A142 – Ironie Chrétienne

Article de : Charles Finney reçu par email.

Finney, lassé de voir l’hypocrisie des chrétiens et leur acharnement à ne pas se repentir, ironise très fortement. Comprenne qui peut. Comment Prêcher sans Convertir Personne, de telle sorte que les chrétiens restent hypocrites et dans le péché. Ou comment aider Satan dans son travail de perversion de l’évangile…

Avant de vous livrer ce texte de Charles Finney que j’ai reçu par email de la part d’un Frère, j’aimerai attirer votre attention sur une comparaison judicieuse à faire avec le précédent article (A141 – Etre une bénédiction pour quelqu’un). A la première lecture des deux, il m’ont semblé contradictoires, puis en les méditant d’avantage, ils m’ont apparu très complémentaires. Je vous invite à faire de même et à me livrer vos impressions sur le fil de commentaires de cet article. J’ai personnellement été à la fois édifiée et exhortée, j’aimerai savoir ce qu’il en est pour vous pour le partage fraternel. A bientôt…

Votre dévouée en Christ, Flo

 

  • Prêchez chaque doctrine en attirant l’attention de l’auditoire sur l’homme plutôt que sur Jésus.
    Enseignez toutes les doctrines de façon à faire de l’homme le centre de l’attention de Dieu, plutôt que Dieu le centre d’intérêt de l’homme.
  • Évitez de prêcher au sujet de l’absolue nécessité d’un changement radical de cœur, au travers de la vérité révélée au cœur par l’action du saint Esprit.
  • Laissez votre motivation suprême (être populaire) se réaliser; de cette façon, votre prédication sera conforme à ce but, et ne convertira pas les âmes à Christ.
  • Evitez de prêcher des doctrines qui offensent la chair; Comme cela personne ne devrait vous dire, comme on le disait à Christ: « C’est une parole dure à dire, qui peut l’entendre?« 
  • Ne donnez aucune explication claire et ne dérangez pas la conscience de vos auditeurs afin qu’ils ne soient pas inquiets au sujet de leur âme.
  • Evitez toutes illustrations, répétitions, phrases implicites qui feraient que votre auditoire pourrait se rappeler ce que vous avez dit.
  • Evitez toute chaleur et enthousiasme dans ce que vous dites; ainsi vous ne donnerez jamais l’impression que vous croyez réellement à ce que vous dites. Faites appel à l’émotion de l’auditoire, et non à sa conscience.
  • Soyez prudent de ne pas rendre témoignage de la puissance de l’Evangile dans votre propre vie, afin de ne pas provoquer chez l’auditoire la conviction que vous avez quelque chose dont ils ont besoin.
  • Ne faites pas resurgir les souvenirs inconfortables qui pourraient rappeler à votre auditoire ses pêchés passés.
  • Dénoncez le pêché, oui; mais faites le d’une façon générale, sans faire aucune allusion à un pêché spécifique de votre auditoire.
  • Ne donnez pas l’impression que Dieu demande à l’auditoire d’obéir immédiatement et ici même à la vérité.
  • Ne leur laissez pas penser que vous vous attendez à ce qu’ils s’engagent à l’instant et ici même à donner leur cœur à Dieu.
  • Donnez-leur l’impression que vous vous attendez à ce qu’ils sortent du lieu de culte en demeurant dans leurs péchés, et qu’ils pourront ensuite reconsidérer ce sujet plus tard, lorsqu’ils en auront envie.
  • Prêcher le salut par Grâce; mais ignorer la condamnation et la condition perdue du pécheur. Comme cela, le pécheur ne devrait jamais comprendre ce que vous voulez dire par grâce et il ne devrait jamais réaliser quel est son besoin personnel.
  • Prêchez l’Evangile comme un remède ou une cure, mais restez conciliant (ou ignorez) quant à la destinée fatale du pêcheur.
  • Ne parlez pas de la loi spirituelle de Dieu (par laquelle provient la connaissance du péché). De cette manière, le pécheur ne devrait jamais voir sa condition d’homme perdu, et ainsi ne se repentira pas. Ne réveillez pas la crainte des pêcheurs; mais donnez-leur plutôt l’impression qu’ils n’ont aucune raison d’avoir peur.
  • Prêchez Christ en Le présentant comme infiniment amical, et de bonne composition. Ignorez Ses reproches mordants et caustiques adressés aux pécheurs et aux hypocrites qui les ont fait si souvent trembler.
  • Ne reprochez pas à l’Eglise ses tendances à se conformer au monde. Ainsi vous ne blesserez jamais ses sentiments et finalement réussirez à convertir quelques uns.
  • Admettez, soit de façon manifeste ou insidieuse, que tous les hommes ont un bon fond. Ainsi, les pécheurs ne devraient jamais comprendre qu’ils ont besoin radicalement de changer de cœur, pour passer d’une vie de péché à une vie de sainteté.
    Parlez très peu de l’enfer; comme cela votre auditoire pensera que vous ne croyez pas vous même en son existence.
  • Donnez l’impression que, si Dieu est aussi bon que vous l’êtes, il ne peut envoyer personne en enfer.
    Ne faites pas d’allusions désagréables sur le renoncement à soi-même. N’enseignez ni le fait de porter sa croix, ni la crucifixion aux principes de ce monde.
  • Ne faites pas de reproches quant aux tenues vestimentaires extravagantes; en faisant ainsi, vous ne laisserez jamais d’impression inconfortable au sujet de la vanité et la mondanité des membres de l’Eglise.
  • Encouragez beaucoup d’œuvres sociales dans l’église et chargez-vous en vous même.
  • Fixez-vous comme objectif que votre auditoire soit content de lui-même et de vous, et soyez surtout attentif à ne blesser les sentiments de personne.
  • Soyez absolument certain de ne pas prêcher pour ceux qui sont en face de vous. Parlez-leur du péché, des pécheurs, mais pas d’eux-mêmes. Restez vague. Quand vous parlez, dites « eux », ou « ils » et non « vous ». Ainsi, personne ne se sentira concerné pas votre prédication, et personne ne l’appliquera à sa propre vie, de peur d’affermir le salut de son âme.
  • Prêchez la nouvelle naissance comme quelque chose que Dieu dépose dans le cœur des personnes, et non comme un changement radical de vie, de but ou d’objectif de vie.
  • Ne dites jamais aux gens qu’ils doivent impérativement cesser de vivre pour eux-mêmes, et vivre pour servir Dieu et faire Sa volonté.
  • Ne dites jamais que la repentance est à la portée de chacun et de la responsabilité de l’homme; ni qu’elle consiste à se détourner de son péché pour se tourner vers Dieu.
  • Enseignez-leur qu’ils peuvent différer le fait de se détourner de tout péché connu pour se tourner vers Dieu.
  • Prêchez la prédestination de telle sorte qu’il en résulte soit du fatalisme, soit une apathie de la part des personnes qui écoutent.
  • Faites croire à chaque personne que Dieu a déjà déterminé qui sera sauvé, et que rien ne pourra le faire changer d’avis. Vous ne ferez jamais penser à l’auditoire que ses actes peuvent faire une quelconque différence sur leur sort final.
  • Prêchez que l’homme est totalement incapable d’obéir à Dieu. Enseignez-leur que personne ne peut se tourner vers Dieu, mais insistez bien sur le fait que c’est Dieu qui va les changer.
  • Assurez-vous que personne ne réalise qu’il est de sa véritable responsabilité de se repentir pour pouvoir être sauvé. Vous ne ferez jamais savoir que c’est à l’homme de se détourner de ses péchés pour suivre Dieu, mais plutôt que le véritable problème est que l’homme ne le fera pas.
    Prêchez que tous les hommes sont nés pécheurs et criminels. Enseignez-leur bien que chaque bébé est né coupable devant Dieu. Ne laissez personne découvrir qu’il est devenu un pécheur du fait de sa rébellion, parce qu’il a refusé d’aimer Dieu de tout son cœur, et cela en accord avec la lumière qu’il a reçue; qu’il est devenu un pécheur parce qu’il l’a recherché, égoïstement et plus que toute autre chose, son propre bien-être.
  • Prêchez qu’une personne peut être sauvée sans faire de Jésus son Seigneur. Prêchez que la sainteté est seulement une option et non un impératif de l’Evangile. Prêchez qu’on peut être chrétien sans devenir un vrai disciple.
  • Prêchez la sécurité éternelle de telle façon que ni la persévérance dans la foi ni la continuité dans la sainteté ne sont requises du croyant. Faites croire aux gens qu’ils ont leur ticket pour le ciel, que tout est payé pour qu’ils puissent impunément se moquer de tout appel à la repentante et à la droiture.
  • Enseignez aux chrétiens que le péché est une composante naturelle et normale de la vie de chaque jour, et qu’ils ne peuvent vraiment s’attendre à vaincre le péché par la puissance de Christ.
  • Prêchez que le chrétien n’a besoin de rien faire. Enseignez-leur qu’ils sont tranquilles et en route vers le paradis, alors qu’ils vivent en rébellion ou dans la désobéissance.Traduction de l’anglais: Christophe Tani

3 commentaires pour A142 – Ironie Chrétienne

  1. Ne donnez aucune explication claire et ne dérangez pas la conscience de vos auditeurs afin qu’ils ne soient pas inquiets au sujet de leur âme. Evitez toutes illustrations, répétitions, phrases implicites qui feraient que votre auditoire pourrait se rappeler ce que vous avez dit.

    Bonjour Flo,
    Comment vas-tu ? J’avais lu un jour cet article.
    Ces dernières années, un point me choque particulièrement : le manque d’explications claires sur l’ensemble, sur l’important du message de l’évangile. Même dans les cours ‘très avancés’, il y a des explications énormes sur des points de détails mais l’essentiel est comme ‘voilé’. Et si on pose des questions claires, précises, généralement, on ne reçoit aucune réponse ou alors des réponses biaisées, depuis : ‘tu comprendras bientot’ à, je te conseille de lire ce livre et ce livre et ce livre’, alors que la réponse tient en 2 phrases ! :) Soit bénie. Bises. BA

  2. Flo dit :

    Bonjour Béréenne attitude,
    Je vais bien merci. J’ai toujours reçu des réponses claires et précises de la part d’Henri Viaud-Murat.

    Je reconnais toutefois que c’est le seul enseignant que je connais qui sait prendre le temps quand il le faut, pour pouvoir les donner de manières explicites. Les seules fois où j’ai eu le sentiment qu’il me répondait « vaguement », c’est simplement parce que j’attendais de lui des confirmations à des questionnements auxquels seul Dieu peut répondre.

    Dieu le fait à travers SA Parole vivante écrite (Bible) et par le Saint-Esprit qui les confirme dans notre coeur. Il le fait toujours, mais nous n’entendons pas lorsque nous sommes contrôlés par la chair, au lieu d’être ancrés dans l’Esprit.

    Le problème quand on questionne un chrétien, qu’il soit pasteur ou un autre semblable plus ou moins proche, c’est qu’il y aura toujours le facteur de sa propre interprétation de ce qu’il a reçu de la vérité de la Parole, et la nôtre. Je crois que c’est pour cela qu’il y a tant de discordes dans le Corps de Christ.

    Beaucoup (j’en faisais parti il y a quelques années) pensent que ce qu’ils ont compris et mis en pratique doit être livré aux autres avec la même intensité que ce qu’ils ont reçu.

    C’est un peu ce dont parle Finney ici. Ce qu’il dit dans cet article me semble juste. Le danger est que si on prend cette énumération de points à la lettre, on passe à côté de plusieurs facteurs très importants qui sont le discernement, l’offense, la douceur, la charité. Sinon cela reviendrait à prendre tous les points énumérés, à faire le contraire pour se dire : « voilà, je sais que c’est ça la bonne attitude ». Mais je ne crois pas que ce soit aussi simple.

    Parmi tous les sermons forts édifiants, que j’ai pu approuver depuis ma conversion, j’ai toujours vu une grande confusion dans les esprits entre ce que nous pouvons et devons nous dire les uns aux autres dans une assemblée à 100% chrétienne, et ce qu’il est plus judicieux de faire comprendre d’avantage au travers de nos attitudes, dès lors que le monde est mêlé à cette même assemblée.

    Les femmes (hommes) marié(e)s à des non convertis vivent ce genre de situation très délicate au quotidien. Ils sont obligés de composer, pas pour faire des compromis, mais pour rester dans la douceur et dans l’humilité, en prenant garde de ne pas dépasser leur rôle. Ils risqueraient de vouloir même inconsciemment, convertir eux-mêmes les âmes à Christ, alors que Seul Dieu peut le faire. Il y a là encore une grande confusion.

    Combien de Chrétiens qui pensent être bienveillants se permettent de juger au travers d’exhortations sur la base de comportements ou de paroles leurs semblables, en ignorant qu’ils ne font ainsi qu’accroître leur souffrance de ne pas pouvoir être aussi clairs qu’ils le souhaitent dans leur foyer et leur entourage, quand celui-ci est composé principalement de non convertis.

    Il faut proclamer la vérité certes, mais Jésus nous a enseigné sur le fait que nous devions également secouer la poussière de nos pieds lorsque nous ne sommes pas reçus à un endroit. Il enseigne dans 1Pierre 3 les femmes à ne pas chercher à convertir leurs époux et à leur rester soumises, même s’ils n’ont pas reçus Christ. Plus loin, aux maris à aimer leurs épouses (qu’elles soient converties ou non) comme Christ aime l’Eglise…

    Tout ceci pose des questionnements qui peuvent être extrêmement déroutants. Lorsque ces personnes se confient en leur semblable pour essayer de trouver au travers de leur conseil la bonne attitude, il s’avère qu’elles vont se retrouver avec des conseils inappropriés de la part de Frères et Soeurs mariés dans le Christ Jésus, ce qui est normal. Si ce sont des semblables qui vivent eux aussi dans un foyer « divisé », là encore les réponses risquent de prêter à confusion, car chacun donnera « sa » solution. Rien ne dit que c’est celle qui convient pour eux, puisque nous sommes tous différents et que nos parcours, nos pas le sont aussi. Voilà pourquoi seul Dieu peut répondre et accompagner dans ces situations, Il le fait dans la communion personnelle et intime que nous avons avec Lui individuellement.

    Il demandera à certaines personnes d’agir avec d’avantage de douceur, à d’autres avec plus de fermeté, car lui Seul sait ce qui est bon de faire ou pas, au cas par cas. C’est pour cela que le jugement dit « spirituel » ne l’est pas forcément. Il est très souvent arbitraire et charnel, emballé dans un paquet qui semble très spirituel basé sur des versets bibliques pour se donner bonne conscience. Ceux qui se permettent de le donner, la plupart du temps, se croient plus spirituels que les précédents, c’est pour cela qu’ils se permettent de fortes exhortations à tout va, l’orgueil spirituel vient alors dans ces cas, remplacer la pure charité et humilité qui sont pourtant d’une grande valeur aux yeux de Dieu, au travers desquelles Il agit encore plus efficacement encore pour toutes les parties concernées.

    Encore une fois, je crois qu’il nous faut bien discerner ce que nous sommes en tant que Chrétiens comme les Brebis du Seigneur, et ce que nous sommes en tant que Brebis qui ont reçu un ministère précis. Si nous nous comportons tous comme des enseignants alors que nous ne « sommes pas équipés pour », nous risquons d’avantage d’offenser le Saint-Esprit. Inversement, celui qui a reçu un ministère pour transmettre ce que Dieu lui a commandé de faire au travers de celui-ci, en le prenant à la légère, sera un aveugle qui emmènera d’autres aveugles avec lui dans le puits.

    Comme tu peux le constater, c’est un sujet qui me touche particulièrement. J’aurai beaucoup de choses à partager à ce sujet qui en en englobent de multiples d’ailleurs. Je vais en rester là pour aujourd’hui, en espérant que les exemples que j’ai cité fassent échos en toi, et que d’autres lecteurs qui auraient des éléments à apporter à ce fil de commentaires puissent avoir à coeur de nous les partager également.

    Bien à toi ! Flo

  3. Bonjour Flo,
    Merci pour ta réponse. Oui, dans ce sens là oui. Je pensais à des questions comme : à la fin de l’évangile de Luc, sur le chemin de Damas, lorsque Jésus donne le Saint-Esprit aux disciples, Jésusexplique que l’ancien testament (toutes les écritures) c’est: Moise, les prophètes et les psaumes. Pourquoi, n’avoir pas repris le ‘canon’ préconisé par Jésus ? J’avais posé cette question à plusieurs, jusqu’à ce que je découvre que la table des matières de l’AT en hébreux n’est pas la même que la notre. (Et nous sommes plusieurs à nous être posé la quesiton en lisant Luc) Sinon, oui, pour l’apocalypse par exemple, devant les très nombreuses explications différentes, j’avais un jour été ‘au pieds du mur’, soit lire, lire, lire à ce sujet et après, est-ce que j’aurais su qui avait raison ? :) …… le lendemain , je lisais : ce n’est pas à vous de connaitre les temps et les moments : soyez mes témoins.

    Soit bénie Flo

Laisser un commentaire pour l'édification commune.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :