A121 – Comment puis-je grandir ?

Comment grandir et aider les autres à grandir, tout en conservant l’indépendance de chacun dans l’église

 

Nous allons sonder la Parole parce que cette Parole est la vérité. Elle nous donne la vie, chaque fois que nous ouvrons, que nous lisons ou méditons cette Parole nous recevons la vie du Seigneur, un supplément de vie, parce qu’Il est la Parole. Jésus est la Parole et vous rendez- vous compte que chaque mot est sorti du coeur de Dieu, Il a pesé chaque mot à sa balance éternelle et chaque mot a son importance – évidemment dans le texte où Dieu l’a donnée – mais dans la traduction qui nous est donnée à nous, la vie de Dieu passe quand même quand on la lit, Alléluia!

Alors ce soir je voudrais vous parler du Seigneur Jésus, et de sa puissance à l’oeuvre pour édifier l’Eglise et l’amener à la perfection. Cette édification, Il la fait à deux niveaux : Il la fait en chacun de nous individuellement, et Il la fait au niveau de tout le corps de Christ, les deux sont importants. Ce soir je voudrais parler de ces deux aspects-là, l’édification qu’Il fait en nous personnellement, individuellement, et l’édification qu’Il fait en tant que corps de Christ pour amener le tout à la perfection. Le Seigneur ne veut pas seulement amener un corps à la perfection, Il veut y amener chacun de nous, membre d’un corps, et les deux doivent parvenir à la perfection.

 

Dans l’épître aux Ephésiens, au chapitre 2, Il dit au verset 19 : « Ainsi donc vous n’êtes plus des étrangers ni des gens du dehors, mais vous êtes concitoyens des Saints, gens de la maison de Dieu », hommes et femmes sauvés par le sacrifice de Jésus, nous sommes gens de la maison de Dieu, « vous avez été édifiés sur le fondement des apôtres et des prophètes, Jésus-Christ Lui-même étant la pierre angulaire« , celle qui tient tout, sans la pierre angulaire il n’y a rien qui tient, c’est Lui qui tient tout.

 

Ensuite, c’est le verset qui est important : « En lui (en Jésus) tout l’édifice (ça veut dire toute la maison du Seigneur bien coordonnée, chaque pierre à sa place. On ne met pas les portes à la place des fenêtres, et les fenêtres à la place des lucarnes, tout est à sa place où ça doit être) En lui tout l’édifice bien coordonné s’élève pour être un temple Saint dans le Seigneur ». Donc nous sommes membres du corps de Christ, mais nous sommes aussi le temple du Seigneur là où Il habite. Là où Il habite, Jésus veut habiter et être adoré. Il ne veut plus être adoré à Jérusalem où à Samarie, Il veut être adoré en esprit et en vérité dans un temple Saint, qui est son Eglise : tout l’édifice.

 

Il ajoute au verset 22 : « En lui vous êtes aussi édifiés pour être une habitation de Dieu en Esprit ».

 

Quand Il parle dans ce verset 22, il s’adresse à chaque chrétien individuellement : Il dit : tu vois, toi, tu es en train d’être construit, édifié, pour être une habitation de Dieu en esprit. Il veut être l’hôte de la maison que nous sommes. C’est formidable de penser que Dieu veut que toute sa plénitude habite dans un seul être humain, c’est ce que dit d’autre part l’apôtre Paul : « jusqu’à ce que toute la plénitude de Dieu habite en vous », nous savons que toute la plénitude de Dieu habite en Christ. Il est Dieu, le Fils Eternel, toute la plénitude de Dieu habite en Lui, qui est l’image du Père, mais Jésus veut aussi que toute sa plénitude habite dans ses créatures rachetées que nous sommes, qui sont membres de Son Corps, individuellement. Et collectivement, Il veut que nous soyons tous un édifice : l’Eglise du Dieu vivant qui est aussi son Temple.

 

Il y a deux oeuvres là, deux édifications qui sont très importantes, il ne faut pas les négliger l’une au profit de l’autre, on ne dit pas : « moi je vais construire l’Eglise et puis je ne m’occupe pas de telle petite brebis parce que c’est une pierre sans importance, l’essentiel c’est que toute l’Eglise soit belle et bonne. » Mais l’Eglise ne peut pas être belle et bonne si chaque pierre n’est pas édifiée pour être elle-même, chacune en particulier, une habitation de Dieu en esprit. Il faut que chaque pierre soit vraiment rendue à la perfection pour que tout l’édifice soit aussi amené à la perfection. Et en plus l’aspect collectif est important parce que si chaque pierre est amenée à la perfection, mais que toutes les pierres sont dans des endroits où elles ne doivent pas être, la grande maison ne sera pas comme il faut.

 

Vous pouvez prendre des pierres qui sont parfaites, des briques parfaites, des parpaings parfaits, mais si vous mettez tout de travers dans la maison, la maison ne sera pas comme elle doit être. Donc il faut que chaque élément, chaque pierre vivante, soit amené à la perfection, et au niveau de l’ensemble, il faut que tout soit à sa place pour que la gloire de Dieu se manifeste, en chacun de nous individuellement et dans toute la maison de Dieu qui est en train d’être édifiée par le Seigneur. Les deux choses sont en Lui.

 

Au verset 21 nous trouvons : » c’est en Christ qu’est tout l’édifice, et c’est en Christ qu’est chaque pierre. C’est Lui qui est la pierre angulaire « ! Cela veut dire que tout dépend de Lui, notre édification personnelle, comme l’édification de l’ensemble du corps de Christ. C’est Lui qui dirige, c’est Lui qui bâtit son Eglise c’est Lui qui nous édifie, à Lui la gloire ! C’est Lui qui bâtit son Eglise, et c’est Lui qui nous bâtit individuellement. Le Seigneur nous demande à chacun en particulier d’avoir avec Lui une relation telle que toute Sa vie va pouvoir s’écouler en nous pour nous construire, nous édifier. Il veut qu’on établisse ce contact vivant et permanent avec Lui pour que nous soyons édifiés à son image, chacun en particulier. Il veut nous rendre semblable à Lui et tout à fait dépendant de Lui individuellement, nous n’avons besoin de personne dans le corps de Christ pour être édifiés par le Seigneur jusqu’à la perfection. En tant qu’individus, le Seigneur veut nous amener à la perfection personnelle par le seul contact individuel entre Lui et nous. Cela nous suffit pour grandir jusqu’à la perfection. Le Seigneur se sert aussi dans le corps de Christ des uns et des autres, des apôtres, des prophètes, des serviteurs, etc., mais tout est en Lui, c’est Lui qui distribue ses dons. Si Lui n’était pas là, il n’y a rien qui pourrait se passer, et Il veut qu’on établisse entre Lui et nous un contact personnel et direct sans intermédiaire aucun, pour que toute Sa vie se manifeste pleinement.

 

Les intermédiaires, c’était du temps de l’Ancien Testament, c’était dans l’ancienne alliance. Il fallait des prêtres et des intermédiaires pour transmettre la vie du Seigneur qui ne pouvait pas être reçue de la même manière que dans la nouvelle alliance, parce que Dieu n’habitait pas dans les coeurs.

 

Maintenant nous, en tant qu’individus, nous sommes le temple du Seigneur. Dieu habite en nous et Il ne veut aucun autre intermédiaire que Jésus-Christ entre le Père et nous, aucun médiateur, aucun autre intermédiaire que Jésus-Christ. Les frères et soeurs en Christ, les serviteurs de Dieu en Christ ont leur place dans le corps de Christ pour que l’ensemble puisse fonctionner comme Il le veut, et Dieu se sert des uns et des autres pour transmettre aussi à chacun des choses qui nous viennent de Lui. Mais fondamentalement, c’est de Lui et en Lui, que nous devons être édifiés, par Lui, en Lui, et avec Lui, uniquement dans notre rapport personnel entre Lui et nous. C’est peut être un peu difficile à comprendre parce que vous pouvez dire : « Oui, mais alors comment tu peux dire que Jésus doit te suffire pour grandir et être amené à la perfection, et comment ça marche avec les autres, le corps de Christ etc ? Est-ce qu’on n’a pas aussi besoin des autres, est-ce qu’on n’est pas aussi dépendant les uns des autres dans le corps de Christ, dépendant des ministères qui nous apportent des choses de la part de Dieu ?

 

Il faut le comprendre de manière spirituelle. L’apôtre Jean, je vous lis ce passage dans la première épître de Jean, au chapitre 2 au verset 24, nous éclaire pour nous montrer comment fonctionne cette édification du corps de Christ, et de chacun de nous en particulier. Il dit dans ce passage : « Que ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous ». Cette parole pure, qui a été donnée par Jésus au départ, et par les apôtres qui l’avaient reçue directement du Seigneur, que cette Parole reste en vous.

 

« Si ce que vous avez entendu dès le commencement demeure en vous, vous demeurerez aussi dans le Fils et dans le Père. La promesse qu’Il nous a faite, c’est la vie éternelle ». Jésus a dit : « Ceux qui croient en moi ont la vie éternelle », donc cette vie habite en nous, elle est en nous, c’est Dieu lui même qui habite en nous. « Je vous ai écrit ces choses au sujet de ceux qui vous égarent, pour vous l’onction que vous avez reçue, (l’onction c’est la présence du Saint-Esprit en nous, sur nous,) l’onction que vous avez reçue de lui demeure en vous et vous n’avez pas besoin qu’on vous enseigne. Mais comme son onction vous enseigne toute chose et qu’elle est véritable et qu’elle n’est pas un mensonge, demeurez en Lui selon les enseignements qu’elle (l’onction) vous a donnés ».

 

Le Seigneur nous dit là : quand vous êtes nés de nouveau vous venez à Christ, et Christ habite en vous, puis restez en Lui pour que sa vie éternelle, son onction, reste en vous par la présence du Saint- Esprit qui habite en nous. C’est cette onction-là qui va vous enseigner toute chose, « vous n’avez pas besoin qu’on vous enseigne » au sens où nous ne devons pas dépendre d’un homme pour l’enseignement que nous recevons, mais de l’onction du Saint-Esprit en nous, qui nous permet d’écouter ce que nous dit un homme, et qui confirme dans nos coeurs si ça vient de Dieu ou pas (Si nous sommes attentifs à la voix du Seigneur). Et nous pouvons dire : D’accord Seigneur, j’écoute un homme qui est en train de me parler, mais il parle de ta part, il annonce ta Parole et l’onction que j’ai en moi (le Saint-Esprit) me confirme que c’est la vérité. C’est cette onction-là qui va m’enseigner, ce n’est pas la parole que j’entends, c’est la confirmation intérieure dans mon coeur que ce que j’entends, vient vraiment du Seigneur. Cela implique que dans ma relation personnelle avec Dieu je sois conscient de cette présence du Seigneur. Je dois connaître mon Seigneur personnellement par Sa présence en moi, et par Sa Parole que je médite et que j’étudie. Mais il faut faire très attention de ne pas dépendre de quelque chose ou de quelqu’un d’extérieur pour notre croissance spirituelle, parce que nous vivons dans des temps difficiles, dans des temps de confusion, dans des temps de séduction, où nous voyons partout des gens qui se posent comme prophètes, et qui annoncent :  » Ainsi parle le Seigneur, ou ainsi m’a dit l’Eternel, ou bien : Dieu m’a dit que tu dois faire ci ou ça, Dieu m’a dit que tu dois te marier à un tel, que tu dois déménager « etc. Si quelqu’un parle de la part de Dieu, cela donne l’impression qu’il a une autorité quand même sérieuse. Nous devons avoir l’onction intérieure, la présence du Saint-Esprit qui nous demande, qui nous dit de veiller, de faire le tri, de prendre ce qui est bon, c’est-à-dire ce qui vient vraiment du Seigneur, et de laisser ce qui est mauvais. Si nous n’avons pas cette onction intérieure, nous allons être conduits dans toutes sortes de fausses pistes, nous allons

être égarés complètement.

 

Jésus a dit à ses disciples : « Quand le Saint-Esprit viendra, (celui qui est avec vous maintenant) Il sera en vous et Il vous conduira dans toute la vérité » Or qu’est ce que la vérité ? C’est la connaissance de Jésus Lui même qui est la vérité, c’est la connaissance de Sa Parole qui est la vérité, c’est la connaissance de sa volonté pour nous, qui est la seule vérité qui compte :  » Qu’est ce que Tu veux pour moi Seigneur ?  » C’est ça la vérité pour moi. J’ai donc la promesse du Seigneur que le Saint- Esprit en moi, qui m’a été donné par Jésus, me conduira dans toute la vérité, m’enseignera la Parole de Dieu, m’édifiera et me fera grandir. Jésus va se servir des uns et des autres, bien sûr, pour m’apporter de Sa part des prophéties, des paroles etc, mais c’est l’onction que j’ai en moi qui va me permettre de discerner ce qui vient vraiment du Seigneur. Dieu peut décider de m’apporter quelque chose par un frère ou une soeur, et Il va le faire constamment parce qu’on est dans un corps, mais le Seigneur exige que je veille prudemment parce que la confusion est là. L’ennemi est aussi là pour imiter la voix du Seigneur, et essayer de me troubler par de fausses révélations qui ne sont pas de Lui, de faux enseignements, de faux docteurs, de faux apôtres. Il est absolument nécessaire que je cultive ma relation personnelle avec Dieu par le Saint-Esprit pour pouvoir discerner. Et quand je peux discerner ce qui vient vraiment du Seigneur par la bouche d’un frère ou d’une soeur c’est une grande bénédiction qui m’arrive parce que je le reçois comme venant vraiment du Seigneur. Mais j’ai contrôlé leurs paroles à l’arrivée, j’ai contrôle si ça venait vraiment du Seigneur et c’est l’onction qui va m’enseigner, la présence du Saint-Esprit en moi.

 

C’est très important pour comprendre comment Dieu édifie l’Eglise et notamment dans la compréhension que nous devons avoir du ministère des uns et des autres, et du ministère des directions spirituelles dans l’Eglise. Nous avons tous un ministère de la part du Seigneur, homme ou femme (ministère veut dire service), au sens large nous avons tous un appel de Dieu, tous un ministère de la part du Seigneur, tous des dons particuliers que Dieu donne à chacun et pas à l’autre, et nous devons recevoir ces choses, pas pour nous d’abord, mais pour l’édification du corps de Christ. Paul le dit bien dans la première épître aux Corinthiens, il dit : « le Saint-Esprit distribue à chacun des dons selon sa volonté pour l’édification ». On vient de parler de l’édification de la maison de Dieu, donc cette édification se fait par Dieu lui même, par Jésus, par le Saint-Esprit qui habite en nous et qui, Lui, a la vision d’ensemble. La vision d’ensemble c’est d’amener cette maison à la perfection et chacune des pierres à la perfection. Pour cela Il a un plan, Il a un appel particulier, Il a des dons particuliers et c’est Lui qui, selon Sa volonté, distribue ses dons pour que nous participions à l’édification du corps de Christ. Alors, ce que je reçois du Seigneur je ne dois jamais le garder pour moi, je dois toujours le donner.

Le donner, c’est la loi du royaume de Dieu : Tu reçois pour donner, tu donnes, tu donnes, et en donnant tu reçois encore. Tu reçois toujours. Si tu ne donnes pas, tu vas t’engorger, tu vas avoir une crise d’apoplexie parce que tu vas trop recevoir et tu vas étouffer. Il faut que ça sorte, il faut que ça sorte pour l’édification du corps de Christ. Dieu te donne pour que tu donnes et si tout le monde fait ça, tout le monde va recevoir, parce que si toi tu me donnes ce que Jésus t’a donné, ça va me faire du bien. Mais je suis prudent et je dois inciter mes frères et soeurs à être prudents vis à vis de ce que je leur donne aussi. Il y en a qui me font le reproche quelquefois de ne pas être assez directif et de ne pas dire :  » Ainsi parle l’Eternel, Il m’a donné un message pour toi, tu le reçois, ne discute pas  » Jamais je ne parlerai comme ça, parce que si je commence à parler ainsi, c’est la fin du travail vraiment efficace du Seigneur. Je dis : Le Seigneur m’a parlé dans la prière, Il m’a montré certaines choses, certaines par révélation directe, certaines par l’action du Saint-Esprit sur mon intelligence spirituelle en étudiant la Parole etc. je reçois des choses, je vous les apporte, et je vous dis : écoutez et triez. Quelquefois, vous prenez tout parce que tout est bon, mais quelquefois le Seigneur peut vous dire aussi :  » Fais attention, écoute et trie  » quelles que soient les personnes qui vous parlent. L’exercice de ce discernement intérieur va aussi vous faire grandir dans le Seigneur, parce que vous allez apprendre de plus en plus à discerner ce qui vient vraiment du Seigneur, et ça va devenir de plus en plus un réflexe immédiat.

 

Cela ne bloquera pas l’oeuvre du Seigneur, ce sera quelque chose qui va la faire avancer plus vite.

Les vrais enfants de Dieu ne vont pas être choqués de ce que vous mettez ce qu’ils vous apportent, à l’épreuve de votre discernement, pas du tout. Si nous sommes vraiment des frères et des soeurs en Christ spirituels, je ne serai pas du tout choqué si ce que je t’apporte, tu le passes à ton scanner spirituel, si tu l’examines devant Dieu. Tu te places en disant : « Voyons il m’a dit ça, mais moi je veux que mon discernement spirituel intérieur, que la voix du Saint-Esprit en moi me le confirme, mon Père, parce que je ne veux pas recevoir des choses qui ne viennent pas de Toi. Je veux être édifié, édifié dans la vérité et pas dans l’erreur ».

 

Dans l’épître aux Ephésiens, au chapitre 4 et au verset premier : « Je vous exhorte donc moi le prisonnier dans le Seigneur à marcher d’une manière digne de la vocation (de l’appel) qui vous a été adressée, en toute humilité et douceur, avec patience, vous supportant les uns et les autres avec amour (On a besoin de se supporter avec amour.) vous efforçant de conserver l’unité de l’esprit par le lien de la paix ». Ensuite il donne une série de points qui sont la base de notre unité dans le corps, il dit : « Il y a un seul corps (le corps de Christ, l’Eglise), un seul esprit (le Saint-Esprit), comme vous avez été appelés à une seule espérance, par votre vocation » (par votre appel). Ma seule espérance, c’est le Seigneur dans la Jérusalem céleste, voilà c’est ça mon espérance et c’est la même que la vôtre, c’est d’être pour l’éternité dans la Jérusalem céleste. Il dit ensuite : « un seul Seigneur, une seule foi (sa foi à lui, sa sainte foi), un seul baptême (le baptême dans la mort et la résurrection de Jésus qui est aussi représenté par le baptême d’eau), un seul Dieu et Père de tous qui est au dessus de tous et parmi tous et en tous ». (Vous voyez : Dieu parmi nous, Dieu en nous, Dieu au milieu de nous.) « Mais à chacun de nous la grâce a été donnée selon la mesure du don de Christ ». A chacun, chacun !

 

Il dit d’abord : chacun vous avez reçu selon le don de Christ, c’est le ministère individuel que chacun reçoit du Seigneur dans le corps. Puis ensuite au verset 11 il dit : « Il a donné les uns comme apôtres, (ce sont les ministères de direction spirituelle, qui indiquent la direction spirituelle à suivre.) les autres comme prophètes, évangélistes, pasteurs, docteurs pour le perfectionnement des saints », c’est toujours l’édification, à la fois des pierres individuelles et de l’ensemble du corps. Dans Ephésiens 4, il est dit que nous devons marcher d’une manière digne de l’appel que nous avons reçu du Seigneur, or quel est cet appel ? C’est l’appel individuel à exercer notre ministère personnel dans le corps de Christ, et c’est l’appel particulier que certains reçoivent pour un ministère de direction spirituelle dans le corps de Christ.

 

Il donne les uns comme apôtres, prophètes, évangélistes, pasteurs et docteurs, mais un seul but à ces cinq ministères : le perfectionnement des saints, en vue de l’oeuvre du ministère et de l’édification du corps de Christ. « jusqu’à ce que nous soyons tous (individuellement et collectivement) parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme parfait, à la mesure de la stature parfaite de Christ afin que nous ne soyons plus des enfants flottants emportés à tout vent de doctrine . »

 

Et il ramène tout à Christ, au verset 15, il dit : « afin que nous croissions à tous égards en Celui qui est le chef (la pierre angulaire) Christ ». C’est Lui qui donne la vie à tout le corps, à tout l’ensemble.

 

Vous voyez, prenez l’exemple de votre corps physique, nous avons une tête, des bras, des jambes, une foule d’organes internes, et tout fonctionne harmonieusement, (quand tout va bien) parce que cela a été prévu par Dieu pour fonctionner harmonieusement : il y a une tête, des membres, des organes mais chaque organe apporte aux autres ce qui est sa spécificité : le foie etc.. Chacun apporte à l’ensemble du corps ce qui est propre à son organe, mais rien ne pourrait fonctionner s’il n’y avait pas dans ce corps la vie. Si un corps est mort, plus rien ne fonctionne. A partir du moment où la vie est dans le corps, chaque organe peut apporter aux autres ce qu’il a. Dans le corps de Christ il en est de même, la vie est donnée par Christ. S’il n’y a pas Christ, il n’y a pas la vie, il n’y a rien que la religion, cela ne vaut rien du tout. A partir du moment où Christ vivant (la vie éternelle de Jésus) pénètre en toi, mon frère, ma soeur, et dans le corps de Christ, sa vie apporte le mouvement et l’être à tout l’ensemble.

 

Chaque organe peut fonctionner pour apporter aux autres ce qu’il reçoit de cette vie-là, en fonction de sa constitution propre et de son appel propre.

 

Il est dit au verset 16 : « C’est de lui et grâce à tous les liens de son assistance, que tout le corps, bien coordonné et formant un solide assemblage, tire son accroissement selon la force qui convient à chacune de ses parties ». Donc, vous voyez, c’est de Lui directement que chaque partie reçoit ce qui lui convient, la force qu’il lui faut, de Christ. Il y a un lien direct entre Christ et chaque partie, chaque organe, chaque cellule.

 

« C’est de lui et grâce à tous les liens de son assistance, que tout le corps, bien coordonné et formant un solide assemblage, tire son accroissement selon la force qui convient à chacune de ses parties, et s’édifie lui-même dans l’amour ». L’amour c’est le bain de vie éternelle dans lequel nous baignons, l’amour de Christ qui nous enveloppe, qui nous entoure, qui nous remplit et c’est de Lui que nous recevons la force qui convient à chaque partie. Il est absolument essentiel que chaque partie ait avec Lui un contact direct, vivant et personnel. On reçoit la vie et son appel particulier, et il nous fait fonctionner pour le reste du corps, et nous nous édifions tous dans son amour.

 

Vous savez que dans le corps humain les savants ont découvert que – d’ailleurs ça commence à poser des problèmes – l’on a des milliards et des milliards de cellules et chaque cellule contient en particulier tous les éléments qui pourraient refaire un homme complet. C’est extraordinaire, dans le noyau d’une cellule il y a les codes qui pourraient former un être complet, d’ailleurs on l’a fait pour les animaux ils ont pris une cellule de brebis, ils ont pompé son noyau, ils l’ont réinjecté dans une autre cellule et ils l’ont fait repartir; ça a refait une brebis entièrement nouvelle à partir d’une seule cellule. Donc en théorie on pourrait prendre une cellule d’un homme et avec cette cellule reconstituer un homme complet. C’est extraordinaire et cela nous fait réfléchir sur le plan de Dieu, dans l’individu et dans le corps. Cela veut dire que chaque individu dans le corps de Christ a en lui, et doit avoir en lui la plénitude de la divinité, pour être individuellement semblable à la totalité de Jésus-Christ, et tout le corps dans son ensemble doit aussi refléter l’ensemble de la gloire de Dieu. Chaque élément doit arriver individuellement à la perfection. Le Seigneur ne divise pas sa perfection en une multitude de petites tranches qu’Il va donner à chacun, et puis l’ensemble fait la perfection; pas du tout, chacun doit être parfait et c’est l’ensemble qui est parfait.

 

Prenez l’exemple du couple, il est dit : « les deux ne formeront plus qu’un », cela ne veut pas dire que les deux forment une moitié chacun, moi j’enlève ce langage : ma femme n’est pas ma moitié et moi je ne suis pas sa moitié, nous sommes deux entiers qui à deux entiers n’en font plus qu’un. C’est la même chose au plan du Père du Fils et du Saint-Esprit, chacun ne fait pas un tiers du tout, chacun est une totalité parfaite et les trois font un. Au niveau de l’ensemble du corps de Christ chacun doit faire une totalité parfaite pour que l’ensemble soit un. Cela nous encourage, vous voyez que le Seigneur ne veut pas nous rendre dépendants les uns des autres dans le mauvais sens du terme, qui serait : moi, il va me manquer quelque chose et puis c’est l’autre qui va l’avoir. Ce n’est pas comme ça ! Le Seigneur veut édifier chacun en totalité, mais Il veut que cette totalité s’intègre dans un ensemble pour que toutes ces totalités forment un grand tout parfait, et la gloire de Dieu va se manifester à la fois dans chaque individu en particulier, et dans le tout, dans son ensemble. Donc je n’aurai jamais le sentiment d’être coupé, d’être un petit morceau du tout, que moi je ne suis qu’une petite cellule isolée, avec d’autres à côté. Non ! Je suis appelé à être un tout parfait.

 

Mais Dieu ne veut pas que ce tout parfait reste tout seul dans son coin. Il veut l’intégrer dans un ensemble merveilleux, qui est son corps complet. C’est vraiment la sagesse profonde du Seigneur, Il veut que nous soyons tous, à titre individuel, parfaitement satisfait d’être un tout complet en Christ, et je n’ai pas besoin des autres pour être un tout parfait en Christ, parce que Dieu va, par mon contact personnel avec Lui, m’amener à la perfection individuelle, par ma seule relation avec Lui. Dans sa sagesse Dieu a voulu que tous ces éléments parfaits que nous sommes appelés à être, s’intègrent dans un grand ensemble qui est son corps, où là nous aurons une place particulière, un appel particulier, une fonction particulière. Mais en tant que tout parfait, nous nous suffisons à nous-mêmes avec Dieu, je veux dire qu’on n’a pas besoin des autres pour être parfaits, on n’ a besoin que de Jésus. Mais Dieu n’a pas voulu que ces hommes et ces femmes parvenus à la perfection, restent tout seuls, indépendants. Il veut les intégrer dans un grand corps où chacun aura sa fonction. Mais ce n’est pas ma fonction qui me fait vivre, ce qui me fait vivre c’est ma relation personnelle avec Jésus, et dans le grand tout, Dieu va me placer dans des endroits où je vais recevoir du Seigneur quelque chose de particulier pour le donner aux autres, pour que tout fonctionne comme Il le veut.

 

C’est merveilleux comme plan ! Chaque unité doit être parfaite en elle-même, et cela nous montre quel doit être le type de relation entre nous, que ce soit au niveau du couple, au niveau d’une église, du corps de Christ. Le Seigneur ne nous a pas faits pour que nous soyons dépendants les uns des autres dans le mauvais sens du terme, dans le sens où je vais me sentir dépendant de toi, où je vais avoir une relation de dépendance. Quelqu’un qui est dépendant de quelqu’un d’autre c’est quelqu’un qui est à la traîne de l’autre. Il y en a un qui est à l’avant et l’autre qui traîne : il est dépendant. Ce n’est pas ce genre de relation que Dieu veut dans le corps de Christ. Il veut une relation de dépendance spirituelle organique. Cela veut dire que Dieu va me donner des dons et un appel qui est particulier, et par ce don et cet appel, Il va se servir de moi pour faire passer aux autres quelque chose, mais moi je sais dans mon coeur que mon frère ou ma soeur, à qui je fais passer quelque chose de la part du Seigneur, a une relation individuelle et parfaite avec Dieu. Et par cette relation, il est amené à la perfection, et moi je vais lui amener simplement des choses que Dieu a décidé que je lui amène pour l’aider à grandir dans la perfection de sa relation avec Dieu.

 

Si je suis un véritable serviteur de Dieu, je ne vais pas essayer de me mettre entre Dieu et mon frère ou ma soeur, je vais exercer tout mon ministère pour développer sa relation personnelle avec Dieu, la rendre toujours plus étroite, plus personnelle, pour qu’il grandisse dans cette perfection et qu’il ait un contact toujours plus étroit avec Jésus. Je ne vais pas me placer entre lui et Jésus, recevoir des choses de Jésus, lui donner et lui dire : tu vois maintenant, tu es dépendant de moi, tu es obligé de passer par moi pour aller avec Jésus. Non ! Ce n’est pas cela du tout ! Tout au contraire, moi je vais t’apporter des choses que Dieu m’a données, mais uniquement pour que tu grandisses et que tu te rapproches de plus en plus de Jésus et que tu le connaisses de mieux en mieux, et que tu grandisses en Lui et que tu deviennes de plus en plus indépendant. Indépendant dans le bon sens, spirituel, parce que quelqu’un qui est indépendant c’est quelqu’un qui est complet, qui se suffit entièrement à lui-même parce qu’il est parfait. Quand nous serons tous arrivés à la perfection, nous serons complètement indépendants les uns des autres. Dieu va nous appeler à exercer un ministère les uns envers les autres et je ne pourrai l’exercer que si je suis vraiment libre et indépendant, indépendant au sens autonome, c’est très important de bien comprendre cela.

 

Dieu nous appelle à être libres, mais cette liberté ne doit pas être pour moi une occasion de rester solitaire et sur ma tour d’ivoire, parce que je suis arrivé à la perfection ! Dans le corps de Christ, la liberté qu’Il nous donne, Dieu nous demande de la mettre au service des autres, volontairement, et pas dans un système de contrainte et d’autoritarisme où on me dit de faire ci et ça et où on me donne des ordres parce que je suis soumis aux autorités et au Seigneur; ce n’est pas comme ça dans le corps de Christ.

 

Prenez l’exemple de Jésus : Lui en tant que Dieu, n’avait besoin de personne, Il est parfait de toute éternité. Il est venu sur la terre pour nous, donc la liberté qu’a le Seigneur, Il a volontairement accepté de l’abandonner pour nous donner la vie. Il a abandonné ses prérogatives divines, la place qu’Il avait au ciel sur son trône élevé. Il a laissé tout cela pour venir prendre un simple corps d’homme pour nous rendre service, pour donner sa vie pour nous, pour que nous ayons la liberté et la vie éternelle. Il avait une pleine liberté d’action et Il a choisi Lui-même de se donner pour nous, pour nous donner la vie. Il nous laisse un exemple : Il veut que nous puissions acquérir la perfection et la liberté totale pour la mettre volontairement au service des autres. Il n’y a que comme cela que nous pouvons le faire bien, parce que si nous sommes pris dans un système de contrainte, dans un système d’autoritarisme, un système religieux, nous n’allons pas avoir de liberté. Nous ne pourrons pas vraiment recevoir du Seigneur et donner aux autres dans la liberté de l’Esprit tout ce qu’Il nous donne, cela va être un système de carcan.

 

Toutes les églises qui sont dirigées de manière autoritaire, par des serviteurs de Dieu autoritaires, ne peuvent pas manifester la liberté de l’Esprit, et ne peuvent pas aider vraiment les chrétiens à grandir et à être édifiés, et au corps de Christ à être édifié. Ils ne peuvent pas parce que tout est emprisonné dans un système de carcan spirituel, où il y en a qui donnent des ordres, et les autres qui n’ont rien à dire.

 

Cela ne se fait pas comme cela dans le corps de Christ. Remarquez comment Jésus donne des ordres à ses disciples : Jésus donne des ordres, Il donne des commandements, mais Il ne force pas au sens autoritariste du terme. Il donne des ordres qui sont quelquefois clairs, fermes et définitifs, mais Il demande que nous venions à l’obéissance en acceptant volontairement de renoncer à notre liberté pour nous mettre à son service, volontairement.

 

Je vais pouvoir dire : Seigneur, Tu me donnes un ordre : parce que je suis libre, je viens à Toi et je m’incline, je mets ma liberté à Ton service et j’abandonne volontairement mon état d’indépendance pour me mettre à l’obéissance de Ta Parole. C’est ce que Dieu veut. Il veut des hommes et des femmes parfaits et libres pour que ces hommes et ces femmes viennent devant Lui en s’inclinant et en disant :

 

Seigneur, librement, je choisis de Te servir, je choisis de m’incliner devant Toi et je renonce à moi-même et à toute décision personnelle pour te servir et t’obéir. Mais cela n’a de valeur pour Dieu que si c’est libre, si ce n’est pas obligé, sans aucun autoritarisme. Imaginez que Dieu se mette à faire des commandements autoritaires, on est coincé, on ne peut pas vraiment exercer notre liberté. Cela ne serait pas quelque chose qui plairait à Dieu. Il veut que nous soyons libres, mais Il veut que nous mettions cette liberté à son service, volontairement.

 

Dans le corps de Christ c’est pareil. Il veut que nous soyons entièrement libres les uns par rapport aux autres, personne ne dominant l’un sur l’autre, mais Il veut que nous ayons assez de maturité spirituelle pour comprendre quel est notre appel, et pour mettre volontairement notre liberté au service des autres dans le corps de Christ. Cela a de la valeur pour Dieu si j’accepte volontairement de limiter ma liberté, au sens où par exemple je me dis : Je suis libre, je vais cet après- midi aller me promener parce que j’ai envie de me détendre, puis le Saint-Esprit me parle et me dit : J’ai un appel pour toi cet après-midi, tu vas aller faire une visite parce qu’il y a un frère qui a besoin de toi, ou bien tu vas prier une heure parce qu’il y a tel besoin que je te montre. Dieu attend que je mette ma liberté à son service et que je dise : « D’accord Seigneur, volontairement je renonce à ma liberté personnelle pour la mettre à Ton service », et cela a de la valeur aux yeux du Seigneur.

 

Il veut faire de nous des hommes et des femmes libres. Quand Paul dit aux Galates : Galates insensés, vous avez été affranchis en Christ, qui vous a ensorcelés pour que vous vous remettiez sous le joug ?

 

Ils se remettaient sous un joug religieux, où il y avait des commandements qui leur étaient donnés : tu feras ci, tu ne feras pas ça, et ils étaient poussés par la contrainte à se remettre sous la loi. Ils avaient quitté le terrain de la liberté de l’Esprit, et Paul leur dit : Insensés, vous êtes coupés de Christ, vous avez quitté le domaine de la grâce, et de la responsabilité personnelle, et de la liberté personnelle que vous auriez dû mettre volontairement au service du Seigneur. Maintenant, vous vous remettez sous une loi de commandements humains ou légalistes et vous êtes coupés de la liberté de Christ. Vous êtes redevenus maintenant des personnes qui sont soumises à des commandements d’hommes et à des hommes et vous n’agissez plus dans la liberté personnelle du Saint-Esprit. C’est fini, vous êtes coupés de la grâce et vous avez besoin de vous repentir.

C’est très important pour ceux qui sont appelés à exercer un ministère spirituel, de direction spirituelle, d’apôtres, de prophètes, d’évangélistes, de pasteurs, de docteurs, de comprendre que leur position est une position d’autorité spirituelle qui indique une direction, mais qui appelle les brebis à exercer leur liberté dans le Seigneur, pour sonder ce qui leur est dit, et accepter librement de se mettre au service du Seigneur, et non pas au service d’un homme. C’est ce que Dieu appelle la soumission aux anciens, la soumission aux anciens c’est écouter ce qui t’est dit de la part d’un ancien, tu écoutes pour voir si ça correspond à la Parole du Seigneur, et si ça correspond à cette Parole tu dis : Amen ! Si l’Esprit en toi te confirme que cela vient vraiment du Seigneur, tu vas faire ce qui t’est dit, mais parce que tu l’auras choisi librement. Ce n’est pas parce que tu t’es mis sous un joug autoritaire de quelqu’un qui se fait passer pour apôtre mais qui n’est qu’un tyran, et qui dit : Parce que je suis apôtre, je t’ordonne de faire ci, de ne pas faire ça ; dans ce cas tu n’as pas droit à la discussion et tout le monde doit suivre, ce n’est pas le système que Jésus veut mettre en place. Le système que Jésus veut mettre en place, c’est le système de son Eglise à Lui, où les apôtres comme Paul étaient des gens d’une fermeté, d’une rigueur totale, qui ne faisaient pas de compromis avec la Parole, ils secouaient les Corinthiens, ils secouaient les Galates, mais jamais ils n’exerçaient de tyrannie sur eux. Il leur disait :

 

Je vous exhorte moi, prisonnier du Seigneur à faire ci, à faire ça, mais s’ils ne le faisaient pas, il n’était pas là derrière eux pour leur imposer sa volonté. Il savait très bien que ça ne pouvait pas marcher dans le corps de Christ, ce n’est pas comme cela qu’on dirige l’Eglise. Il donnait des directions précises, et si nécessaire, il disait : moi je ne suis pas d’accord. Et quand Pierre, le grand apôtre Pierre, qui avait été appelé bien avant Paul, a commencé à dérailler, à judaïser et à revenir à des préceptes judaïques, et à des pratiques judaïques, Paul s’est opposé à lui publiquement et devant tous, en lui disant : Pierre tu dérailles, tu es en train de faire quelque chose qui ne va pas, et moi je suis obligé de te reprendre devant tous. Et Pierre s’est incliné. Il a compris que cela venait du Seigneur. Il a dit : D’accord, j’ai fait quelque chose qui n’était pas bien, j’ai déraillé, j’ai forcé les autres à être hypocrites par mon attitude, et tu fais bien mon frère de me reprendre. Il a accepté humblement.

 

Donc vous voyez que dans le corps de Christ, c’est très important de comprendre cette notion de liberté spirituelle en Christ, nous sommes appelés à être libres, libres des hommes, libres des organisations humaines, libres des commandements d’hommes etc., mais avec un esprit et un cœur humbles et soumis, avec le Saint-Esprit en nous, dont nous écoutons soigneusement les directives, quand Il nous dit : « Ecoute et vois si ça correspond à ma volonté ou pas. Ne sois pas rebelle, ne sois pas coléreux, ne sois pas agité, reste tranquille, écoute ce qui t’est dit, et écoute ma voix dans ton coeur » .Le Saint-Esprit montrera d’où cela vient. A partir du moment où le Saint-Esprit te montre que ça vient bien de Lui, tu le fais en te soumettant volontairement et librement. Mais tu ne vas pas le faire à n’importe quelle condition. Si en cours de route tu vois qu’il y a des choses qui ne vont pas, le Saint- Esprit te le montrera. Et avec douceur et fermeté tu pourras alors dire, même publiquement et à des anciens s’il le faut, ce que tu as appris. Tu diras les choses comme elles doivent être dites, pour que la gloire du Seigneur ne soit pas ternie par des choses humaines qui recommencent à se mêler aux choses spirituelles. Et c’est comme ça qu’on va grandir, parce que tout va se faire dans l’amour du Seigneur.

 

Donc il est vraiment important, essentiel, que nous entretenions notre relation personnelle avec Jésus avant tout. Comment voulez-vous que j’exerce le discernement ou l’autorité spirituelle pour dire : ça, c’est bien, ou ce n’est pas bien, si je n’ai pas, moi, ma relation personnelle vivante avec Dieu qui s’approfondit tous les jours. Comment toi, tu peux discerner si ce que je te dis est bon ou pas bon, si tu n’as pas ta relation personnelle avec Jésus entretenue soigneusement dans la prière, dans la méditation de la Parole, en passant du temps avec Jésus. Il n’y a que Lui qui peut t’aider, te soutenir, t’éclairer, te fortifier. C’est de Lui que tu vas tout recevoir dans la communion, dans la prière. Quand tu es fatigué, quand tu es épuisé, quand tu es découragé, Dieu peut t’envoyer un frère ou une soeur qui va te remettre sur les rails. Mais si tu passes une heure dans la présence de Jésus, que tu es là devant Lui et que tu déverses ton coeur devant le Seigneur, que tu ouvres ton coeur à l’action du Saint-Esprit qui est là pour te relever, tu verras, tu vas ressortir renouvelé, tu vas ressortir merveilleusement renouvelé. Parce que Jésus est vivant, parce qu’Il aime ses brebis, Il veut les fortifier, les édifier, tu vas ressortir renouvelé et tu ne seras pas un fardeau pour les autres, tu seras une bénédiction. Tu vas leur apporter quelque chose de la vie d’en haut que Dieu t’a donnée dans ta communion personnelle avec Lui. C’est vrai que Dieu dans sa grâce, si tu n’as pas eu l’occasion de le faire, peut mettre sur ta route un frère (ou une soeur) spirituel qui a passé du temps devant Dieu, et qui va t’amener un peu de la brise fraîche du ciel pour te faire du bien. Cela va t’aider momentanément mais surtout cela va être une incitation pour toi à t’approcher du Seigneur pour dire : « Seigneur, j’ai senti un peu de brise fraîche qu’un frère ou une soeur m’a amenée, mais ça ne me suffit pas, moi je veux la sentir directement de Toi, dans ma communion avec Toi. D’accord, je suis édifié par un apôtre, un prophète, un pasteur, un docteur qui passe, mais je sens que c’est Toi qui m’apporte quelque chose de leur part, et ça me donne envie de m’approcher davantage de Toi, pour recevoir directement de Toi tout ce qu’il me faut et l’apporter aux autres. Et là tu vas grandir spirituellement, tu vas grandir dans la liberté.

 

C’est très important tout ça, il y a trop de déformations aujourd’hui, on vit dans des temps que Paul appelle les temps difficiles de la fin. Or ces temps difficiles de la fin sont caractérisés par la rébellion qui n’est pas forcément une révolte ouverte. On peut rejeter très doucement la Parole de Dieu en étant apparemment rempli d’amour, mais si on rejette la Parole, que ce soit violemment ou doucement, c’est la rébellion. Il y a la séduction, il y a toutes formes de séductions, il y a l’amour du plus grand nombre qui diminue, la foi qui diminue et je suis persuadé que dans les temps de la fin, le Seigneur ne va plus garder qu’un petit reste fidèle dans ce monde de ténèbres, où les ténèbres s’épaississent de plus en plus. Il en a toujours été ainsi, regardez l’histoire de l’église, regardez les temps qui ont précédé les grands jugements sur Israël, du temps de Jérémie où le temple allait être détruit, du temps de Jésus où Titus allait détruire le temple, il n’y avait à chaque fois qu’un petit reste par rapport à la grande masse des croyants, un petit reste vraiment fidèle. Du temps de Nebucadnetsar et de Jérémie, il n’y avait guère qu’un petit troupeau fidèle, qui à Jérusalem marchait encore droit et les grands jugements sont venus. Nous approchons des jugements de l’Apocalypse, et de la fin. On arrive à grands pas dans un temps où les jugements de Dieu vont s’abattre sur la terre. Tout ce qu’on peut faire c’est le retarder encore un peu, mais on ne peut pas les annuler, parce qu’ils ont été annoncés. On peut dire :

 

« Seigneur, nous te supplions, retarde encore un peu tes jugements pour que ta Parole se répande, pour que ton troupeau fidèle se prépare. Mais il n’y aura qu’un petit reste fidèle dans les derniers temps, il ne faut pas se faire d’illusions, il n’y aura pas ce grand réveil mondial et universel annoncé par les faux prophètes, ça n’existe pas, on ne peut pas appuyer cela sur la Parole de Dieu. Le Seigneur annonce des temps difficiles, où les gens seront rebelles, hautains, méprisants pour leurs parents, toutes ces choses que nous voyons autour de nous.

 

Il n’y aura pas ce grand réveil mondial annoncé par les faux prophètes, non, le printemps c’est ma relation personnelle avec Jésus qui va ouvrir les écluses du ciel sur ma vie si je suis fidèle, et sur la vie de toutes ses brebis qui entendent Sa voix. Le printemps annoncé, c’est l’Epouse à qui il est donné de se préparer et de se revêtir d’un fin lin. Mais cette Epouse va se préparer dans des temps très difficiles, des temps où l’horreur, la violence et le péché vont se déverser et se déversent comme des torrents affreux sur le monde entier. Restons profondément ancrés en Jésus et dans Sa Parole ! Ne nous laissons ébranler par rien, ni par les menaces de Satan, ni par les voix insidieuses des faux prophètes et des séducteurs, par rien du tout ! Testons toutes choses uniquement à la lumière de la Parole. En tout ce que nous recevons ou que nous croyons recevoir, si nous le testons uniquement à la lumière de la Parole de Dieu, nous serons gardés bien aimés. Satan va s’employer à nous envoyer des visions, des prophéties, des révélations en essayant de nous les faire passer comme venant de Dieu, et si nous ne sommes pas profondément ancrés sur la Parole seule nous serons emportés comme un fétu de paille.

 

Parce que tous ces mouvements qui se passent actuellement sur la terre, ce sont des faux mouvements, ils ne sont dus qu’à une seule chose, c’est le manque de connaissance de la Parole et le manque de connaissance du Seigneur.

 

Si nous étions ancrés dans le Seigneur et dans Sa Parole nous aurions un discernement plus grand. Et c’est possible, c’est à la portée de tous les enfants du Seigneur. Chacun a le Saint-Esprit en soi, on a tous la Parole, on a un Dieu bienveillant qui veut nous aider à grandir individuellement et collectivement. Donc, on a tout en main pour pouvoir tenir ferme après avoir tout surmonté, dans l’époque la plus troublée qui soit. On a tous les éléments avec Jésus pour tenir ferme. Est ce qu’on va faire partie de ceux qui ont tenu ferme jusqu’au bout, malgré les assauts, malgré les tempêtes, malgré les épreuves, les souffrances, les difficultés, les persécutions, malgré les frères et les soeurs qui tombent à gauche et à droite comme des mouches ? Est-ce qu’on va rester plantés dans le Seigneur et en Lui et dans sa Parole pour tenir ferme et être encore des exemples dans ces temps de la fin ? Eh bien je dis : « Seigneur, fais moi la grâce de pouvoir être jusqu’à la fin quelqu’un qui tient debout, qui ne va pas se monter la tête en disant : je suis meilleur que les autres, mais qui reste dépendant de son Seigneur en disant : Seigneur, il faut que tu me tiennes debout. Tu as dit : celui qui garde ma parole je le garderai. Donc Seigneur, fais-moi la grâce par ton Esprit de toujours me faire comprendre ta Parole en esprit et en vérité pour que je puisse tout contrôler avec ta Parole et que je puisse continuer à être édifié par ta Parole pour être un temple saint dans le Seigneur, et pour être la pierre vivante dans ce grand Temple que Tu prépares pour ta gloire pour tous tes enfants qui te sont restés fidèles. »

 

Devenons donc imitateurs de Dieu comme des enfants bien-aimés, imitateurs de ceux qui comme Paul marchent avec le Seigneur, comme Paul le disait et osait le dire : imitez-moi. Mais il ne leur disait pas : imitez-moi aveuglément, il voulait dire : imitez-moi si vous discernez que ce que je fais, vient vraiment du Seigneur, donc cela veut dire : imitez le Seigneur.

 

Seigneur, je te prie vraiment que cette Parole puisse nous encourager à tenir ferme en toi, je te prie vraiment Seigneur que ce petit reste fidèle que tu connais puisse être gardé dans ta main parce qu’il garde ta Parole. Seigneur je veux être un des vainqueurs de la fin des temps, et je demande ta grâce pour moi-même et pour tous tes bien-aimés qui la demandent. Je demande ta grâce Seigneur pour être trouvé debout au jour où tu vas chercher les tiens. Et non seulement debout, mais debout et vainqueur contre tout ce qui a pu venir contre moi pour me faire chuter. Que je puisse en toi être trouvé vainqueur, par ta grâce Seigneur. Fais du bien à ton troupeau, fais du bien et encourage-nous ce soir en nous rappelant que tu nous appelles à être parfaitement complets en toi, chacun en particulier et que tu nous appelles tous à une place dans ton Corps, avec un ministère, un appel pour que tous nous puissions être édifiés en toi. Seigneur, bénis chacun je t’en prie, continue à travailler dans nos vies pour nous délivrer, nous débarrasser de tout ce qui est mauvais dans l’esprit, dans l’âme et dans le corps, et pour nous remplir de toi jusqu’à toute la plénitude de Dieu, pour servir à la gloire de ton Nom. Débarrasse-nous de tout ce qui est encore du passé, du malin, des maladies, des infirmités, des liens de toutes sortes de choses qui viennent encore du passé, de l’ennemi. Seigneur, travaille je t’en supplie selon ta promesse à nous rendre complets, accomplis, sans faillir en rien, en attendant la glorieuse résurrection, la perfection, la rédemption de notre corps. Seigneur, fais-le pour chacun, je t’en prie, au nom de Jésus-Christ. Amen.

 

 

C120 Source de Vie – http://www.sourcedevie.com

 

© SdV – Toute reproduction autorisée et même encouragée mis le 18/12/2001

Ce texte est la mise par écrit d’un message donné oralement par Henri VIAUD-MURAT, message qui a été enregistré sur cassette audio. Afin de garder la spontanéité de ce qui a été donné, la mise par écrit a été faite en conservant l’intégralité de l’enregistrement oral, sauf quelques modifications mineures qui étaient nécessaires à la compréhension du texte écrit.

 

Laisser un commentaire pour l'édification commune.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :