A138 – Exhortation du Très Haut. Par Eric.R

« Moi l’Eternel Dieu, je suis un Dieu redoutable, et je veux qu’on me craigne, de la crainte de Jésus Christ. Vous recevez depuis plusieurs semaines la date du décret par le quel je vais enlever mon épouse. Voulez-vous être de ceux qui me rejoindront à jamais dans la gloire ? Ou de ceux qui instruiront mes élus lors de la grande épreuve que j’envoie sur les hommes ? Car vous en savez beaucoup, mais pour certains pas au point de marcher droit. Je connais vos connaissances, je veux de la droiture et de la justice. Sachez qu’ils sont les fondements de mon trône, vous qui vous croyez assis dans les lieux célestes, et qui  en êtes tombés parce que vous en avez sapé les fondements.

 

Vous qui vous croyez de l’Eglise de Philadelphie, vous avez besoin de collyre. Mes enfants sont horrifiés de mes souffrances endurées par la croix, et ne les prennent pas pour un pot de miel. Cessez de m’offenser par vos compromis et vos abandons purs et simples à la chair. Si mes souffrances ne vous suffisent pas, si elle ne vous pousse pas à haïr le péché dans vos vies  vous n’êtes pas dignes de mon sacrifice. Ceux qui outragent ma grâce s’exposent à la mort. Je reviens chercher ceux qui ne regardent pas en arrière, je ne reviens pas être supplicié une seconde fois, pour ceux qui aiment leur coeur de pierre, et qui ont été conduits dans toute la vérité. Beaucoup disent : « mais ça c’est à peine un péché, ça me soulage ».

 

Pourquoi m’humiliez-vous ? Je dis soyez saints et parfaits comme je le suis, désirez-le ardemment et fermement. Ne vous y aiderai-je pas ? Venez à moi et vous vivrez, moi je vous aime, je vous désire, mais nul ne peut m’approcher sans me désirer et m’honorer de tout son être. Suis-je un chien de garde à qui vous adressez une caresse de temps en temps ? Pourquoi connaissez-vous ce qui me rend heureux et ne le faites-vous pas ? Pensez-vous que je me réjouisse des souffrances que vous vous préparez ?

 

Je suis l’Eternel Dieu et en dehors de moi il n’y a aucun bonheur, je me suis offert à vous, moi Dieu, je me suis humilié pour vous, alors pourquoi me rejetez-vous ? Ne pas m’obéir c’est me rejeter. C’est si difficile d’aimer les autres ? Je vous envoie des épreuves pour vous fortifier, des ennemis pour vous apprendre à aimer comme moi, pour être de vaillants guerriers comme moi. Je ne veux pas des femmelettes de Babylone qui se relâchent et brisent les verrous de leurs portes. Je n’ai aucune attirance pour les poules mouillées qui pleurnichent, râleuses, amères, médisantes, calomniatrices, hypocrites et méchantes.

 

Vous êtes faibles et vous savez que je ne rejette pas les faibles, je vous ai donné mon sang pour laver vos souillures, je me suis offert à vous sur la croix, dressé comme le serpent d’airain dans le désert, pour que mes souffrances touchent votre coeur, pas votre cerveau.

 

Vous savez tous que je vous envoie des épreuves violentes pour vous éprouver, vous purifier. Soyez qui j’ai fait de vous, à mon image, des sacrificateurs pour l’ éternité, des guerriers travailleurs, déterminés, qui ont la rage au coeur, persévérants, patients, aguerris et affermis dans les combats, joyeux et fiers de moi, toujours là pour vous donner ce qui vous manque. Un seul tout petit compromis vous fait glisser dans la défaite.

 

N’aimez-vous pas la victoire ? Je vais venir avec mon fouet, et gare à ceux qui dressent des tables de change devant moi. Cessez vos murmures, vous êtes mon temple. Je veux entendre vos louanges dans les épreuves et les humiliations. Ainsi vous ferez tomber les murailles que l’ennemi dresse devant vous. Je vous ai créés pour être heureux en tous temps, dans le bonheur comme dans le malheur. Ne m’aimez-vous pas? N’appréciez-vous pas toute cette grâce déployée pour vous ? Je ne veux pas d’iniquité en vous, aucune, aucune. Pensez-vous que mon tribunal va consister à vous châtier ? Vais-je ranger les couronnes que je vous ai réservées ? Ne me négligez pas, ne soyez pas droits à vos propres yeux, quand je vous montre que vous êtes tordus, n’endurcissez pas vos coeurs, c’est moi qui vous redresse par ma croix. La droiture c’est moi.

 

Ne me quittez pas des yeux, je suis dans la gloire suprême parce que je suis allé sur la croix pour vous, cette croix c’est ma gloire et je vous l’ai donnée. Comprenez. »

 

2 commentaires pour A138 – Exhortation du Très Haut. Par Eric.R

  1. milliearuna dit :

    Je crois que cette remontrance du Seigneur est sérieuse et véritable. Et qu’elle va devoir être prise au sérieux. Le problème est que nous ne sommes pas décidés à mourir à nous-mêmes. Quand on s’aperçoit que, depuis qu’on LE connait, on n’a pas changé, qu’on retombe toujours dans les mêmes ornières, et que notre coeur est toujours le même…, alors il me semble que notre démarche dans le changement de notre mentalité doit être draconnienne, et urgente. Etre disciple de Christ est tout sauf confortable. C’est plutôt le contraire, gênant, perturbant, bousculant. Alors, prions pour tous ceux qui ont besoin de se sentir mal à l’aise, au lieu de se sentir bien dans leur petite vie de confort religieuse ! car il y a grand danger de faire partie de ceux qui vont mourir en martyr, ou non enlevés, ou non sauvés.

  2. Flo dit :

    Amen milliearuna!
    C’est pour cela que j’ai partagé ce message, il y a trop de vue de la vie chrétienne avec des lunettes roses d’un côté, ou des dominations spirituelles exercées par certains qui ont pris une position d’autorité et qui ne l’ont pas forcément reçue de Dieu, pour exercer un matraquage abusif spirituel de l’autre. Mais nous recevons et partageons peu de vérités cinglantes comme celle-ci, juste parce que cela fait peur et que tout le monde préfère éviter « le sujet ». Au contraire, je crois que c’est un témoignage de l’amour de Dieu pour nous qui voit dans quel piètre état est son peuple et qui nous donne le ton actuel pour mettre les bouchées doubles là où nous en avons besoin! Pour ma part, j’ai bien vu que j’étais loin d’être prête à son retour, même si je ne me décourage pas et que je veux vraiment faire de mon mieux chaque jour. A chacun de voir où il ou elle en est et de demander à Dieu de l’aider à demeurer en LUI afin qu’Il demeure en nous! Je te béni chère Soeur, à bientôt, Flo

Laisser un commentaire pour l'édification commune.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :