argent avec joie parce qu’ils ne sont pas attachés aux sous, il y a des chrétiens qui dès qu’il faut qu’ils lâchent la moindre pièce, mmmhÖ

 

Ils le font sans aucune conviction, parce qu’il y a un sentiment d’attachement à l’argent. Ici au chapitre 9 et au verset 7, il dit : « Que chacun donne comme il l’a résolu dans son coeur, sans tristesse ni contrainte ». Donc, un autre symptôme d’un manque de conviction c’est la tristesse dans le coeur. On a décidé de faire quelque chose, mais on n’a pas de conviction donc, ça ne donne pas la joie. Il y a une tristesse dans le coeur, en tout cas, on sent qu’il n’y a pas une pleine joie parce que quand on a une vraie conviction dans le coeur, quand on est dans le plan de Dieu, alors, on sait que c’est ça, Dieu nous a parlé, Dieu nous a montré, on l’a accepté, quel soulagement, quelle joie ! Et quelle paix ! Le manque de conviction se traduit par la tristesse ; il n’y a pas de joie.

 

Et puis ensuite, il y a aussi la contrainte. On a été contraint, ou par nous-mêmes, ou par quelqu’un d’autre, de faire quelque chose, mais ça ne résultait pas de la conviction. Et le diable travaille toujours par la contrainte, alors que le Seigneur ne travaille jamais par la contrainte. Le Seigneur travaille par la conviction. Il nous convainc par son Esprit et sa Parole pour nous donner une pleine foi, et s’il n’y a pas cette conviction, on va essayer de faire quelque chose, peut-être, mais ça va être par la contrainte.

 

Soit pour faire plaisir à quelqu’un, soit parce qu’on a été forcé par quelqu’un, de faire quelque chose, et on ne l’a pas accepté librement par un acte résolu de notre volonté. Il peut y avoir une contrainte sur toi : tu l’examines, et puis tu dis : « Bon, je décide moi-même avec une pleine conviction, de faire ce qu’on me demande de faire de force. Rappelez-vous Matthieu, le sermon sur la montagne, où Jésus dit : « Si on te force à faire un mille, fais-en deux ». Il a pleinement accepté la contrainte, mais avec un coeur entier, et il a dit : « Bon, tu le veux ? tu en auras le double ». Alors que si on est forcé de faire quelque chose mais sans vraiment accepter, on n’a pas une pleine conviction, et là on pèche, parce qu’on n’est pas dans le plan du Seigneur. On n’est pas dans la foi et dans la conviction.

 

Dans 1 Corinthiens 7, c’est le chapitre sur le mariage et les relations au sein du mariage etc., il parle du père qui décide ou pas de garder ses filles vierges. Ce n’est pas le thème du sujet, mais c’est l’esprit dans lequel il le fait. Il dit donc dans 1 Corinthiens 7, verset 37 : « Celui qui a pris une ferme résolution, sans contrainte, et avec l’exercice de sa propre volonté, et qui a décidé dans son coeur » ; après le reste, ce n’est pas le thème, mais c’est la manière de faire, de prendre la décision. Vous voyez comment il l’a prise ? Celui qui a pris une ferme résolution. Il a réfléchi, il a dit : « Bon, honnêtement, dans la droiture de mon coeur, devant Dieu, je prends la ferme résolution, mais parce que j’ai décidé dans ma volonté, sans contrainte, librement, j’ai choisi, je prends cette décision, et cette décision est ferme ». Voilà la manière dont nous devons décider, quand nous sommes chrétiens, pour les actions et les choses que nous avons à faire pour le Seigneur. J’ai été convaincu, et à partir du moment où je suis convaincu, il n’y a plus de place pour le doute ou la crainte dans mon coeur. C’est fini. Je reste ouvert à l’action du Saint-Esprit pour qu’il me fasse aller plus loin et qu’il me fasse éventuellement changer de conviction s’il le juge nécessaire, mais au moment où je vous parle, j’ai cette conviction. Je ne suis pas entre deux décisions, en train de me dire : « Bon ; j’y vais ou je n’y vais pas ? Je me décide ou je ne me décide pas » ? Devant Dieu, l’indécision du coeur est une impureté.

 

Je lirai dans l’épître de Jacques, au chapitre premier, et aux versets 5 et suivants : « Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse », alors je peux dire aussi si je manque de convictions, je pourrais le demander au Seigneur, aussi, « qu’il la demande à Dieu qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée ». Est-ce que je peux douter de celui qui n’est pas un homme pour mentir ? Est-ce que je peux douter alors que nous avons affaire au Dieu vivant qui ne ment pas, qui nous donne sa Parole, qui nous donne ses propres convictions. Parce que le Seigneur, lui, ne doute jamais dans son coeur. Il n’a que des convictions dans son coeur. Et Il veut nous communiquer ses convictions à lui. Et quand nous avons en face de nous un Dieu si merveilleux, qui est droit, qui a une parole certaine, qui ne ment pas, qui veut nous la révéler pour nous faire vivre selon sa parole, est-ce que nous, nous osons mettre en doute la parole d’un Dieu si grand et si merveilleux qui ne ment jamais, qui dit la vérité, qui est la vérité lui-même ? Et c’est pour ça que quand nous nous approchons de ce Dieu-là qui veut nous remplir de ses convictions, de sa Parole, de sa foi, de son amour etc, Il veut éliminer de nous tout doute, toute impureté de l’indécision. « Mais qu’il la demande avec foi sans douter ; car celui qui doute est semblable au flot de la mer ». Dans Ephésiens il est dit : « agité à tout vent de doctrine », c’est un manque de conviction vis à vis de la Parole. Il est semblable au flot de la mer, agité par le vent, poussé d’un côté et d’autre. Voyez la situation de ce chrétien-là (ou de cette chrétienne) : poussé par le moindre vent qui souffle, ça y est, il va dans le sens où le vent le pousse. La dernière personne qui a parlé l’a convaincu, puis la suivante va le convaincre du contraire, il est là, ballotté.

 

Alors, c’est possible quand on est un bébé en Christ, mais très vite le Seigneur veut nous faire grandir et éliminer de nos coeurs toutes ces hésitations et ces manques de conviction. Il vaudrait mieux chasser tous les doutes de nos coeurs et ne garder que deux ou trois convictions, mais alors des solides ! Cela suffit pour marcher droit avec le Seigneur. Et il va en rajouter des convictions au fur et à mesure qu’on avance avec lui. « Celui qui doute est semblable au flot de la mer, agité par le vent et poussé d’un côté et d’autre. Qu’un tel homme ne s’imagine pas qu’il recevra quoi que ce soit du Seigneur ». Alors voyez l’importance qu’il y a à avoir des convictions. Sans conviction, nous ne recevrons rien du Seigneur, parce que c’est la définition même de la foi. Bon, je sais que Dieu est miséricordieux et compatissant, heureusement, Il nous a préservés bien des fois, alors que nous ne lui avions pas demandé. Il nous a donné bien des bénédictions que nous n’avions pas demandées. Mais le Seigneur veut à mesure que nous grandissons, faire de nous des hommes et des femmes de conviction parce que ce sont ceux-là qui vont bouger le monde, qui vont bouger Satan, qui vont bouger l’église au nom du Seigneur, parce que ce seront des instruments entre les mains du Seigneur.

 

Et il dit, un peu plus loin, au verset 8 : « c’est un homme irrésolu, inconstant dans toutes ses voies ». Et le mot grec, pour irrésolu, c’est : « partagé » ; un coeur partagé ; un pied à droite, un pied à gauche, comme celui qui hésite à s’engager avec le Seigneur pleinement, qui a un pied dans le monde, qui a un pied avec le Seigneur, il est là, irrésolu, il ne sait pas ce qu’il faut faire, ce qu’il ne faut pas faire. Il est dans le péché. Le simple fait d’être dans l’irrésolution, c’est un péché. Il n’a pas pris position, ni pour, ni contre. Un peu plus loin dans Jacques 4:6, il parle du Seigneur : « Il accorde au contraire une grâce plus excellente, c’est pourquoi l’écriture dit : Dieu résiste aux orgueilleux, mais Il fait grâce aux humbles. Soumettez-vous donc à Dieu, résistez au diable et il fuira loin de vous ». Voyez à chaque fois, c’est une position bien tranchée qui nous est demandée. Soumets-toi à Dieu, ce n’est pas à demi, mais c’est soumets-toi à Dieu complètement, et ensuite, tu peux résister au diable complètement. Et il dit : « approchez-vous de Dieu, Il s’approchera de vous. Nettoyez vos mains, pécheurs, purifiez vos coeurs hommes irrésolus ».

Le manque de conviction, c’est une impureté du coeur. Jacques dit : « purifiez vos coeurs, hommes irrésolus ». Il faut que tu sois dans une conviction pleine et entière de ce que Dieu te demande sinon, c’est une impureté du coeur, et Dieu nous demande de nous en purifier en nous approchant de lui.

 

« Sentez votre misère, soyez dans le deuil et dans les larmes, que votre rire se change en deuil, et votre joie en tristesse ». Quand on est dans une position d’humiliation devant Dieu, on ne peut pas rire et être dans la joie. On est là, dans l’humiliation, dans la tristesse, et dans le deuil, qui sera suivi de la joie, évidemment de la relation restaurée avec le Seigneur ; « purifiez vos coeurs hommes irrésolus ». Et vous voyez que Dieu s’adresse à nous pour le faire. Ce n’est pas lui qui va le faire, c’est lui qui le fait par le sang de Jésus, mais si nous ne voulons pas purifier nos coeurs de toute irrésolution, ce n’est pas Dieu qui va nous forcer à le faire ; nous devons nous placer devant le Seigneur en disant : « Seigneur, montre-moi dans ma vie, tous les points où il n’y a pas vraiment de conviction, où ça fait longtemps que je n’ai pas de conviction là-dessus. Je t’en demande pardon, c’est une impureté. Alors ou bien je n’y pense plus, je mets ça de côté, je mets ça entre parenthèses, ou bien je me place vraiment devant toi pour te chercher dans la prière, parce que toi, tu as la conviction sur ce sujet-là, et tu vas me la donner Seigneur, j’en ai besoin. C’est ça qui s’appelle purifier nos coeurs de toute impureté de l’indécision.

 

David dira dans le Psaume 119 au verset 113 une parole très forte ; et tout le psaume 119, c’est le psaume de la parole de Dieu. Dans tous les versets sauf deux, je crois, il est question de la parole, de la loi du Seigneur, de ses préceptes, de ses commandements. « Je hais les hommes indécis et j’aime ta loi ». « Je hais les hommes indécis » ; voyez la parole dans la bouche de David ? »Je hais les hommes indécis ». Il parlait inspiré par le Saint-Esprit, et je pense que là, il y a un sentiment que Dieu éprouve aussi vis à vis de ceux qui restent dans l’indécision, puisque nous ne pouvons pas être agréables à Dieu si nous ne sommes pas dans la foi. Nous déplaisons à Dieu si nous ne sommes pas dans la foi. Nous déplaisons à Dieu si nous sommes indécis, si nous n’avons pas de convictions. « Je hais les hommes indécis et j’aime ta loi ».

 

Vous voyez le contraste ? Le fait d’aimer la Parole de Dieu donne des convictions. Et celui qui est indécis, c’est celui qui n’aime pas la loi de Dieu ; parce que la Parole de Dieu donne des convictions. Alors nous n’avons pas d’excuses à ne pas avoir de convictions sur les sujets que Dieu nous explique dans sa Parole ; sur tous les sujets, que ce soit le salut, un manque de conviction sur le salut, c’est fatal. Mais il y a une foule de doctrines et de sujets où nous devons avoir la conviction de Dieu qui est dans sa Parole. Vous voyez les divisions entre chrétiens sur toutes les grandes doctrines de la Parole, que ce soit du baptême, du baptême du Saint-Esprit, du mariage, du divorce, du remariage, de l’organisation de l’église, de la manière dont les pasteurs, les ministères doivent s’exercer, etc, etc, etc. Il y a des pratiques complètement différentes d’une église à l’autre, ce que le Seigneur veut, c’est que nous ayons une pleine conviction ; et vous savez, quand on a une conviction qui n’est pas vraiment celle du Seigneur, elle ne va pas durer ; parce que le Seigneur veut nous faire passer de conviction en conviction, pour nous faire correspondre à sa conviction à lui.

 

Donc si jamais dans le coeur nous avions des convictions qui n’étaient pas pleinement du Seigneur, et si nous sommes fidèles et que nous désirons avancer avec Dieu, nous ne resterons pas longtemps dans cette conviction qui est différente de celle du Seigneur. Il va nous approuver parce que nous avons une conviction, mais Il va dire : « ta conviction, elle a besoin d’être modifiée parce que ma Parole ne t’a pas encore été révélée pleinement sur ce sujet-là. Alors je vais te la révéler et tu vas recevoir une nouvelle conviction qui correspond à celle du Seigneur » ; et là, tu es inébranlable pour l’éternité.

 

Quand tu as reçu cette conviction du Seigneur, tu ne bouges plus parce que Dieu est éternel, sa Parole est éternelle, tu as compris que c’était ça, tu y restes, et là, tu peux résister aux tempêtes et aux tentations et aux attaques qui viennent de l’extérieur, tu as fondé ta foi sur la Parole, tu as reçu la révélation de la vérité, tu ne broncheras plus, quelles que soient les attaques extérieures, tu sais que c’est la vérité, c’est ça. Tu ne bouges plus. Donc cette assurance qui nous est demandée par le Seigneur, qui s’appelle la foi, c’est ça, la conviction c’est la foi, c’est un signe de justice dans nos vies.

 

De la même manière que le manque de conviction est un signe d’impureté, c’est un état d’impureté, la présence d’une pleine conviction dans ma vie, c’est un signe de justice. Vous vous rappelez ce qui est dit dans Actes 4, ils font cette prière dans actes 4, et ils disent : « Seigneur, donne-nous d’annoncer ta parole avec une pleine assurance » ; une pleine conviction. Vous pouvez imaginer un chrétien ou un serviteur de Dieu témoignant ou annonçant la Parole avec un manque de conviction ? Ça ne marche pas. Ça se sent immédiatement. Ça se sent. N’importe qui peut sentir que c’est fade ce que tu es en train de dire, qu’il n’y a pas une pleine conviction dans le coeur ; tu ne peux pas transmettre ta conviction, parce que tu ne l’as pas. Mais quand tu dis : « Seigneur, donne-moi d’annoncer ta Parole avec une pleine assurance », Dieu va te révéler les choses qu’il a prévues, et il va te donner cette conviction. Et vous voyez les résultats, je relis ce passage dans Actes 4, quand ils prient, aux versets 29 et 30 : « Maintenant, Seigneur, vois leurs menaces, donne à tes serviteurs d’annoncer ta Parole avec une pleine assurance », une pleine conviction, « en étendant ta main pour qu’il se fasse des guérisons, des miracles et des prodiges par le nom de ton saint Fils Jésus. Quand ils eurent prié, le lieu où ils étaient rassemblés trembla, ils furent tous remplis du Saint-Esprit et ils annonçaient la parole de Dieu avec assurance », et on voit tous les miracles et les signes qui les accompagnaient. Parce qu’ils ont prié et qu’ils l’ont reçu, ils ont été remplis du Saint-Esprit, et ils annonçaient la Parole avec assurance.

 

Donc, la conviction qui nous est donnée par le Seigneur est le résultat de la justice que nous donne la présence du Saint-Esprit en nous. On est rempli du Saint-Esprit, on ne peut pas faire autre chose que d’être un homme ou une femme de conviction. Plus on est rempli du Saint-Esprit, plus on a des convictions données par le Seigneur. Et c’est un signe aussi, quand nous regardons la vie de nos frères et de nos soeurs, si nous les voyons ballottés, indécis, on peut les aider en leur disant : « Mais il faut que tu recherches le Seigneur pour être rempli d’avantage de son Esprit. Si tu as cette indécision dans le coeur, c’est qu’il te manque la présence du Saint-Esprit qui donne l’assurance et qui donne la conviction. Recherche et demande à Dieu la plénitude. Il va te la donner, Il le veut, le Seigneur ».

 

Dans Actes 14 et au verset 3, il est dit de Paul et de Barnabas : « Ils restèrent cependant assez longtemps à Icone, parlant avec assurance, appuyés sur le Seigneur ». Le Seigneur est solide, quand on est appuyé sur lui, on ne bronche pas. « Appuyés sur le Seigneur qui rendait témoignage à la parole de sa grâce, et permettait qu’il se fit par leurs mains des prodiges et des miracles ». Toujours le même contexte : il a affaire à des hommes résolus, qui ont donné leur vie entière au Seigneur, qui sont entre ses mains des instruments entièrement consacrés, qui ont le coeur rempli de convictions, et Dieu se réjouissait à confirmer cette parole qui était annoncée avec une pleine assurance par des guérisons, des signes, des miracles etc. Dans les Proverbes je lirai quelques versets. Proverbe 1 et au verset 33 : « Celui qui m’écoute reposera avec assurance ». J’aime bien l’association des deux termes ? Parce que l’assurance donne du repos. Une conviction donne le repos de l’âme. Quand vous avez dans le coeur une pleine conviction qui vous est donnée par la Parole, quel repos ! On n’est pas torturé, on n’est pas tiraillé, on est dans l’assurance du repos. « Celui qui m’écoute », voyez la condition pour avoir cette assurance, « Celui qui m’écoute », c’est ça, la justice du Seigneur ; un coeur ouvert à la Parole de Dieu, qui écoute le Seigneur et qui dit : « Parle Seigneur, ton serviteur écoute ». Le Seigneur te parle et cette parole te donne la foi et la conviction. et « il vivra tranquille et sans craindre aucun mal ». Si tu as encore de la crainte dans le coeur, confesse cela au Seigneur comme un manque de conviction. Dis : « Seigneur tu vois, sur ce point, j’ai encore des craintes dans mon coeur, j’ai encore des angoisses et des craintes, Seigneur remplace-les par une pleine conviction, pour que je repose en paix, que ce soit sur mon lit ou que ce soit en pleine activité, que je sois tranquille et sans craindre aucun mal, parce que tu es mon bon Berger.

 

Dans Proverbes 3, au verset 21 : « Mon fils, ma fille, que ces enseignements de ma parole ne s’éloignent pas de tes yeux, garde la sagesse et la réflexion, elles seront la vie de ton âme, l’ornement de ton cou », ce n’est pas des colliers d’or, l’ornement de notre cou ; c’est l’enseignement du Seigneur, qu’on a là, « Alors tu marcheras avec assurance dans ton chemin, et ton pied ne heurtera pas. Si tu te couches, tu seras sans crainte, quand tu seras couché, ton sommeil sera doux » ; parce que c’est un sommeil plein de convictions ! Seigneur je sais, parce que ta Parole me le dit, tu es là. Tu es en moi, tu es autour de moi, tu es à côté de moi. Quand je suis là sur mon lit, tu es là en moi et à côté, Seigneur. Je baigne dans ta lumière, je suis dans une paix complète et parfaite parce que j’ai la conviction de ta présence. « Tu ne redouteras ni une terreur soudaine ni une attaque de la part des méchants, car l’Eternel sera ton assurance ». La meilleure des convictions, c’est l’Eternel lui-même.

 

Dieu nous donne des convictions par sa Parole, mais la meilleure des convictions, c’est la présence du Seigneur dans nos coeurs et nous le savons, la conviction de son amour pour nous, de son soutien qui ne fait jamais défaut, de sa présence éternelle, de sa toute puissance, de sa sagesse, le Seigneur est là, et c’est lui qui est mon assurance, ma conviction. Un peu plus loin, Proverbes 10, verset 9 : « celui qui marche dans l’intégrité », intégrité ça veut dire : la droiture de coeur ; « celui qui marche dans l’intégrité marche avec assurance, mais celui qui prend des voies tortueuses sera découvert ». Si tu marches dans l’intégrité, mon frère, ma soeur, tu es dans l’assurance du Seigneur. Tu n’as peut-être pas une pleine révélation de toutes ses doctrines, mais sur celles que tu as, tu as reçu du Seigneur la conviction dont tu as besoin, tu es un homme et une femme justes devant lui, et tu marches avec assurance.

 

Proverbes chapitre 28 et au verset premier : « Le méchant prend la fuite sans qu’on le poursuive. Le juste a de l’assurance comme un jeune lion ». Le juste a de l’assurance comme un jeune lion. Un jeune lion n’a peur de rien. Nous, si nous n’avons peur de rien, ce n’est pas par bravade, c’est parce qu’il est dit là que quand nous sommes justes devant le Seigneur, nous n’avons peur de rien. De rien ! De l’assurance ! Que ce soit dans ce que nous disons, nous le disons avec conviction ; que ce soit dans ce que nous faisons, nous le faisons avec conviction. On peut avoir autour de nous les circonstances les plus terribles et les plus dramatiques, quand nous avons la conviction que le Seigneur est là, qu’Il nous a demandé de faire quelque chose et que nous n’avons aucun doute dans le coeur, nous y allons et nous avons une pleine assurance et une pleine paix, et le Seigneur est avec nous. C’est merveilleux. Alors, comment sommes-nous justes, bien-aimés ? Nous sommes justes par la foi en Jésus ! Par la foi en sa Parole ! Vous voyez la responsabilité que nous avons de garder encore un manque de conviction dans le coeur.

 

Je lirai dans 2 Corinthiens 3 quelques versets maintenant qui vont nous fortifier dans la manière de garder cette assurance ; de l’avoir et de la garder. Dans 2 Corinthiens 3, au verset 4 : « Cette assurance-là, (cette conviction-là), nous l’avons par Christ auprès de Dieu ». Ça veut dire que si tu manques de convictions, tu t’approches de Dieu, de tout ton coeur, et Christ qui est auprès de Dieu notre intercesseur fidèle, l’auteur et le consommateur de notre foi, va nous la donner. Cette assurance là, nous l’avons par Christ auprès de Dieu. Ça veut dire : approche-toi de Dieu, au nom du Seigneur Jésus-Christ, et Christ qui est là, ton souverain sacrificateur à la droite de Dieu, va te donner cette assurance.

 

Dans 1 Thessaloniciens 2, verset 2 : « après avoir souffert et reçu des outrages à Philippes, comme vous le savez, nous prîmes de l’assurance en notre Dieu pour vous annoncer l’évangile au milieu de bien des combats ». Ils avaient été éprouvés, peut-être que leur assurance avait été un peu défaillante, mais il dit là la méthode pour l’avoir, il dit après avoir été éprouvé, « nous prîmes de l’assurance en notre Dieu ». Voilà, c’est le même principe que je viens de lire tout à l’heure, tu t’approches de Dieu, mais là, c’est un peu plus. Ce n’est pas seulement auprès de Dieu, c’est en Dieu.

 

Nous sommes en lui, Il est en nous. Et c’est dans la compréhension de cette relation avec le Seigneur que vient notre assurance. Nous l’avons par la prière. Je ne vais pas relire le verset, mais dans Actes 4:29, ils prient en disant : « Seigneur, donne à tes serviteurs d’annoncer ta parole avec assurance ». Et Dieu a répondu tout de suite en les remplissant du Saint-Esprit. Donc cette assurance-là, nous l’avons, cette conviction si nous la demandons au Seigneur dans la prière. « Seigneur tu vois, je manque d’assurance, je ne suis pas vraiment plein, je suis indécis sur tel ou tel point, Seigneur, je veux devenir un homme ou une femme de conviction en toi. Donne-moi cette assurance, Seigneur ». Et Dieu la donne. Il est fidèle. Nous avons cette conviction par la Parole du Seigneur.

 

Dans Romains 10:17, il est dit : « La foi vient de ce que l’on entend, ce que l’on entend vient de la Parole de Dieu ». La foi c’est l’assurance et la conviction. Tu vas développer tes convictions en méditant la Parole parce que cette Parole est un rocher et un rocher ce n’est pas ébranlable. Enfin le rocher du Seigneur, personne ne peut l’ébranler. La Parole de Dieu, elle est inébranlable. On ne peut rien faire contre elle. C’est un marteau qui brise le roc le plus dur, c’est une épée à double tranchant qui fouille dans le plus profond des coeurs. La Parole de Dieu, si nous sommes fondés sur la Parole, nous sommes fondés sur le roc et nous ne serons pas ébranlés. La foi vient de la Parole. C’est en méditant la Parole que tu vas comprendre que tu es une nouvelle création en Jésus. C’est en méditant la Parole que tu vas comprendre que Jésus s’est chargé de tes péchés, de tes maladies, de tes douleurs. En ce moment même, où tu es sur ta chaise tu as peut-être des douleurs dans ton corps ; réalise que le Seigneur s’en est chargé, et au moment où je te parle, tu peux recevoir du Seigneur une pleine délivrance parce que Dieu veut te donner une pleine assurance, parce qu’Il s’est chargé de tes douleurs.

 

Tu es fatigué ?

Renouvelle tes forces dans le Seigneur, reçois cette Parole, le Seigneur va renouveler tes forces par le Saint-Esprit qui habite en toi et qui a ressuscité Christ d’entre les morts. Alors si Jésus a été ressuscité par le Saint-Esprit et le même Saint-Esprit habite en toi, n’est-Il pas capable de te donner de la force ?

N’est-Il pas capable de te donner de la conviction ? N’est-Il pas capable de te donner de la santé, de la force pour le servir ? Amen, si ! Alléluia ! Gloire à Dieu ! Et cette conviction-là, alors ça, c’est peut être le plus important, nous est donnée dans 1 Jean 3, par l’amour et la pratique de l’amour.

 

1 Jean 3:18 et suivants : « Petits enfants n’aimons pas en paroles et avec la langue, mais aimons en action et avec vérité. Par là nous connaîtrons que nous sommes de la vérité, et nous rassurerons nos coeurs ».

Rassurerons, ça veut dire aussi revenir dans l’assurance. C’est ça que ça veut dire. Nous rassurons nos coeurs devant lui ; « car si notre coeur nous condamne », pourquoi notre coeur nous condamne-t-il ?

 

Parce que nous n’aimons pas nos frères, ou parce que nous avons quelque chose qui n’a pas été réglé avec un frère, un mari, une épouse, un père, une mère, etc, quiconque. On a de la haine ou de la rancune envers quelqu’un, et notre coeur nous condamne parce que le Saint-Esprit ne peut pas nous mettre dans l’assurance de la foi si nous avons un manque d’amour pour quelqu’un. Il dit : « Bienaimés, si notre coeur ne nous condamne pas, nous avons de l’assurance devant Dieu ». Si on sent que notre coeur nous condamne quelque part, nous ne sommes pas dans l’assurance, nous n’avons pas de conviction. Il faut donc chercher le Seigneur en disant : « Seigneur, mon coeur me condamne », et là, le contexte nous montre que c’est à cause d’un manque d’amour pour quelqu’un. Donc il faut vraiment régler ça devant le Seigneur. Que personne n’ait dans le coeur la moindre rancune, la moindre animosité, la moindre haine contre ceux qui nous ont fait du mal et qui nous ont maltraités. Ce n’est pas facile parce que quelquefois, certains ont été tellement maltraités par certaines personnes, qu’il faut vraiment toute la grâce du Seigneur pour pouvoir prier comme Jésus : « Père, pardonne-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font. S’ils le savaient, ils ne le feraient pas ; s’ils savaient quel mal ils se font, ils te font, ils font aux autres en agissant comme ça, ils ne le feraient pas. Alors ouvre leurs yeux et pardonne-leur, Seigneur ; moi, je leur pardonne de tout mon coeur. Si nous avons cette assurance parce que nous n’avons pas de haine, nous voyons au verset 22 : « quoi que ce soit que nous demandions, nous le recevons de lui, parce que nous gardons ses commandements et que nous faisons ce qui lui est agréable.

 

Et c’est ici son commandement : que nous croyions au nom du fils de Dieu, Jésus-Christ, et que nous nous aimions les uns les autres ». Alors ça c’est important. Donc, je répète, cette assurance nous l’avons par Christ auprès de Dieu ; nous l’avons en Dieu, nous l’avons par la prière, par la méditation de la Parole, nous l’avons par la pratique de l’amour, de l’amour chrétien entre nous et envers tous. Et quand nous avons cette assurance, elle nous fortifie, nous sommes fortifiés par l’assurance que nous avons dans le coeur, elle nous donne du succès, l’assurance, parce que la foi produit toujours le résultat que Dieu veut qu’elle produise ; L’assurance nous donne le succès en Christ ; évidemment, ce n’est pas le succès du monde. Mais c’est l’accomplissement des promesses du Seigneur. Rappelez-vous notre père Abraham qui n’a pas douté, il était rempli de cette assurance que Dieu pouvait accomplir sa promesse, il n’a pas regardé à son corps décati, qui s’abîmait chaque jour qui passait, il est resté dans cette conviction que ce que Dieu promet, Il peut aussi l’accomplir, et cela lui fut imputé à justice, c’est à cause de ça qu’il a été déclaré juste, et c’est à cause de ça qu’il a reçu le bénéfice de la promesse. Alors faisons comme lui, car il n’est pas un homme différent de nous, nous sommes de la même nature que lui, et nous avons en plus la nouvelle nature que Dieu nous a donnée.

 

Et je terminerai par deux versets dans Hébreux. Cette assurance, cette conviction, nous permet d’être secourus dans tous nos besoins. Hébreux 4 verset 16, et le contexte montre que c’est grâce à l’appui et au soutien du Seigneur Jésus que nous pouvons avoir cette assurance, parce qu’il est dit :

« Approchons-nous donc », parce que nous avons un grand souverain sacrificateur qui a compati à nos faiblesses, qui est venu sur terre prendre un corps de chair comme nous, qui a connu les mêmes souffrances que nous, les mêmes problèmes que nous et qui a vaincu, il est dit : « approchons-nous avec assurance du trône de la grâce, afin d’obtenir miséricorde, et de trouver grâce pour être secourus dans tous nos besoins ». L’assurance nous permet de trouver miséricorde, de trouver grâce auprès de Dieu, et d’être secourus dans tous nos besoins. Alors n’ajoutez pas sauf celui-là ou celui-là, parce que ça fait des années que ça dure et que je n’ai pas encore vu, Non ! Approches-toi du Seigneur avec assurance, l’assurance qu’Il te donne lui-même, et tu vas être secouru, tu vas trouver grâce auprès de lui, tu vas trouver miséricorde auprès de lui. Tu vas être secouru dans tous tes besoins. Un peu plus loin, il est dit, Hébreux 10, verset 35 : « n’abandonnons pas cette assurance », cette conviction ; cette conviction, tu peux l’abandonner si tu recommences à quitter Jésus des yeux et à quitter sa Parole des yeux. La conviction va tomber. C’est fragile. Il est dit là, Hébreux 10:35 : « n’abandonnez pas votre assurance à laquelle est attachée une grande rémunération car vous avez besoin de persévérance ».

 

Nous avons besoin de persévérer dans l’assurance. Il faut avoir la conviction, mais il ne faut pas l’avoir pour un soir. Nous avons besoin de persévérer, d’entretenir cette assurance en permanence par une communion étroite avec le Seigneur, avec son Esprit et sa Parole. Ne l’abandonnons pas, parce que justement c’est cette conviction-là qui va amener la réalisation de ce que Dieu m’a promis. « Et vous obtiendrez ce qui a été promis. Encore un peu de temps, celui qui doit venir viendra, il ne tardera pas et le juste vivra par la foi. Alors bien-aimés, soyons des hommes et des femmes de conviction. Ne faisons plus rien sans conviction. Si ce soir, tu as décidé de faire quelque chose et que tu n’es pas dans une pleine conviction, ne le fais pas. Je t’en supplie, ne le fais pas ! Et passe la nuit à prier pour que tu l’aies. C’est là le conseil que je te donne, sinon, tu es dans le péché. Mets de côté tout manque de conviction, sois un homme, une femme, droit, droite devant Dieu, rempli des convictions du Seigneur et tu vas voir la gloire de Dieu se manifester dans ta vie. Jésus l’a dit à Marthe et à Marie : « Je te dis que si tu crois, tu verras la gloire de Dieu ». Si tu restes dans cette conviction que Dieu te donne, Tu verras la gloire du Seigneur. Amen. Alléluia. Et on peut s’attendre à la voir encore ce soir parmi nous par des exaucements, par des renouvellements de nos forces, par la réception de convictions que nous n’avons pas encore sur des sujets précis. Passons un moment à prier devant Dieu, à nous approcher du trône de la grâce, Dieu va nous remplir de conviction, de foi, Il va nous renouveler dans notre vie spirituelle et physique, et nous allons repartir requinqués physiquement, spirituellement pour sa gloire. Alléluia, merci Seigneur.

 

« Je suis dans la joie, Seigneur, quand tu me donnes la grâce de prêcher ta Parole, c’est vraiment une grâce, Seigneur. Je désire que nous soyons tous des hommes et des femmes de conviction. Seigneur, Sur tous les sujets que nous donne ta Parole, sur tout, Seigneur, que tu nous donnes dans ta grâce d’avoir des convictions qui viennent de toi, de ton coeur, de ta Parole. Que nous ne fassions rien sans avoir une pleine conviction qui vienne de toi, pour que ton nom soit glorifié, Seigneur ; pour que ton nom soit glorifié et pour que le monde puisse voir ton Eglise en marche, Seigneur, une Eglise remplie de ta foi, de ta conviction, de ton amour, de ta grâce, débarrassée de toutes les impuretés, des doutes, des craintes Seigneur, de ces choses qui déshonorent ton nom dans nos coeurs, Seigneur, je te prie que tu nous laves dans le sang de l’Agneau ; moi le premier, Seigneur, lave-moi et place dans mon coeur et dans le coeur de mes frères, de mes soeurs, tes convictions à toi, Seigneur ; ta conviction céleste. Père, je te le demande, au nom de Jésus et je te remercie. Merci de nous rendre inébranlables en toi. Amen. ».

 

Source : C73 Source de Vie – http://www.sourcedevie.com © SdV – Toute reproduction autorisée et même encouragée mis le 18/12/2001

 

 

6 commentaires pour A82 – Assurance et convictions

  1. Sophie dit :

    Pfouuuu… bingo.
    Tout, tout dans cet article, chaque phrase m’a touché en plein coeur. Merci Flo de l’avoir partagé ici.
    Sophie

  2. Flo dit :

    Chère Sophie,
    Je n’en suis absolument pas étonnée car l’esprit me l’a insufflé en pensant aussi à toi ;-) Quand j’avais découvert cet enseignement, il m’avait révélé de nombreuses choses sur l’état de mes convictions. Mais en le relisant récemment, je t’avais souvent à l’esprit et je souriais de voir comment le Père nous parle les uns à travers les autres ! Gloire à Dieu ! Que son Nom soit béni !
    Flo.

  3. Joy dit :

    Merci pour cet enseignement de notre frère HVM ma chère Flo! Cà fortifie pour vomir toute tiédeur et être bouillant pour le Seigneur! Je vais m’absenter pendant un certain temps… Restons unies en Jésus notre Seigneur! Bises! Amitiés!
    Joy

  4. Flo dit :

    Amen Joy!
    Sois bénie où que tu ailles, car tes oeuvres ne sont que celles de la foi que tu as reçu et pour laquelle le Saint-Esprit t’a oint.
    Fais toutes choses selon l’Esprit et sois fortifiée, je te garde dans mes prières, bien aimée. Nous sommes unies car nous sommes les mêmes membres du même corps, alléluia ! Gloire à Dieu ! Amitiés fraternelles partagées et renouvelées en Christ Jésus, amen !
    Flo.

  5. Lazare dit :

    Chère Sœur Flo,
    Merci pour cet article de notre Frère Henri,
    Toujours bien inspiré comme toi tu l’es aussi. Il vient au bon moment. C’est bon de savoir qu’il y a des frères et des sœurs fidèles en Christ, c’est comme un cadeau de la part du Seigneur. Soyez bénis toi et ta maison au nom de Jésus notre Seigneur.
    Fraternellement en Christ.Lazare.

  6. Flo dit :

    Cher Frère Lazare,
    Merci pour tes prières, justement je t’avais à coeur depuis que je t’ai lu récemment chez Henri, et je pensais aussi, tantôt, combien nous sommes bénis d’être une famille en Christ, alléluia ! Gloire à Dieu !
    Dans l’amour de Jésus, reçois toute mon affection fraternelle et mes prières pour toi et ta famille.
    Flo.

Laisser un commentaire pour l'édification commune.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :