A106 – L’avons-nous manqué ?

Par DeVern Fromke

« Pendant quarante années, j’ai été comme un papillon passant d’une attraction spirituelle à l‘autre. Un jour c’était un leader dynamique, un autre une expérience, puis un mouvement et enfin un message ou l’accent mis sur une certaine vérité. Il est vrai que j’ai beaucoup appris en passant ainsi d’un centre d’intérêt à l’autre, mais pendant tout ce temps, je ratais le CENTRE. Maintenant j’aimerais savoir s’il y a une façon d’aider ceux qui passent par le même cheminement. Je vois tant de gens qui, dans leur zèle pour accomplir le dessein de Dieu, se précipitent sur les activités et les programmes. Ils ont vu -mais cela n’a été qu’une vision de choses qui les concernaient. Ils voient le dessein de Dieu pour eux et comment Il est lié à leur appel, mais ils semblent indifférents au DESSEIN ETERNEL DE DIEU POUR LUI-MEME. »

Habituellement, lors d’une « première vision » du dessein de Dieu, une personne se voit elle-même comme le centre de l’image. Elle se met en route avec beaucoup de zèle pour promouvoir son œuvre pour Dieu. Ensuite lorsque Dieu semble retenir Ses bénédictions et Ses ressources, car Il ne coopérera pas avec la poursuite de choses qui ne sont pas alignées avec Sa pensée, de telles personnes se découragent. Elles essaient d’autres façons de faire, d’autres méthodes, et elles redoublent de zèle. Elles ne reconnaissent pas la façon de faire de Dieu qui les conduit à s’ajuster à une vision plus grande -car Il agit pour éliminer le moi de leur oeuvre pour Lui. Dieu agit patiemment, continuellement et en profondeur dans le moi, et cela fait mal, pour nous montrer ce que nous sommes et ce que nous ne sommes pas par nous-mêmes.

Lorsque nous pouvons parler aux autres de ce processus, ils restent habituellement imperméables à tout cela. Car il faut tenir compte du temps de Dieu. Avant qu’ils ne se voient eux-mêmes -leurs motivations réelles et leur énergie charnelle -comme Dieu les voient, ils n’arrêteront pas de vivre pour les « autres choses ».

Avez-vous déjà recherché une église locale qui pourrait pleinement satisfaire l’insatiable faim et soif qu’il y a dans votre cœur? Vous avez fini par en trouver une. Après y être allé quelques fois, vous vous êtes dit, « Béni soit le Seigneur, enfin je L’ai trouvée! » Enfin j’ai trouvé un pasteur et une communauté dans laquelle je me sens à l’aise. Mon grand appétit est satisfait! » Mais ensuite, après y être allé quelque mois, vous avez réalisé que votre faim était toujours là. Une fois encore vous êtes repartis à la recherche d’une autre église qui allait vraiment vous satisfaire. Au final tout ce cheminement a fini par vous épuiser. N’Y A-T-IL VRAIMENT AUCUNE REPONSE?

Dans votre faim insatiable pour la vérité, avez-vous déjà découvert une doctrine, un message ou une vérité, au sujet de laquelle vous avez dit ensuite, « Béni soit le Seigneur – c’est ça? Je suis enfin satisfait. Tu as enfin trouvé le repos, oh mon âme. » Mais d’une façon ou d’une autre, après plusieurs semaines ou mois, cette « CHOSE » dont vous pensiez qu’elle était tout ce dont vous aviez besoin, cette chose ne vous satisfait plus. QUELLE EST LA REPONSE?

Vous êtes-vous déjà senti sec, fatigué, sans force dans votre âme et votre esprit? Recherchant et aspirant à quelque chose mais sans savoir ce que c’était? Peut-être que cette expérience dont vous avez entendu parler est la réponse qui finalement satisfera le désir insatiable de votre être profond. Vous recommencez donc à chercher. Vous commencez à rechercher cette expérience. Les autres vous encouragent en disant, « C’est cela. Continue de chercher! Tiens bon! Fais confiance à Dieu! Dépêche-toi! Vas-y! Prie davantage! Laisse le reste de côté! » Ainsi tout le monde vous pousse vers cette glorieuse expérience.

Enfin cette « CHOSE » arrive! Cette glorieuse sensation, cette merveilleuse bénédiction, cette expérience! Alors vous vous dites, « C’est CELA. Cela doit être CELA! Je ne me suis jamais senti comme cela avant. Certainement, cela doit être CELA! »

Mais rapidement, la désillusion revient dès que l’expérience diminue au rythme des émotions. Au lieu du repos du cœur, une insatisfaction indéfinissable refait surface.

Alors que se passe-il? Pourquoi ressentez-vous un tel besoin de trouver plus? Vous étiez certain que chacune de ces « choses » était « la chose », très bien, mais ce n’était pas LUI. C’était cela votre problème. C’est vrai, il y avait des bénédictions, des vérités, des expériences avec Dieu, mais ce n’était pas Dieu LUI-MEME.

Se pourrait-il que cette insatisfaction ait pour cause une sorte d’égocentrisme très aigu, ramenant toutes choses à nous-mêmes. De telle sorte que même dans notre « dévotion », nous essayons encore de gagner et de prendre? L’église que nous recherchons, la vérité que nous poursuivons, l’expérience dont nous profitons -tout est ramené à nous. Ne devrions-nous pas plutôt être motivés par un désir divin de partager, servir et donner? Nous sommes créés à l’image de Dieu qui donne et partage. Dieu désire que nous agissions ainsi et nous ne pouvons connaître le repos et la satisfaction que lorsque nous accomplissons entièrement Son dessein.

N’est-il pas vrai que nous connaissons nos plus grands moments de frustration lorsque nous cherchons à obtenir, attraper et saisir? Et nos plus grands moments de satisfaction sont lorsque nous donnons, partageons et distribuons? Même dans les choses spirituelles, chercher à obtenir pour soi-même et lier toutes les choses à soi-même nous amènera à une sensation d’insatisfaction. Cette insatisfaction est le moyen que Dieu emploie pour rappeler à l’homme qu’il s’est arrêté avant LE CENTRE et qu’il a permis que lui-même ou d’autres choses deviennent le pseudo-centre. La grande erreur de la religion actuelle est que nous recherchons Dieu pour « ce qu’Il peut faire pour nous » au lieu de chercher à le CONNAITRE LUI pour qui Il est -le Père éternel. « La Vie éternelle, c’est qu’ils Te connaissent, toi le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ. » (Jean 17:3)

Examinons le parcours de la plupart des chrétiens alors qu’ils passent d’un centre à l’autre. Il est vrai que chaque nouveau centre semble être LE CENTRE pendant un court moment avant d’être éclipsé par quelque chose de nouveau qui semble encore plus grand.

Cela se passe d’habitude de la façon suivante: après avoir cru dans le Christ en tant que Seigneur, il est à tout à fait naturel de devenir centrés sur le salut. Sauver les autres devient ce qu’il y a de plus important. Mais il ne faut pas longtemps avant de voir les « autres » être refroidis par la façon de vivre des chrétiens professant. Alors, sondant la parole de Dieu pour avoir davantage de lumière, nous sommes aptes à devenir centrés sur la « séparation ». C’est-à-dire que nous devenons préoccupés par le fait de se séparer de nos anciennes pratiques mondaines, de nos habitudes, de nos mauvaises relations, dans le but d’être plus utiles et victorieux dans notre marche et notre témoignage.

Alors que nous progressons, nous sommes davantage conscients de doctrines telles que le baptême, la Seigneurie, la sanctification, la Croix ou le retour de Christ. Vous voyez, bien-aimés, il y a de nombreuses choses -doctrines, sujets, thèmes et enseignements. Il y a le « royaume de Dieu », et il y a la « sanctification »; il y a « la vie éternelle » et il y a la « vie victorieuse » et « la seconde venue de Christ ». Voici quelques-uns des thèmes qui ont été pris dans les Ecritures et développés. Hélas, si souvent, ils ne sont devenus que des choses -« d’autres centres » qui préoccupent beaucoup les hommes. Les gens se concentrent alors sur l’interprétation de la sanctification et ils deviennent des « sanctificationistes » – cela devient un autre « isme ». D’autres se concentrent sur l’interprétation des prophéties, et d’autres ont limité leur champ de vision au Retour de Christ, au baptême, ou à l’interprétation des vérités sur l’église. Chacun de ces groupes met l’accent sur une vérité et cela devient son centre.

D’autres encore, ressentant leur manque de puissance et d’onction pour le service, vont se concentrer sur certaines expériences. Ou alors ils vont, peut-être sans s’en rendre compte, devenir centrés sur le Saint-Esprit ou sur les dons. Ainsi chaque groupe qui veut retenir ses membres, doit mettre l’accent sur un message original. Qu’ils le reconnaissent et l’admettent ou non, ils doivent avoir un centre prédominant autour duquel ils peuvent rassembler et impliquer les gens. Il en a été ainsi de chaque nouveau mouvement. Les fondateurs croyaient avoir été appelés par Dieu pour retrouver, souligner et mettre l’accent sur un message particulier, mais la génération suivante a vécu dans la gloire de ce qu’elle avait entendu, alors que la troisième génération a eu du mal à accepter ou comprendre ce qui faisait leur distinction à leurs débuts -et elle a cherché ainsi à mettre en avant un message plus équilibré.

Être préoccupés par « d’autres choses » et Le manquer

Nous avons tendance à passer d’un centre à un autre. Il est vrai que chaque nouveau centre demande toujours plus d’implication et devient davantage gratifiant – plus excitant et subtil dans sa façon de nous captiver. Ayant marché depuis si longtemps avec le Seigneur, nous devrions avoir des sens spirituels assez exercés pour pouvoir bien discerner, et pourtant nous nous attachons encore à des leaders spirituels et à leur vision de telle sorte que nous devenons centrés sur un leader. Ou alors nous sommes si saisis et profondément touchés par un message qui a besoin d’être annoncé et nous devenons inconsciemment centrés sur un message.

Peut-être certains finiront par se sentir mal à l’aise, pensant que je ne crois pas qu’il faille mettre en avant certains messages, honorer certain leaders que Dieu utilise, ou que je ne crois pas dans des expériences importantes telles que le salut, l’identification, être rempli par l’Esprit, la guérison ou la consécration. Pourtant s’arrêter à l’une de ses choses c’est se concentrer sur un autre centre et rater LE CENTRE. Toutes les personnes qui sont en-dehors du centre, même de peu, sont excentrées, et telle une roue qui est plus lourde d’un côté que d’un autre, elles sont capables de « tailler les choses en pièces » où qu’elles aillent. Il y a des personnes comme cela. C’est le problème que l’on rencontre de nos jours dans l’Eglise. Les personnes qui ont leur propre « dada spirituel », qu’elles considèrent comme étant indispensables vont ici et là, secouant ceux qui mettent en avant leur propre « dada spirituel ».

Tout cela nous amène à une seule chose. Si Dieu pouvait avoir un accès libre et complet en nous -Il nous emmènerait immédiatement (loin de tous ces cheminement excentrés) au CENTRE que notre Père nous a donné: Christ Lui-même. Il ne s’agit pas là d’apprendre davantage au sujet de Christ, mais d’apprendre Christ. Pour parler clairement, de tous ces sujets, j’ai trouvé que ce point là est le plus difficile. C’est parce que la majorité des chrétiens sont préoccupés par beaucoup de choses qu’ils ont raté le Christ Lui-même.

«Il est Lui-Même la Personne vivante et la substance, Il est la personnification de toute vérité, de toute vie. Le dessein et la volonté de Dieu pour nous n’est pas d’accéder à la connaissance de la vérité dans ses différents aspects, mais de connaître la PERSONNE, la Personne vivante et cela d’une façon vivante. Lorsque nous recevons la Personne et que nous sommes placés dans la Personne, toutes les vérités deviennent vivantes au lieu de rester purement des vérités théoriques et techniques. » (T. Austin Sparks)

Voici le véritable test. Après avoir passé un certain temps sous l’influence d’un certain ministère, où en êtes-vous arrivé? Par quoi avez-vous été préoccupé? Qu’est-ce qui est devenu central? Est-ce que c’est la personne elle-même qui enseignait ou un système de doctrines qu’elle a enseigné? Est-ce que c’est une expérience que nous pouvons obtenir? Ou une forme d’église que nous devrions pratiquer? Lorsque le Saint-Esprit peut nous conduire dans son propre chemin, Il nous emmènera toujours à Christ. Il va nous montrer ce que Christ représente en tant que Personne – et de quelle façon Il répond à toutes les situations.

Peut-être avons-nous besoin de sanctification! Est-ce une doctrine? Non, ce n’est pas du tout une « chose ». C’est Christ. Il a été fait pour nous sanctification » (1 Co. 1:30). Si vous êtes en Christ et si le Saint-Esprit vous enseigne Christ, alors vous connaissez tout de la sanctification; mais s’Il ne l’est pas, vous pouvez avoir une théorie et une doctrine au sujet de la sanctification -et être même très consacré – mais vous allez Le manquer. Cette « chose » vous séparera des autres chrétiens, et cette « chose » conduira beaucoup de chrétiens dans les difficultés. Il est probable que l’enseignement de la sanctification en tant que chose et non en tant que Christ étant notre sanctification, a conduit davantage de Chrétiens dans les difficultés que toute autre doctrine.

L’intention du Père est avant tout de nous amener à Christ en tant que LE CENTRE où « nous avons la vie, le mouvement, et l’être » -parce que lorsque nous sommes réellement centrés sur Lui, nous sommes aussi centrés avec Lui dans le Père -Son dessein et Son point de vue. N’est-il pas triste que tant de personnes aient pris tant de détours en passant d’un centre à un autre avant d’arriver finalement à Christ Lui-même en tant que LE CENTRE? Ce n’est que de ce nouveau centre que nous pouvons apprécier la série de crises par lesquelles nous sommes passés lors de notre quête, poussés par notre soif de vérité. Nous pouvons ensuite voir que chaque expérience et révélation n’était pas un but, mais une porte ouverte par laquelle nous sommes passés (aucune n’était une finalité).

Maintenant que nous avons commencé « avec Christ » sous l’enseignement du Saint-Esprit (au lieu de suivre des traditions et des voies d’hommes) nous pouvons comprendre l’objectif de chacune des crises que nous avons vécues. Nous pouvons garder chaque expérience et révélation dans son propre cadre et les mettre en relation avec le Seigneur. Nous pouvons arriver à « la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ ». (Ephésiens 4:13)

 

Extrait du livre de DeVern Fromke « Unto Full Stature » (Jusqu’à la pleine maturité)

 

2 commentaires pour A106 – L’avons-nous manqué ?

  1. sourire dit :

    Merci pour ce témoignage !
    Oui, le centre est le Christ et plus il en est le centre plus nos prières, nos pensées, nos actes se tournent vers les AUTRES. Faire les choses par Amour pour les autres, faire les choses pour la gloire de DIEU est très, très différent que de les faire pour nous-mêmes

  2. Flo dit :

    Amen sourire !
    Tout est dit dans les 1 Corinthiens chapitres 12 et 13.
    Sans la charité nous ne sommes rien, car Dieu lui-même est Amour et nous ne sommes de Lui que si nous le sommes aussi! Bonne suite à toi chère Soeur, à tantôt, ici ou ailleurs… Flo.

Laisser un commentaire pour l'édification commune.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :